Eruptions volcaniques et climat terrestre

En consultant le site « techno-science.net », on apprend qu’une équipe de scientifiques français et américains vient de mettre au point une méthode pour déterminer l’influence des éruptions volcaniques du passé sur le climat et la chimie de la haute atmosphère.
Lors d’éruptions majeures, le soufre contenu dans le magma atteint la stratosphère (haute atmosphère dont l’altitude est supérieure à environ 17 km) où il se transforme en acide sulfurique. Ce phénomène réduit l’ensoleillement reçu au sol, contribuant ainsi à une chute significative des températures. En revanche, les éruptions de moindre importance dites « troposphériques », n’ont pas l’énergie suffisante pour atteindre la haute atmosphère et leurs effets climatiques sont mineurs.
En analysant la composition isotopique en soufre (ou acide sulfurique) du Pinatubo et du Mont Agung, deux éruptions stratosphériques étudiées en temps réel, les chercheurs ont découvert que le soufre exposé aux UV dans la haute atmosphère possède une composition isotopique unique, bien différente de celle produite par le volcanisme troposphérique. En analysant cette composition isotopique, les scientifiques peuvent désormais déterminer si elle est d’origine stratosphérique et en déduire l’éventuel impact climatique en découlant. Il devient ainsi possible de déterminer la portée climatique d’une éruption à partir uniquement des enregistrements glaciaires (carottes prélevées dans la banquise) et donc d’étendre cette étude à des périodes passées pour lesquelles aucune information précise sur les volcans n’est disponible.