Rituels volcaniques // Volcanic rituals

Les volcans sont souvent associés aux dieux et la population dépose souvent des offrandes à leur pied ou dans leur cratère afin de se protéger de leurs accès de colère. On observe de telles cérémonies sur le Kilauea (Hawaii) où le cratère de l’Halema’uma’u’u’uu est la demeure de Pele, la déesse du feu et les volcans hawaïens. On dit que Pele parcourt les îles de l’archipel, et apparaît parfois sous la forme d’une belle jeune femme ou d’une vieille femme accompagnée d’un chien blanc. On raconte qu’un jour un conducteur a pris à bord de son véhicule une vieille femme tout habillée de blanc. Quand il a regardé dans son rétroviseur, la banquette arrière était vide. D’autres personnes disent que le visage de Pele est mystérieusement apparu sur leurs photos du lac de lave dans le cratère de l’Halema’uma’u ou sur les coulées de lave qui avancent de temps à autre sur les flancs du volcan..

Sur l’île de Java (Indonésie), une cérémonie spectaculaire a lieu chaque année sur le volcan Bromo. La Yadnya Kasada est une cérémonie organisée chaque 14ème jour du mois Kasada dans le calendrier lunaire hindou traditionnel. Les foules de pèlerins qui ont gravi le flanc du Bromo jettent des offrandes dans le cratère. Il y a  des légumes, des fruits, du bétail, des fleurs et même de l’argent. Ils sont offerts dans l’espoir d’obtenir de bonnes récoltes  et du bétail en bonne santé Malgré le danger évident, certains habitants tentent de descendre dans le cratère pour récupérer les offrandes, persuadés qu’elles leur porteront chance.

Les habitants de Santiago Xalitzintla (Mexique) se lèvent bien avant l’aube pour préparer leurs offrandes à « La femme endormie », nom donné affectueusement à l’Iztaccíhuatl, un volcan au repos qui domine leur ville au centre du Mexique.
Les gens font frire des pommes de terre et préparent des monceaux d’oeillets rouges qu’ils déposeront sur un autel de pierre, à 3 800 mètres d’altitude. Deux fois par an, des centaines de villageois marchent pendant trois heures pour solliciter l’aide et la protection du volcan. Ils le supplient d’apporter de la pluie pour leurs récoltes, et de les protéger de la grêle. Ils lui demandent aussi de calmer les émissions de cendre du Popocatepetl qui se dresse à proximité et que la population locale appelle Don Goyo.
La cérémonie à Iztaccíhuatl est un mélange de traditions catholiques, de rituels et croyances préhispaniques. Les pèlerins chantent des cantiques catholiques et organisent une messe pour demander à la Vierge Marie de pardonner leurs péchés, debout devant des croix en bois drapées de chapelets, de fleurs et de châles.
Santiago Xalitzintla est la localité la plus proche de Popocatepetl, dont le cratère expulse régulièrement de la lave et vomit des nuages de cendre qui atteint parfois la ville de Mexico, à 90 kilomètres au nord-ouest. Santiago Xalitzintla a reçu une alerte d’évacuation et des sirènes retentiront pour indiquer aux habitants le moment où ils devront aller se réfugier à Cholula, la ville voisine.
Le pèlerinage destiné à rendre hommage à « La femme endormie » – la silhouette du volcan ressemble à une femme allongée – est une tradition qui remonte à plusieurs générations. Les habitants de Santiago Xalitzintla se rassemblent pendant deux journées au début du mois de mai. Ils tirent des feux d’artifice au-dessus de leur ville, boivent beaucoup de tequila et préparent des repas en commun sur un feu en plein air. Deux fois par an, ils effectuent un pèlerinage semblable sur le Popocatepetl.

Source: Bradenton Herald.

—————————————————

Volcanoes are often associated with gods and local inhabitants are used to making offerings in the hope to be protected from the volcanoes’ wrath. Ceremonies are observed on Kilauea Volcano (Hawaii) where Halema’uma’u Crater is said to be the home of Pele, the goddess of fire and Hawaiian volcanoes. It is said that Pele travels throughout the islands, appearing to mankind as a beautiful young woman, or as an old woman, sometimes accompanied by a white dog. Tales of encounters with Pele include drivers who picked up an old woman dressed all in white on roads in Kilauea National Park, only to look in the mirror to find the back seat empty. Others say Pele’s face has mysteriously appeared in their photos of the lava lake within the crater or molten lava flows.

