Le célèbre orteil de Dawson City // The celebrated toe of Dawson City

J’adore les légendes issues de l’Arctique et l’histoire qui entoure l’orteil de Dawson City épouse l’esprit des histoires racontées par Jack London et qui ont bercé mon adolescence. Dawson City est une ville du Yukon canadien qui a connu son heure de gloire au moment de la Ruée vers l’Or du Klondike à la fin du 19ème siècle.

Dick Stevenson, l’inventeur du «Sourtoe Cocktail», un petit verre de whisky contenant un orteil humain momifié dans le bar du Downtown Hotel depuis des décennies, vient de mourir à l’âge de 89 ans.
Les gens se rendent au Downtown Hotel de Dawson City pour affronter le « Sourtoe cocktail » depuis 1973, année où Dick Stevenson a trouvé un orteil humain gelé dans un pot qui traînait dans la cabane qu’il venait d’acheter. Il a alors eu l’idée de proposer un breuvage contenant ledit orteil, convaincu que cela pourrait être un excellent moyen d’attirer les touristes. D’une certaine manière, il a eu raison. Depuis cette époque, on estime que plus de 100 000 personnes sont devenues membres du Sourtoe Cocktail Club.
Pour rejoindre le club, il n’est pas besoin d’avaler l’orteil, ni même de l’introduire dans la bouche, mais vous devez obéir à un règlement: « Vous pouvez boire rapidement ou lentement, mais vos lèvres doivent toucher le gros orteil. » Il s’agit bien d’un véritable orteil, momifié et de couleur quasiment noire. Vous aurez une amende de 500 dollars si vous avalez l’orteil et serez accusé de cannibalisme ! Le doigt de pied est conservé dans un pot de sel pour qu’il ne s’abîme pas. Il y a actuellement deux orteils en réserve pour remplacer ceux qui, à la longue, vont se décomposer et devenir des moignons inutilisables.

La fille de Dick Stevenson a déclaré que son père voulait faire don de ses deux gros orteils au Sourtoe Cocktail Club, demande immédiatement acceptée par le Downtown Hotel.
L’un des orteils en réserve a été offert par un concurrent de la Yukon Arctic Ultra, qui a dû être évacué de la course en février 2018. Il souffrait de gelures profondes. Il faisait si froid que ses cils étaient collés et que ses paupières ne pouvaient plus se fermer. Les médecins lui dirent qu’il faudrait l’amputer de trois de ses orteils. Une infirmière lui raconta qu’il existait peut-être une solution pour qu’il ne les perde pas complètement. Elle lui demanda s’il avait déjà entendu parler du Sourtoe Cocktail. L’homme pensait qu’il s’agissait un verre de whisky. « En quelque sorte », lui dit l’infirmière qui lui en expliqua le principe. Le coureur a immédiatement accepté de devenir l’ingrédient principal de l’une des boissons les plus originales et les plus repoussantes au monde. Ses orteils sont arrivés au bar par la poste quelques jours plus tard.
Un jour, le fameux orteil a été volé, mais il a vite été rendu à son propriétaire légitime, accompagné d’une lettre d’excuses. La police de Dawson City a rapidement localisé un suspect et essayé  le contacter, mais l’homme s’est rapidement rendu. Il a expliqué à la police qu’il avait placé l’orteil dans une enveloppe à l’adresse du Downtown Hotel. Le doigt de pied est arrivé en bon état et l’homme n’a pas été poursuivi en justice.
Source: Presse canadienne.

Voici une petite vidéo  illustrant parfaitement le sujet…

 https://youtu.be/0xqq0sCP5zw

———————————————-

 I love legends from the Arctic and the toes of Dawson City in the Canadian Yukon marry the spirit of stories told by Jack London and rocked my teenage years.

We have just been told that Dick Stevenson, the inventor of the “Sourtoe Cocktail” that delighted and disgusted patrons at a hotel bar in the Yukon for decades, has died at the age of 89.

People have been venturing to Dawson City’s Downtown Hotel to throw back the Sourtoe Cocktail since 1973, when Dick Stevenson discovered a human toe in a pot in a cabin he had just bought. He then thought turning it into a drinking challenge might be a great way to draw tourists. Somehow, it was. Since then, it is estimated that more than 100,000 people have become members of the Sourtoe Cocktail Club. More than 10 toes have been donated to the cause.  .

To join the club, you don’t have to swallow the toe, or even put it in your mouth. But there is one rule: « You can drink it fast. You can drink it slow. But your lips must touch the gnarly toe. » The toe is mummified, dry and blackish-brown. The toe is real. So is the $500 fine for swallowing it. It is stored in a jar of salt for preservation.

Stevenson’s daughter said that her father wanted his toes preserved and donated to the Sourtoe Cocktail club, a wish the Downtown Hotel said it will honour.

