Le Mont Meru (Tanzanie): un volcan oublié? // Mount Meru (Tanzania): A forgotten volcano?

drapeau francaisAlors que la plupart des principaux volcans actifs sont abondamment dotés d’instruments de mesure, d’autres ont été laissés pour compte, même s’ils peuvent représenter un danger pour les populations vivant sur leurs pentes ou dans les régions voisines . C’est le cas du Mont Meru en Tanzanie. C’est le deuxième plus haut sommet du pays après le Kilimandjaro.
Des études récentes indiquent que la montagne reste un volcan actif et, à moins que des capteurs sismiques soient installés sur ses flancs, son activité est susceptible de prendre les habitants par surprise. Le Mont Meru a eu trois éruptions historiques (la dernière Octobre 1910) et reste une menace pour plus d’un million de personnes. Lorsque j’ai séjourné à Arusha et vu le Mont Meru depuis ma chambre d’hôtel, j’ai réalisé le danger qu’il représentait pour la population locale.
On sait que le point faible du volcan est sur son côté oriental qui subirait le plus de dégâts en cas d’éruption, avec des effondrements partiels et des coulées pyroclastiques. Une telle catastrophe pourrait faire d’Arusha un autre Pompéi.
En conséquence, il est urgent qu’un réseau sismique soit mis en place autour du Meru et du Kilimandjaro avec la ville de Moshi toute proche. Ainsi, des alarmes pourraient être déclenchées si l’un des deux volcans commençait à montrer des signes d’activité. .
Selon plusieurs chercheurs, le Mont Meru a connu une éruption semblable à celle du Mont St Helens en 1980, mais dix fois plus puissante, lorsque son flanc E a explosé.

Source: Tanzania Daily News.

 

drapeau anglaisWhile most major volcanoes are fully equipped with monitoring instruments, other active ones have been left aside, even though they may represent a danger to the populations living on their slopes or in nearby areas. It is the case of Mount Meru in Tanzania. It is the country’s second highest mountain after Mount Kilimanjaro.

Recent studies indicate that the mountain remains an active volcano and unless tremor and eruption sensors get installed around it, its activity is likely to take local inhabitants by surprise. Mt Meru had three historical eruptions (the last one was in October 1910) and remains a threat to more than one million people living around it. When I stayed in Arusha and saw Mount Meru from my hotel bedroom, I realised the danger to the local population.

It is well-known that the weak spot of the volcano is on its eastern side which would suffer more damage in case of an eruption which could trigger partial collapses and pyroclastic flows. Such a disaster could make Arusha become another Pompeii.

As a consequence, it is imperative for a seismic network to be organized around both Mounts Meru and Kilimanjaro, where the town of Moshi is built so that alarms can be triggered should any of the two features start showing renewed signs of activity. .

According to several scientists, Mount Meru had an eruption similar to that of Mount St Helens in 1980, but ten times bigger, when its eastern side blew out.

Source: Tanzania Daily News.

Meru-blog

Photo:  C.  Grandpey