Séisme en Indonésie

drapeaufrancais.jpgC’est la loi des séries ! Au moins 75 personnes ont été tuées dans un séisme d’une magnitude de 7,6 sur l’échelle de Richter qui a frappé aujourd’hui à 17h16 (heure locale) la côte occidentale de l’île de Sumatra, à 30 km au large de la ville de Padang. La secousse s’est produite à 85 km sous la croûte terrestre. Le séisme n’a pas généré de tsunami important comme aux Iles Samoa.

Parmi les volcans actifs situés non loin de l’épicentre, on relève le Talang qui est entré en éruption après le séisme dévastateur de 2004.

Source : Agence Reuters.

 

drapeau anglais.jpgAt least 75 people were killed by a magnitude 7.6 earthquake that hit 30 km from Padang, off Sumatra’s western shore, today at 5:16 pm local time. The quake occurred at a depth of 85 km and did not generate any significant tsunami like at the Samoa Islands. The active volcanoes close to the earthquake epicentre include Talang which erupted after the Great 2004 earthquake.  

Source: Reuters press agency.

Publicités

Alaska, the last frontier (4)

4. Valdez : Pétrole, saumons et glaciers.

Au retour du Katmai, l’atterrissage à Anchorage m’a permis d’assister à une scène insolite montrant à quel point l’avion fait partie de la vie des Alaskiens. En se rendant vers son port d’attache, notre appareil a tout simplement traversé l’une des avenues de la ville, avec les véhicules arrêtés devant un feu rouge et une barrière de passage à niveau, comme nous le faisons en Limousin au moment du passage d’un Train Express Régional !

Les 480 km entre Anchorage et Valdez font traverser une région de collines et de montagnes qui deviennent de plus en plus présentes en approchant du Golfe d’Alaska. La couleur d’ocre des bouleaux tranche avec le vert intense des conifères. C’est aussi la rencontre avec les premiers glaciers dont celui de Worthington  dont la langue vient mourir à quelques centaines de mètres de la route. Il n’y a pas si longtemps, il suffisait de descendre de son véhicule pour marcher sur la glace, mais en Alaska aussi le réchauffement climatique fait remonter les glaciers dans les montagnes.

Comme je l’écrivais plus haut, le petit port de Valdez a été totalement détruit par le séisme de 1964 et la ville actuelle a été reconstruite sur un site différent. L’ « original Valdez townsite » se trouve à 6 km du centre-ville et une plaque rappelle à ceux qui passent que la population a été durement touchée par le cataclysme.

En dehors de la pêche, Valdez est avant tout le terminus de l’oléoduc trans-Alaska qui achemine sur 1287 km le pétrole depuis Prudhoe Bay, tout au nord de l’Etat. Bien que longeant souvent la route, le gigantesque tube d’acier se fait relativement discret. Seules quelques ouvertures permettent aux visiteurs de s’en approcher. Des panneaux explicatifs indiquent, entre autres, que l’oléoduc a une trajectoire en zigzag pour faire face aux séismes  et qu’il ne touche pas le sol pour permettre aux animaux de circuler. L’hiver, un circuit thermique empêche le pétrole de geler dans les conduits. Au dégel, un système réfrigérant évite la corrosion des tuyaux. L’hiver étant très rigoureux, des « radiateurs » évacuent le réchauffement du sol que produit le passage de la canalisation. Cela évite un dégel qui rendrait localement le support instable.

Le port de Valdez permet d’aller rendre visite à plusieurs glaciers qui viennent vêler dans la mer. J’avais opté pour le Columbia Glacier qui n’est pas sans rappeler, à une plus grande échelle, le Jokulsarlon en Islande. Cette mini-croisière permet aussi de côtoyer des loutres et lions de mer, des orques ainsi que pas mal d’oiseaux.

La pêche au saumon est largement pratiquée à Valdez. Nombreux sont les touristes qui se livrent à ce passe-temps autour de la baie et dans le port, avec des résultats assez surprenants. La pêche à la cuiller n’est pas ma préférée en Limousin où je taquine la truite à la mouche, mais il faut reconnaître que les « lanceurs de médailles » qui s’y adonnent à Valdez réalisent de très belles prises. En une quinzaine de minutes, j’ai assisté au même endroit à la capture de trois saumons de 7 ou 8 kilos. Un emplacement spécial est d’ailleurs prévu dans le port proprement dit pour la préparation des poissons, avec des boutiques pratiquant la congélation ultra-rapide. Les saumons sont ensuite logés dans les congélateurs des camping-cars et seront consommés pendant l’hiver à travers toute l’Amérique ! Plusieurs pêcheurs m’ont très gentiment proposé des filets de saumon, mais ma petite Chevrolet ne me permettait pas leur transport et surtout conservation…

Quelques images supplémentaires dans l’album photos.

