Etna (Sicile) : En route pour le 15ème paroxysm ! // 15th paroxysm !

19 mars 2021 – 7 heures (heure locale) : Le tremor et la sismicité sont sur la courbe ascendante. Le 15ème paroxysme de l’Etna depuis le 16 février 2021 ne devrait pas tarder.

9 heures: Le tremor continue à grimper. La visibilité n’est pas très bonne. Il va falloir se tourner vers la caméra thermique pour observer l’évolution de la crise éruptive.

Encore beaucoup de cendre semble-t-il. Les balais vont être de sortie, en particulier dans le secteur ENE du volcan….

10 heures : Le paroxysme suit son processus habituel. l’activité strombolienne dans le Cratère SE a évolué vers des fontaines et débordements de lave. Le volcan émet beaucoup de cendre ce matin. Au vu du tremor, le pic de l’événement ne devrait pas tarder.

11 heures : Le pic du tremor vient d’être atteint et l’activité éruptive du Cratère SE commence à décliner. Rendez-vous dans 48 heures pour une prochaine crise avec une meilleure visibilité?

++++++++++

En plus d’empoisonner la vie de la Sicile, la cendre de l’Etna également atteint la région des Marches à l’est de l’Italie, entre les Apennins et la mer Adriatique. Le phénomène a été enregistré notamment entre le 24 et le 27 février dernier, lors de la reprise des « paroxysmes » sur le volcan. Cette poussière volcanique est venue s’ajouter au sable du Sahara qui, poussé à l’époque par le sirocco, était observé dans tout le centre et le sud de l’Italie. A Ancône, la capitale des Marches, on a enregistré un pic de 223 µg / m3, à 20 heures le 27 février 2021. .

S’agissant de la cendre de l’Etna, elle a survolé les Marches, mais aussi d’autres régions italiennes. De plus, les crises éruptives du volcan ont émis des milliers de tonnes de SO2 dans l’atmosphère. Poussées par le sirocco, ces particules et la poussière de cendre ont affecté des régions comme la Sardaigne, le Latium, la Toscane, l’Émilie. Romagne, l’Ombrie et même les Marches. Ces nuages de gaz et de cendre sont restés à haute altitude et n’ont eu que peu ou pas de répercussions au sol. Le phénomène est loin d’être exceptionnel. On sait que lors de certaines éruptions majeures les nuages ​​volcaniques peuvent atteindre 12 ou 13 km de hauteur et pénétrer dans la stratosphère. Les vents forts qui soufflent dans cette zone, souvent à plus de 250 km / h, peuvent transporter de minuscules particules sur des centaines, voire des milliers de kilomètres.

Source : Presse italienne.

Photo : C. Grandpey

———————————————–

March 19th, 2021 – 7 :00 am : The tremor and seismicity are on the rise. Mt Etna’s 15th paroxysm since February 16th, 2021 should occur very soon.

°°°°°°°°°°

9 am: The tremor keeps rising. Visibility is not very good. The thermal camera will probably be the best way to observe the evolution of the eruptive crisis.

°°°°°°°°°°

10 am: The paroxysm follows its usual process. Strombolian activity in the SE Crater has developed into lava fountains and overflows. The volcano emits a lot of ash this morning. In view of the tremor, the peak of the event should not be long.

°°°°°°°°°°

11 am: The peak of the tremor has just been reached and eruptive activity at the SE Crater begins to decline. See you in 48 hours or so for a next crisis with better visibility?

++++++++++

In addition to disturbing life in Sicily, the ash from Mt Etna also reached the Marche region in eastern Italy, between the Apennines and the Adriatic Sea. The phenomenon was recorded in particular between February 24th and 27th, during the resumption of « paroxysms » on the volcano. This volcanic dust was added to the sand from the Sahara which, pushed at the time by the sirocco, was observed throughout central and southern Italy. In Ancona, the capital of Marche, a peak of 223 µg / m3 was recorded at 8 p.m. on February 27th, 2021.. As for Mt Etna’s ash, it passed over the Marche, but also other Italian regions. In addition, the eruptive crises of the volcano emitted thousands of tons of SO2 into the atmosphere. Driven by sirocco, all these particles affected regions such as Sardinia, Lazio, Tuscany, Emilia. Romagna, Umbria and even the Marche. These clouds of gas and ash remained at high altitude and had little or no impact on the ground. The phenomenon is far from exceptional. It is well known that during some major eruptions volcanic clouds can reach 12 or 13 km in height and penetrate into the stratosphere. The strong winds that blow in that area, often at over 250 km / h, can carry tiny particles for hundreds or even thousands of kilometres.

Source: Italian press.