On the island of Java (Indonesia), a spectacular ceremony is held every year on Bromo Volcano. The Yadnya Kasada is a festival held every 14th day of the Kasada Month in the traditional Hindu lunar calendar. The crowds that have travelled up the mountain, throw offerings into the crater of the volcano. These sacrifices include vegetables, fruit, livestock, flowers and even money, and are offered in gratitude for agricultural and livestock abundance. Despite the evident danger, some locals risk climbing down into the crater to retrieve the sacrificed goods, believing that they will bring good luck.

The inhabitants of Santiago Xalitzintla (Mexico) rise well before dawn to prepare their offerings to The Sleeping Woman, as they affectionately call the dormant Iztaccíhuatl volcano that hovers above their town in central Mexico.

People fry potatoes and heap bunches of red carnations to be laid at the stone altar 3,800 metres above sea level. Hundreds of villagers make the biannual three-hour trek to ask for the volcano’s aid and protection. They beseech her to bring rain for their crops, shield their harvests from hail and calm the ashy exhalations of neighbouring Popocatepetl, nichamed Don Goyo by local residents.

The ceremony at Iztaccíhuatl also mixes Catholic traditions with pre-Hispanic rituals and beliefs. The pilgrims sing Catholic hymns and hold Mass to ask the Virgin Mary to forgive their sins, standing before wooden crosses draped with rosaries, flowers and shawls

Santiago Xalitzintla is the community closest to Popocatepetl, whose crater has increasingly been belching lava and spewing ash that sometimes reaches Mexico City, 90 kilometres to the northwest. The community is now on evacuation alert, with alarms sounding to tell residents when they should escape to the nearby city of Cholula.

The hike to pay homage to The Sleeping Woman – the volcano’s silhouette resembles a reclining female – is a tradition that goes back generations. The residents of Santiago Xalitzintla celebrate over two days in early May, shooting fireworks into the sky above their town, drinking copious amounts of tequila and cooking communal meals over open fires. Twice a year, they embark on a similar climb up Popocatepetl.

Source: Bradenton Herald.

Offrande à Pele, au bord de l’Halema’uma’u (Photo: C. Grandpey)

Cérémonie d’offrandes sur la lèvre du Bromo (Photo: C. Grandpey)

Le Popocatepetl reçoit aussi des offrandes censées protéger la population des fureurs du volcan (Photo: Wikipedia)

Madame Pele règne sur les Leilani Estates // Madame Pele is the Queen of the Leilani Estates

Alors que des fractures éruptives s’ouvrent dans le secteur de Lower Puna, avec des coulées de lave destructrices et des émissions de gaz nocifs, de nombreux habitants se tournent vers la déesse Pele pour essayer de trouver une protection.
Dans le folklore hawaïen, Pele – ou Pelehonuamea – est la déesse du feu. Elle vit dans le cratère de l’Halema’uma’u et est vénérée car elle est la créatrice des paysages hawaiiens. Elle est également connue sous le nom de Ka wahine ‘ai honua, la femme qui dévore la Terre, ce qui montre son pouvoir destructeur.
Beaucoup d’Hawaïens ide souche sont persuadés que la lave est le kinolau, ou l’incarnation physique, de Pele. Selon le National Park Service et de nombreux Hawaiiens, enfoncer des piques, des bâtons et d’autres objets dans la lave est irrespectueux. Je me souviens d’un jeune habitant de Kalapana qui m’avait accompagné vers le site de l’éruption sur la plaine côtière, près de son village, il y a quelques années. Il a chanté des poèmes en hommage à Pele lorsque nous sommes arrivés près des coulées de lave. Il a ensuite essayé de me dissuader de collecter des échantillons de lave, car cela pouvait déplaire à la déesse.
Certaines personnes dans les Leilani Estates ont prétendu avoir vu Pelé dans une coulée de lave, mais Pele est connue pour être imprévisible. C’est pourquoi les Hawaïens lui ont toujours laissé des cadeaux ou fait des offrandes pour lui faire plaisir. Il y a quelques années, on pouvait voir de telles offrandes sur la lèvre du cratère de l’Halema’uma’u avant que son accès ne soit interdit après le début de l’éruption sommitale. Cette tradition se perpétue aujourd’hui dans les Leilani Estates et on peut lire dans les journaux locaux que certains habitants ont déposé des feuilles de Ti devant leurs maisons et inséré des fleurs dans les fissures pour être épargnés par la lave.
L’activité a diminué à Lower Puna, mais les volcanologues disent que ce ne pourrait être que temporaire. Pour certains habitants, cette imprévisibilité est un rappel que c’est bien Pele qui gère l’éruption, pas les scientifiques.

