De nouveaux cratères d’explosion en Sibérie // New explosion craters in Siberia

Deux nouveaux cratères sont apparus en Sibérie sur la Péninsule de Yamal cette année, avec le dernier façonné par une explosion le 28 juin. On peut voir les premières images de ces cratères impressionnants dans le Siberian Times (voir le lien ci-dessous). Ils viennent s’ajouter à quatre autres cavités découvertes ces dernières années et examinés par des scientifiques, plus des dizaines de minuscules autres cratères repérés par satellite.
La formation des deux derniers cratères s’est accompagnée une explosion suivie de flammes, ce qui confirme la libération de poches de méthane sous la surface de la Péninsule de Yamal.
Selon les villageois, l’explosion s’est produite sur une colline, ce qui confirme la théorie scientifique selon laquelle les cratères se forment principalement par l’explosion de pingos, monticules en forme de dôme au-dessus d’un noyau de glace.
On pense que les cratères se forment lorsque le méthane du sous-sol, piégé par le permafrost pendant des milliers d’années, est libéré en raison du réchauffement climatique dans cette région de l’Arctique et explose à l’intérieur des pingos. Les scientifiques disent que plusieurs milliers de pingos, dont beaucoup avec du gaz à l’intérieur, sont susceptibles d’exploser et de former des cratères géants dans cette région.
On a recensé au moins dix explosions de pingos en Sibérie ces dernières années, avec la formation de profonds cratères. Le plus grand présente une profondeur de 35 mètres et un diamètre de 40 mètres.
Source: The Siberian Times

Vous trouverez plusieurs articles sur ce sujet dans les pages de ce blog rédigées le 22 avril et le 15 juin 2017.

——————————————-

Two new craters have appeared in Siberia on the Yamal peninsula this year, with the latest exploding on June 28th. First pictures of the large craters can be seen in the Siberian Times (see link below). They add to four other big holes found in recent years and examined by experts, plus dozens of tiny ones spotted by satellite.

The formation of both craters involved an explosion followed by fire, obvious signs of the eruption of methane gas pockets under the Yamal surface.

According to local villagers, the explosion occurred on a hill, which is consistent with the scientific theory that the craters as mainly formed by exploding pingos, dome-shaped mounds over a core of ice.

The craters are believed to form when underground methane gas, trapped by permafrost for thousands of years, is released due to the warming climate in this Arctic region and erupts inside pingo mounds. Scientists say several thousand pingos, many filled with gas,  could ‘explode’ forming giant craters in this region.

At least ten pingos are known to have exploded in Siberia in recent years forming large craters, of which four have been closely examined by scientists. The largest one is 35 metres deep and 40 metres in diametert.

Source : The Siberian Times 

You will find several posts about this topic on pages of this blog written on April 22nd and June 15th 2017.

Cratère d’explosion en Sibérie (Crédit photo: The Siberian Times)

Publicités

Une réflexion au sujet de « De nouveaux cratères d’explosion en Sibérie // New explosion craters in Siberia »

  1. Bonjour Claude,
    Question de « choix » : « Une explosion de médiocrité pourrait-elle générer des éclats de rire ?? »
    Effectivement, nous pouvons, nous simple citoyen curieux des phénomènes exceptionnels que la planète nous réserve, être très inquiet. Par contre, à la différence des suggestions d’inquiétude dont nos médias nous abreuvent, les miennes vont directement à douter sérieusement d’un quelconques allant de professionnalisme et d’efficacité de nos « amis scientifiques ». Observé de loin un phénomène, calculer sa duplication éventuelle, annoncer ses gros dangers sans préciser lesquels, émettre des hypothèses farfelues et dénuée de la moindre explication ou commentaire de fond, fait montre, pour le moins un comportement d’amateurisme patenté. Oui nous sommes aussi intelligeant que ces diplômés là et donc à même de comprendre beaucoup de choses dont ils semblent revendiquer systématiquement la propriété, mais qui devrait sensément nous rassurer. Si l’on dit fréquemment que si l’art est fait pour troubler, la science rassure, alors bravo les artistes, la pièce est bien jouée.
    Concernant les « Pingos » et leur mode de fonctionnement actuel, tout est dit, allant de l’explosion du méthane, sans préciser de quelles façons il pourrait exploser en produisant des flammes sans la moindre chaleur environnante, ni même évoquer une possible étincelle « électrostatique », jusqu’à envisager une catastrophe généraliser en extrapolant de simples et naïves observations ou les dires des villageois en plein émois. Aucunes analyses isotropiques du carbone composant ce méthane qui pourrait nous renseigner sur la nature de ce gaz, fossile ou provenant d’une fermentation récente des végétaux dégelés. On finirait vraiment à se demander si c’est bien du méthane qui s’échappe ainsi, ou si cela est encore une pseudo-information de pseudo scientifique renifleur.
    Ce qui est sûr et certain c’est en tout cas pas du méthane qui me fait exploser, mais bien un mépris naissant pour tout individu qui se présente comme scientifique avant même d’en adopter l’attitude la plus élémentaire à savoir : Observation, théorie, prédiction, expérience, et de nous communiquer à quel niveau se situe sa réflexion dans ce cycle essentiel.
    Heureusement qu’il nous reste Claude et ses pertinents articles, pour arriver à scinder le vrai du faut, car sans cela nous seront vraiment persuadés que tout ce qui nous arrive est réellement le fruit du hasard et d’une espèce de prédestination floue qui ressemblerait de plus en plus à de l’obscurantisme pur et dur. Ce qui probablement donnerait des raisons au Président Trump de nous affirmer que tout ceci est vraiment du vent.
    Lorsque l’on rencontre un chat écrasé sur la route, la méthode scientifique et « intelligente » actuelle serait d’essayer, par un calcule savant, voir même une modélisation, de savoir si c’est un camion ou bien une voiture qui l’aura aplatit ainsi. La méthode « ignare », qui en tout cas est la mienne, est de comprendre pourquoi ce chat est passé par là et d’essayer d’empêcher ses semblables de tenter cette triste expérience.
    Question de choix.
    Amitiés
    Pierre Chabat

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s