Le lac de lave de l’Halema’uma’u: 5 ans déjà! / Halema’uma’u lava lake: Five years already!

drapeau francais   Après le 30ème anniversaire du début de l’éruption du Kilauea (le 3 janvier 1983), le Parc des Volcans d’Hawaii se prépare à célébrer le 5ème anniversaire de l’ouverture de la bouche incandescente à l’intérieur du cratère de l’Halema’uma’u. A cette occasion, les rangers du Parc vont organiser des causeries au Jaggar Museum dont la terrasse permet d’observer le pit crater fumant et sa lueur spectaculaire.

Ce pit crater (autrement dit cratère d’effondrement) est né à 2h58 (heure locale) le 19 mars 2008 lorsqu’une explosion a ouvert un trou béant d’environ 35 mètres de diamètre au pied de la paroi sud de l’Halema’uma’u. La lueur visible de nuit laissait supposer la présence de lave au fond de la bouche mais ce n’est que 6 mois plus tard qu’un lac de lave a peu être observé par les scientifiques de l’Observatoire.

Avec l’ouverture de cette bouche, on a assisté à une augmentation des émissions de SO2 qui étaient déjà élevées auparavant dans la zone sommitale du Kilauea. Le « vog » (contraction de « volcanig fog » – brouillard volcanique) est devenu plus fréquent et affecte encore aujourd’hui certaines zones habitées quand le vent change de sens. Les émissions de SO2 sont moins importantes qu’en 2008 mais elles atteignent en moyenne 800 à 1200 tonnes par jour, ce qui a entraîné la fermeture de la portion de la Crater Rim Drive traversée par le panache de gaz.

Depuis 2008, on a assisté à de nombreux effondrements des parois du pit crater qui ont contribué à l’agrandir de manière assez spectaculaire pour atteindre 160m X 210 mètres à l’heure actuelle, ce qui équivaut à environ 21 piscines olympiques. L’agrandissement de la bouche n’est sûrement pas terminé car des effondrements se produisent encore périodiquement.

Le niveau de la lave varie en fonction des épisodes de gonflement et dégonflement du sommet du Kilauea. La lave a atteint un niveau record le 26 octobre 2012;  son niveau se trouvait alors à seulement 21 mètres sous la lèvre du cratère.

L’accès au pit crater est interdit pour des raisons de sécurité évidentes. La lueur de la lave peut être observée dans d’excellentes conditions depuis la terrasse du Jaggar Museum. Lorsque le niveau du lac est haut, on perçoit parfois des craquements qui sont dus à la dilatation (et parfois l’effondrement) de portions de parois sous l’effet de la chaleur.

 

drapeau anglais   After the 30th anniversary of the start of Kilauea’s current eruption (January 3rd 1983), Hawai‘i Volcanoes National Park is going to celebrate the 5th anniversary of the opening of the vent within Halema’uma’u Crater. To commemorate this event, Park rangers will offer talks at the Jaggar Museum observation deck, which overlooks the fuming ans dramatically glowing pit crater.

Kilauea’s pit crater opened at 2:58 a.m.(local time), on March 19th, 2008, when an explosive eruption created a gaping hole about 35 metres wide on the south wall of Halema‘uma‘u Crater. Nighttime glow from this hole suggested the presence of molten lava, but it wasn’t until six months later that a lava lake deep within the vent was definitively observed by HVO scientists.

With the opening of the Halema‘uma‘u vent, already-high summit SO2 emission rates increased even more, resulting in increased vog (volcanic fog) downwind.   Although the summit SO2 emissions have declined since 2008, they are still averaging 800-1200 tonnes/day, creating hazardous conditions along closed sections of the park’s Crater Rim Drive and poor air quality farther downwind of the vent. Inhabited areas may also be affected, depending on wind directions.

Since 2008, rock collapses within the vent have enlarged its opening on the floor of Halema‘uma‘u Crater. The vent is now about 160 m by 210 m (the area of about 21 Olympic-sized pools), and is likely to continue growing through further collapses of vent rim.

The level of the lava lake rises and falls depending on the D/I episodes that affect Kilauea’s summit area. The lava lake reached its highest level on October 26th, 2012, when the surface rose to within 21 metres from the vent rim.

While access to the pit crater is forbidden for obvious safety reasons, the glow coming out of the lava lake is spectacular and easily observed from the terrace of the Jaggar Museum. When the lava lake level is especially high, park visitors can sometimes hear sharp sounds as rocks in the vent wall expand and crack due to the increased heat.

Halem-00

Site de la future bouche éruptive en septembre 2007  (Photo: C. Grandpey)

Halem-01

La bouche éruptive quelques jours après son ouverture en mars 2008  (Crédit photo: HVO)

Halem-03

Le pit crater en 2010  (Crédit photo:  HVO)

Halem-04

Le pit crater vu depuis la terrasse du Jaggar Museum en 2011  (Photo: C. Grandpey)