Alaska, the last frontier (1)

Comme promis, voici un petit récit du voyage que je viens d’effectuer en Alaska. Les différents chapitres correspondent aux principaux moments de ce périple. Au fur et à mesure que nous avancerons, l’album photos de la colonne de droite se garnira peu à peu…. Bonne lecture !

 

1. L’Alaska, un Etat à part.

L’Alaska est un Etat à part, dans tous les sens du terme. Comme Hawaii, il est séparé du bloc géographique principal formé par les États-Unis et se situe au nord-ouest du Canada. Il est d’ailleurs amusant de voir que les bulletins météo à la télévision ne mentionnent jamais ces deux Etats, sauf quand il s’y passe des événements extraordinaires, comme les cyclones à Hawaii ou les blizzards en Alaska.

L’Alaska (« continent » en inuit) est l’État des États-Unis le plus étendu, avec une superficie totale de 1 717 854 km², soit trois fois celle de la France métropolitaine. Il est peuplé de 683 478 habitants. C’est le troisième État le moins peuplé des États-Unis, derrière le Vermont et le Dakota du Nord. La densité est la plus faible du pays, avec 0,46 habitant par km².

En 2009, l’Alaska fête le cinquantenaire de son entrée dans l’Union comme 49ème Etat, de la même façon qu’Hawaii fête son cinquantenaire comme 50ème et dernière étoile du drapeau américain.

L’Alaska est donc un Etat particulièrement jeune. C’est la dernière frontière, celle qui a donné naissance à tant d’histoires de chercheurs d’or et autres trappeurs. Les Alaskiens que j’ai rencontrés étaient charmants, des gens ouverts et disponibles, pas stressés. On sent un peuple qui en a vu d’autres et habitué à affronter les rigueurs de l’hiver. Les axes de communication terrestres sont peu nombreux et la plupart des déplacements se font par avion ou hydravion. Il suffit de se rendre sur les bords du Lac Hood, au cœur d’Anchorage, et d’assister au ballet incessant de ces floatplanes pour se rendre compte de leur importance dans la vie des Alaskiens. La plupart des hommes possèdent un brevet de pilote et la plupart des familles disposent en outre de pick ups  4×4 qui permettent de se déplacer plus facilement sur les pistes en terre battue en été ou sur les routes enneigées en hiver. En effet, l’Alaska ne connaît guère que ces deux saisons car le printemps et l’automne sont beaucoup plus courts que chez nous.

J’avais choisi le mois de septembre pour visiter l’Alaska car c’est le moment de l’année où les couleurs de la nature sont les plus belles ; les touristes sont partis et les moustiques aussi ! C’est l’époque où les ours sont les plus nombreux dans les cours d’eaux ; ils viennent dévorer les derniers saumons avant d’hiberner pendant les longs mois d’hiver.

Le pari était un peu risqué car les statistiques météorologiques montrent que septembre est aussi le mois le plus arrosé ! En fait, hormis quelques averses de courte durée, c’est un temps fort agréable qui a régné sur la région pendant tout le séjour.

Les volcans faisaient bien sûr partie du programme, mais ce serait vraiment une erreur d’en faire le seul but du voyage.

Route-alaska.gif

Rabaul (Papouasie-Nouvelle-Guinée)

drapeaufrancais.jpgSelon le Rabaul Volcano Observatory (RVO), les panaches de cendre émis par le cône du Tavurvur dans la caldeira de Rabaul s’élevaient à 1,5 km au-dessus du cratère à la mi-septembre. Des retombées de cendre ont été observées dans la ville de Rabaul (3-5 km au NO) et dans les zones environnantes. De temps en temps, l’incandescence était visible au niveau du cratère pendant la nuit, avec des projections de lambeaux de lave. Des grondements et des rugissements ont également été entendus. Plusieurs violentes explosions se sont produites les 11, 16 et 17 septembre, sans que d’autres soient observées les jours suivants. Au vu des images satellites, les panaches de cendre montaient jusqu’à 2,4 km d’altitude les 21 et 22 septembre avant de s’étirer sur une distance de 65 à 100 km vers le NO.

 

drapeau anglais.jpgAccording to the Rabaul Volcano Observatory (RVO), by mid-September ash plumes from Rabaul caldera’s Tavurvur cone rose 1.5 km above the crater. Ashfall was reported in Rabaul town (3-5 km NW) and surrounding areas. Occasionally, incandescence from the summit crater was seen at night, and incandescent lava fragments were ejected from the crater. Rumbling and roaring noises were reported. Several strong explosions occurred on 11, 16, and 17 September, but were no longer heard the next days. Based on satellite imagery, on September 21st and 22nd, ash plumes rose to an altitude of 2.4 km a.s.l. and drifted 65-110 km NW.

