Etna (Sicile / Italie)

Cela fait maintenant huit jours que le tremor éruptif est au plus bas et on peut raisonnablement considérer que l’éruption est terminée. Les derniers épisodes sismiques qui ont étés ressentis au nord-ouest du massif étaient d’origine tectonique et n’avaient donc rien à voir avec l’activité du volcan.
Il est intéressant de s’attarder sur la manière dont s’est terminée l’éruption :
Entre le 20 et le 24 novembre, on a assisté à une variation du tremor, avec une alternance de niveaux élevés et de niveaux beaucoup plus faibles. Dans le même temps, la lave continuait à s’écouler dans la Valle del Bove.
Le 24 novembre, le tremor a retrouvé une nouvelle vigueur et une nouvelle constance, phénomène qui a marqué l’apparition des volumineux nuages de cendres noires dont les retombées ont obligé à la fermeture à répétition de l’aéroport de Catane.
Le 7 décembre, on observait un arrêt des nuages de cendres, et des coulées dans la Valle del Bove. Cette pause fut de courte durée et
Le 11 décembre, on enregistrait une nouvelle hausse du tremor éruptif avec apparition d’une coulée bien alimentée dans la Valle del Bove.
Le matin du 13 décembre, une vingtaine de détonations ont secoué le Cratère SE, tandis que la lave continuait à s’écouler et que le tremor maintenait un niveau relativement élevé.
Le 14 décembre dans l’après-midi, d’autres explosions ont eu lieu, suivies immédiatement pas une nette baisse du tremor indiquant une réduction de débit de la coulée dans la Valle del Bove, avec un arrêt d’émission de la lave quelques heures plus tard.
Depuis cette date, le tremor est au plus bas et, hormis des émissions de vapeur sur le cône SE, il ne se passe plus rien sur le volcan.

Comme je l’indiquais dans un bulletin, il semble bien que les nuages de cendres noires correspondaient à un récurage (certains diront un ramonage) des conduits éruptifs, avec une forte pression des gaz, comme le révélait la hauteur des nuages de cendres.
Alors que l’on croyait le récurage terminé le 7 décembre, un reliquat de magma a donné naissance à une coulée de lave qui a vu le jour le 11 décembre. Ce résidu magmatique ne représentait pas vraiment un gros volume puisque l’écoulement a commençé à s’essouffler le 14 décembre.
Ce tarissement de la source s’est accompagné d’une série d’explosions les 13 et 14 décembre. Les gaz (moteur de l’éruption) qui étaient emprisonnés avaient désormais la voie libre et leur explosion annonçait logiquement la fin de l’éruption.

Il faudra cependant attendre encore quelques jours pour s’assurer que l’éruption est effectivement terminée. Bien que l’histoire du volcan ne soit pas remplie de tels événements, il n’est pas exclu que l’on assiste à une nouvelle montée de magma. Cependant, la sismicité actuelle sur l’Etna ne semble pas orienter vers une telle hypothèse.