—————————-

As eruptive fissures open in Lower Puna, emitting destructive lava and noxious gases, many residents are looking to goddess Pele for protection.

In Hawaiian folklore, Pele – or Pelehonuamea – is the fire goddess. She lives in Halema’uma’u Crater and is revered as the creator of Hawaii’s landscape. She is also known as Ka wahine ‘ai honua, the woman who devours the Earth, which shows her destructive power.

Many native Hawaiians believe that lava is the kinolau, or physical embodiment, of Pele. According to the National Park Service and many residents in Hawaii, poking lava with sticks and other objects is disrespectful. I can remember a young Kalapana resident who had accompanied me to the eruption site on the coastal flat near his village a few years ago. He chanted poems as a tribute to Pele when we arrived near the lava flows. He then tried to dissuade me from collecting samples of lava as it might displease the goddess.

Some people in the Leilani Estates have said they could see Pele in a lava flow, but Pele is known to be unpredictable, so Hawaiians have traditionally left gifts and offerings to keep her happy. Some years ago, such offerings could often be seen along the rim of Halema’uma’u Crater before its access became prohibited after the start of the summit eruption. That tradition continues today in the Leilani Estates and we can read in the local newspapers that some residents left ti leaves in front of their homes and flowers in cracks for good luck.

Activity has decreased in Lower Puna , but volcanologists say that could just be a temporary reprieve. For some residents, that unpredictability is a reminder that Pele is in charge, not the scientists.

Les doigts de Pele? // Pele’s fingers?  (Photo: C. Grandpey)

Des prêtres au sommet de l’Agung (Bali / Indonésie) // Priests at the summit of Mt Agung

En raison de la menace d’une éruption «imminente» de l’Agung, une zone d’exclusion de 9 à 12 km avec évacuations de ses habitants a été mise en place autour du volcan. Les autorités balinaises ont rappelé que toute personne qui se rendrait au sommet du Mont Agung mettrait sa vie en péril. Ce rappel a été fait après qu’un groupe de prêtres se soit rendu au sommet du volcan pour y déposer des offrandes.
L’un des prêtres a déclaré qu’un dieu lui avait parlé alors qu’il se trouvait dans un centre d’hébergement à Puri Boga et lui avait dit de monter faire une offrande.
L’Agence nationale de gestion des catastrophes a insisté à plusieurs reprises pour que la population ne pénètre pas dans la zone interdite qui est signalée par des panneaux. Si une éruption soudaine se produit et que des gens se trouvent dans la zone interdite, le danger ne sera pas seulement pour eux, mais aussi pour l’équipe de sauveteurs qui viendra leur porter secours.
L’un des prêtres a déclaré que le gouvernement avait raison de dissuader les gens de s’approcher du volcan. Si un  être humain lui avait ordonné d’aller au sommet, il aurait refusé même si on lui avait offert l’équivalent de trois voitures. Mais c’est un dieu qui lui a suggéré de faire une offrande et il a obéi pour que les Balinais soient en sécurité. L’une des photos montre un prêtre, les jambes croisées, avec des offrandes placées à côté de lui sur un rocher. Les prêtres ont dit que les oiseaux continuaient à chanter sur la montagne et qu’il y avait beaucoup de singes.
L’un des prêtres a expliqué que la vapeur émise par le cratère sentait le soufre et qu’il était effrayé par le bruit. Quand il a entendu « le bruit d’une vague », il a eu très peur. S’il n’avait pas été poussé à aller au sommet de la montagne par « quelque chose de plus haut que le gouvernement », il ne l’aurait pas fait.
La police de Besakih, localité située dans la zone dangereuse, a exhorté le public à ne pas imiter les prêtres, en rappelant à la population que la zone était interdite. Les prêtres n’ont pas été arrêtés parce qu’ils n’ont pas commis un véritable délit.
Le directeur adjoint de l’Agence nationale de gestion des catastrophes a déclaré qu’il réexaminerait le système de protection et de sécurité pour les habitants. Une fois que le niveau d’alerte a été élevé à son maximum le 22 septembre, personne n’était autorisé à pénétrer dans la zone de sécurité de neuf kilomètres.
Source: Sydney Morning Herald.