Alaska-saumon.gif

Tsunami dans le Pacifique Sud

drapeaufrancais.jpgUn tsunami provoqué par un violent séisme dans le Pacifique Sud a tué au moins 65 personnes dans les îles Samoa proprement dites et 20 autres dans la partie américaine de l’archipel. (Les Iles Samoa regroupent deux entités distinctes – la partie occidentale, l’état samoan indépendant et la partie orientale sous administration américaine. La population totale est d’environ 250 000 habitants).

Les autorités indiquent qu’au moins 145 personnes ont été blessées et que des villages entiers ont été détruits.

Le séisme de magnitude M 8,3, à une profondeur d’une vingtaine de km, s’est produit à 17h48 GMT et a généré plusieurs vagues atteignant jusqu’à 5 mètres de hauteur dans certaines zones de l’archipel.

Une alerte tsunami a été déclenchée dans tout le Pacifique (jusqu’au Japon, à Hawaii en en Polynésie) et a été annulée quelques heures plus tard.

Le Président Obama a déclaré l’état de catastrophe naturelle dans la partie américaine de l’archipel afin que des fonds soient rapidement débloqués pour venir en aide aux victimes.

Le volcan le plus proche de l’épicentre est le Curacoa dans les Tonga. Sa dernière éruption remonte à 1979.  

Source : La BBC.  

 

drapeau anglais.jpgA tsunami triggered by a strong earthquake in the South Pacific has killed at least 65 people in Samoa and more than 20 in American Samoa. (The Samoa islands include two separate entities – the western nation of Samoa and the eastern American Samoa, a US territory – with a total population of about 250,000 people

The Samoan authorities say at least another 145 people have been injured and whole villages destroyed.

The M 8.3 quake, about 20 km deep, struck at 17:48 GMT, generating 5-metre-high waves in some areas of the islands.

A tsunami warning was initially issued for the wider region (as far as Japan, Hawaii and Polynesia) but cancelled a few hours later.

President Obama has declared a major disaster in American Samoa, enabling federal funding to be available in order to help victims.

The closest volcano to the epicentre is Curacoa in Tonga. It last erupted in 1979.

Source: BBC.

 

Dieng (Indonésie)

drapeaufrancais.jpgUne explosion phréatique a eu lieu dans la soirée du 26 septembre. Elle a duré une quinzaine de secondes et avait été précédée d’un accroissement de la sismicité depuis le début du mois de septembre. L’explosion a été entendue dans un rayon de 2 km autour du cratère. Pendant l’éruption, de la boue a été éjectée jusqu’à 140 mètres de distance. Il n’y a pas eu d’émission de gaz toxiques. Le niveau d’alerte est maintenu à « Normal » et aucune évacuation n’a été ordonnée. La dernière éruption du Dieng remonte au 15 janvier 2009.  

 

drapeau anglais.jpgA phreatic explosion occurred on September 26th in the evening. The eruption lasted 15 seconds. It had been preceded by an increase in seismicity since the beginning of September. The explosion was heard 2 km away from the crater. During the eruption, mud was ejected as far as 140 metres. There were no emissions of toxic gases. The alert level at the volcano remains at « Normal« . No evacuations were ordered. The last eruption at Dieng volcano occurred on January 15th 2009.

Kilauea (Hawaii / Etats Unis)

drapeaufrancais.jpgComme cela se produit de temps en temps, un nouvel effondrement a affecté samedi dernier la bouche qui perce le plancher de l’Halema’uma’u, avec l’émission d’un nuage de cendre marron. Dans le même temps le niveau de la lave s’est abaissé au fond de la bouche où l’on ne discerne actuellement qu’une très faible lueur. Dans le même temps, plusieurs séismes ont été enregistrés dans la zone sommitale et sur le versant sud du Kilauea. Cet événement n’a eu aucun effet sur l’East Rift Zone où la lave continue à entrer dans le Pacifique sur le site de Waikupanaha.

Source : HVO.