Volcans siciliens

drapeaufrancais.jpgLa situation est globalement très calme.

Sur l’Etna, on observe un dégazage des cratères sommitaux, avec quelques explosions audibles, comme précédemment, en profondeur dans le Cratère SE.

Sur le Stromboli, le tremor éruptif est au plus bas. On observe chaque heure une dizaine d’explosions de faible intensité.

Source: INGV

 

drapeau anglais.jpgThe situation is globally very quiet.

On Mount Etna, summit craters are degassing. As I put it previously, a few explosions can be heard deep inside the NE Crater.

The eruptive tremor on Stromboli is quite low. One can observe ten low-intensity explosions or so each hour.

Source: INGV.

 

 

Volcans du Kamchatka (Russie)

drapeaufrancais.jpgSuite à une augmentation de l’activité sismique le 22 septembre, le niveau d’alerte du Karymsky a été élevé à la couleur Jaune.

Suite à l’apparition d’une anomalie thermique sur le Kliuchevskoi entre le 13 et le 17 septembre et l’observation d’une petite activité strombolienne le 16 et le 17 de ce même mois, le niveau d’alerte a là aussi été élevé au Jaune.

Vers la mi-septembre, une importante anomalie thermique est apparue sur le dôme de lave du Shiveluch. Des coulées pyroclastiques ont été observées de nuit les 16 et 17 septembre. Le niveau d’alerte est maintenu à l’Orange.

On remarquera qu’il est rare qu’un seul des principaux volcans du Kamchatka entre en activité. Les éruptions affectent souvent plusieurs d’entre eux au même moment. Ce phénomène n’a rien d’exceptionnel dans la mesure où ces édifices sont alignés sur une même ligne de subduction.

 

drapeau anglais.jpgDue to an increase in seismic activity on September 22nd, Karymsky’s alert level was raised to Yellow.

Following the detection of a thermal anomaly on Kliuchevskoi between September 13th and 17th together with the observation of weal strombolian activity on September 16th and 17th, the alert level was raised to Yellow on this volcano too.

By mid September, a large thermal anomaly was detected on the lava dome of Shiveluch. Hot avalanches were observed at night on September 16th and 17th. The alert level remains at Orange.

One can notice that very often several of Kamchatka’s volcanoes become active at the same time. This phenomenon is by no means exceptional as they are lying along the same subduction line.

Kilauea (Hawaii / Etats Unis)

drapeaufrancais.jpgLa situation n’a guère évolué à Hawaii pendant mon absence. La caméra placée au-dessus de la bouche qui perce le plancher de l’Halema’uma’u permet de voir une ouverture au fond de laquelle la lave s’agite en permanence. Plusieurs phases de gonflement et de dégonflement (D/I events) du volcan font varier le débit de la lave dans son écoulement vers le Pacifique où elle arrive sur le site de Waikupanaha. Ces dernières heures, des coulées de surface étaient observées entre la source de l’éruption et la partie supérieure du pali.

Source : HVO.

 

drapeau anglais.jpgThe situation has not much changed while I was away. The camera above the Halema`uma`u Overlook vent allows to see an opening at the bottom of which lava is continuously moving. Several D/I events have led to variations in the flow and output of lava towards the Pacific Ocean where it is entering at Waikupanaha. Surface flows could recently be observed between the TEB vent (source of the eruption) and the upper part of the pali.

Source: HVO.

Mayon (Philippines)

drapeaufrancais.jpgIl n’y a pas vraiment eu d’événements volcaniques majeurs pendant mon séjour en Alaska. Sur l’une de mes notes, je faisais allusion à une certaine recrudescence d’activité sur le Mayon. En effet, on a observé le 15 septembre trois petites explosions d’une durée d’environ trois minutes. Elles ont produit une colonne de cendre marron qui s’est élevée jusqu’à 700 mètres au-dessus du sommet. Une certaine augmentation de la sismicité a par ailleurs été enregistrée. Le niveau d’alerte reste maintenu à 2, avec une zone à risques de 6 à 7 km de rayon autour du volcan.

 

drapeau anglais.jpgThere has not been any major volcanic event while I was in Alaska. In one of my notes, I was referring to an increase in activity on the Mayon volcano. Indeed, three minor ash explosions occurred on September 15th. The eruptions lasted for 3 minutes and produced a brown ash column which rose 700 metres above the summit. An increase in seismic activity was also observed. The alert level remains at 2, as well as a 6- to 7-kilometre radius Danger Zone around the volcano.