—————————————

Because of the threat of an “imminent” eruption of Mt Agung, a 9-12-km exclusion zone with evacuations of its residents has been set up around the volcano. Balinese authorities have warned anyone who visits the peak of Mount Agung volcano is putting lives at risk after a group of priests trekked to the summit to make offerings.

One of the priests said a god spoke to him when he was staying at an evacuation centre in Puri Boga and told him to go up and make an offering.

The National Disaster Management Agency has repeatedly urged people to stay away from danger with signs marking the exclusion zone. If a sudden eruption happened and people were in the forbidden zone, the danger is not for them alone but also the search and rescue team who would have had to rescue them.

One of the priests who reached the summit said the government was right to warn people to stay away. If a human had ordered him to go to the peak he said he would have refused even if he was offered the equivalent of three cars. But he was requested to make an offering by a god and he did just that because he wanted the people of Bali to be safe. Photos of the trek show another cross-legged priest with offerings placed next to him on a rock. The priests said the birds were still chirping on the mountain and they saw plenty of monkeys.

One of the priests explained the steam smelt of sulphur and he was frightened by the noise. When he heard “the sound like a wave”, he was scared. If he had not been told to go to the summit of the mountain by “something higher up than the government”, he would not have gone up there.

The Besakih police, an area in the danger zone, urged the public not to copy the actions of the priests, reminding the population that the area was forbidden. However, the priests were not arrested because they had not committed an actual crime.

The National Disaster Management Agency’s deputy director said it would evaluate the protection and security system for locals. Once the highest alert status was imposed on September 22nd, there should have been no one within the nine kilometre zone.

Source : Sydney Morning Herald.

Le cratère de l’Agung le 30 septembre 2017 (Crédit photo: Jero Mangku Ada)

La chèvre du Kawah Ijen (Indonésie) // Kawah Ijen’s goat (Indonesia)

drapeau francaisEn cliquant sur le lien ci-dessous, vous verrez une galerie de photos montrant un rituel qui a eu lieu le 17 décembre 2013 sur le Kawah Ijen. Chaque année, les mineurs de soufre sacrifient une chèvre dont ils enterrent la tête dans le cratère du volcan. Le but de ce sacrifice est d’éloigner pendant une année les dangers qui les menacent. Les conditions de travail très difficiles de ces ouvriers ont été décrites à maintes reprises.

http://darkroom.baltimoresun.com/2013/12/indonesian-sulfer-miners-make-offering-volcano-protect-disaster/#15

Les offrandes sont fréquentes sur les volcans indonésiens. L’une des cérémonies les plus connues a lieu en août sur le Mont Bromo. Des centaines d’habitants du Tengger (enclave hindouiste) se rassemblent chaque année sur la lèvre du cratère actif où ils jettent à l’attention du dieu de la Montagne des offrandes faites de riz, fruits, légumes, fleurs et volailles. C’est la cérémonie du Kesodo née d’une légende que vous pourrez lire à cette adresse :

http://volcans.blogs-de-voyage.fr/2010/11/27/bromo-ile-de-java-indonesie-4/

drapeau anglaisBy clicking on the link below, you will see a photo gallery showing a ritual is performed on December 17th 2013 by the sulphur miners of Kawah Ijen who slaughter a goat and then bury the head in the crater of the volcano. The sacrifice is performed to ward off potential disasters for the next year. The very hard working conditions of the miners have been described a lot of times.   

http://darkroom.baltimoresun.com/2013/12/indonesian-sulfer-miners-make-offering-volcano-protect-disaster/#15

Offerings are frequent on Indonesian volcanoes. One of the best known takes place in August on Mount Bromo when hundreds of thousands Tenggerese gather at the active crater to present offerings of rice, fruit, vegetables, flowers, poultry and other local produce to the God of the Mountain in a ceremony called the Kesodo Ceremony. More details about the legend at this address:

http://volcans.blogs-de-voyage.fr/2010/11/27/bromo-ile-de-java-indonesie-4/

Offrande-Bromo

Offrande au Bromo  (Photo:  C. Grandpey)