 

drapeau anglais.jpgAs this happens from time to time, a new collapse occurred at the Halema’uma’u vent last Saturday with the emission of a brown ash plume. Meantime, the lava level dropped at the bottom of the vent where nothing but a very faint glow can currently be observed. Several earthquakes were recorded both in the summit area and the south flank of the volcano. This event did not affect the East Rift Zone where lava continues to flow through tubes from the TEB vent to the ocean at Waikupanaha.

Source: HVO.

Alaska, the last frontier (3)

3. Le Katmai : des ours et des volcans.

Anchorage nous a servi de point de départ pour nous rendre dans la région du Katmai, là où commence l’arc volcanique des Aléoutiennes, dans le sud-ouest du pays. Seule la voie aérienne permet d’accéder à ce coin perdu de l’Alaska. Un premier avion effectue le trajet entre Anchorage et King Salmon et c’est en hydravion que l’on arrive sur Brooks Lake où les ours sont les premières créatures vivantes que l’on aperçoit sur les bords du lac ! Il est vrai que les saumons sont particulièrement abondants et les plantigrades se régalent de poissons ainsi que de baies qu’ils dégustent à pleine gueule dans les forêts environnantes. Il faut être particulièrement prudent pour randonner dans le secteur car une rencontre avec les grizzlis est toujours possible. La première mission des rangers est d’ailleurs d’indiquer la marche à suivre dans un tel cas. Comme sur un volcan qui projette des bombes, il ne faut surtout pas s’enfuir en courant car on devient alors une proie potentielle pour l’animal.

Le Katmai est l’un des 80 volcans de l’arc des Aléoutiennes. Cette chaîne qui mesure 2400 km de long présente de nombreux volcans actifs dont le dynamisme éruptif et la nature des matériaux émis témoignent de la subduction de la plaque Pacifique sous la plaque nord-américaine.

La phase paroxysmale de l’éruption du Katmai s’est déroulée les 6, 7 et 8 juin 1912. Elle a duré une soixantaine d’heures avec une émission de 28 à 30 km3 de coulées de ponce et de cendre. Ces coulées, d’une épaisseur de plus de 100 mètres par endroits, ont rempli la vallée glaciaire d’Utak, large de 4 à 5 km, sur une longueur de 20 km. Robert Griggs, qui fut le premier à explorer cette vallée en 1916, l’a appelée Vallée des 10 000 Fumées à cause de ses innombrables fumerolles, aujourd’hui disparues.

L’éruption de 1912 n’a fait aucune victime car les peuplades présentes, peu nombreuses il est vrai, furent prévenues par les tremblements de terre qui avaient précédé l’éruption et avaient fui la région. Depuis cette éruption, l’érosion – comme au Pinatubo aux Philippines – a entaillé des canyons étroits, profonds de plusieurs dizaines de mètres, où nous sommes allés randonner et que l’on peut voir sur les images de l’album photos dans la colonne de droite de ce blog.

Alaska-ours.gif

Alaska, the last frontier (2)

2. Quand la terre tremble.

En Alaska, tout commence à Anchorage, ville sans charme particulier avec son quadrillage de rues et d’avenues entrecoupées de nombreux espaces verts fréquemment visités par les élans et les ours quand la nourriture se fait rare dans les forêts aux alentours.

Il ne subsiste plus aucune trace physique du terrible séisme de 9,2 qui a secoué le sud de l’Alaska le jour du Vendredi Saint 1964. Toutefois, au nord de la ville, là où s’est produit un glissement de terrain particulièrement meurtrier, on peut visiter un parc parsemé de panneaux pédagogiques qui rappellent ce douloureux événement (voir photos dans l’album). Au cœur de la ville, l’Alaska Experience Theater présente un film avec des images d’archives et de nombreux témoignages. Comme cela se fait de plus en plus aujourd’hui, les sièges des spectateurs vibrent, donnant ainsi un aperçu des secousses qui ont ébranlé Anchorage pendant plusieurs minutes. Le séisme s’est accompagné d’un tsunami qui a dévasté Valdez et Seward, petits ports sur les bords du Golfe d’Alaska (voir panneau ci-dessous). Que ce soit à Anchorage, à Homer ou à Valdez, on trouve des panneaux indiquant les lieux de rassemblement et les parcours d’évacuation en cas de tsunami. Eu égard au laps de temps très bref dont on dispose dans le cas d’un raz-de-marée, il n’est pas certain que ces précautions soient suffisantes. Les personnes avec lesquelles j’ai pu discuter à Valdez sont très sceptiques car aucun exercice n’a – paraît-il – été effectué pour préparer la population à une telle éventualité.

Tsunami-blog.gif