One toe was donated by a competitor of the Yukon Arctic who had to be evacuated from the race by snowmobile in February 2018. He was suffering from deep frostbite. It was so cold that his eyes were frozen open, his eyelashes stuck together and his lids un-blinkable. The doctors soon informed him that three of his toes would have to go. But still, a nurse assured him, he didn’t really have to lose them, at least not completely. Had he ever heard of the Sourtoe Cocktail? she asked. The man thought it was a whiskey drink. Sort of, the nurse said and she explaines the principle of the Sourtoe Cocktail. The man readily accepted the chance to become the main ingredient of one of the world’s most famous drinking experiences. His toes arrived by mail at the bar the next days.

One day, the famous toe was stolen but soon returned to its rightful owner, accompanied by a letter of apology. Mounties in Dawson City quickly developed a suspect following the theft of the toe and made efforts to contact him. But the alleged suspect quickly reached out to the Mounties. He told them he’d « placed the toe in the mail, addressed to the Downtown Hotel. The toe was in good condition and the man was not sued. . »

Source : Canadian press..

Here is a short video that illustrates the topic :

https://youtu.be/0xqq0sCP5zw

Photos: C. Grandpey

Crédit photo: Downtown Hotel

Le corbeau et l’aigle // The raven and the eagle

drapeau-francaisIl y a quelques semaines, j’ai lu dans un journal d’Alaska qu’un homme avait été contraint de payer une forte amende pour avoir tué deux corbeaux qui figuraient parmi des dizaines d’autres exterminés dans un quartier de Fairbanks. Le soixantenaire a dû débourser 1125 dollars pour avoir commis une double infraction à la loi fédérale sur les oiseaux migrateurs. La situation du corbeau en France est très différente car l’oiseau est considéré comme un nuisible qui peut être chassé légalement au cours de certaines périodes de l’année, sous certaines conditions.
Les corbeaux sont considérés de manière différente en Alaska où la Nature joue un rôle important, en particulier dans la vie des populations autochtones, les Tlingit, par exemple.  Ainsi, les saisons apparaissent dans les contes et légendes dont la plupart se déroulent en hiver qui est généralement décrit comme cruel, avec des températures extrêmement froides, de fortes chutes de neige et des vents mordants.
Les histoires sont également fortement influencées par les animaux qui font partie de la vie quotidienne des tribus. Elles racontent comment les saumons remontent les rivières et les élans perdent leurs bois. Dans ces contes, les animaux apportent des moments joyeux et drôles pendant les rudes mois d’hiver.
Les animaux ont souvent des rôles de débrouillards dans les histoires. Ils sont doués de parole et possèdent des attributs humains. Ils interagissent souvent avec les gens et oscillent entre la forme humaine et animale. L’animal le plus populaire parmi les autochtones de l’Alaska est le Corbeau (Raven). Il est confronté à des situations délicates dont il se sort grâce à sa ruse et sa débrouillardise. C’est lui qui apporte la lumière dans le monde. Il est parfois une espèce de Robin des Bois qui n’hésite pas à venir en aide aux plus démunis. Certains contes avec le Corbeau s’intitulent « Comment Raven a apporté la lumière au monde, » ou « Raven vole le soleil » ou « Raven vole la lumière», et bien d’autres.
L’Aigle, le célèbre Bald Eagle, le pygargue à tête blanche, fait partie, comme le Corbeau, de la structure sociale Tlingit. Ils sont tous deux égaux. Chez les Tlingit, les gens sont tous égaux, ce qui contribue à l’équilibre la société. Il se raconte que les autochtones utilisaient certaines parties du corps de l’aigle. On se servait des ailes pour balayer les maisons tribales. La queue était utilisée pour la danse. Parfois, le bec servait de cuillère.
Il n’est pas rare de voir en Alaska ou dans le Yukon des fresques montrant certains de ces animaux symboliques. Voici, ci-dessous, l’une de ces peintures à Haines, en Alaska.

——————————————

drapeau-anglaisA few weeks ago, I read in an Alaskan newspaper that a man would pay a federal fine after pleading guilty to killing two ravens among dozens found shot in a Fairbanks neighbourhood. The 60-year-old man was fined 1,125 dollars for two violations of the federal Migratory Bird Treaty Act. The situation of the raven in France is very different as the bird is considered as a pest which can be killed in certain periods of the year, under certain conditions.

Ravens are considered quite differently in Alaska where Nature plays an important part, especially in the lives of Natives. It has a strong influence on their story-telling.

The seasons play a large role in Alaska Native storytelling. The majority of stories are set in winter which is usually described as cruel and harsh, with extremely cold temperatures, heavy snowfall, and biting winds.

The stories are also heavily influenced by animals that are a part of the tribes’ everyday lives. They may be about special moments in the seasons, when the salmon come into the streams or when the moose lose their antlers. Animals in story-telling can provide a joyful and humorous experience for the tribe during the winter months.

The animals can play the roles of tricksters in the stories. They are gifted with the power of speech and human attributes. They often interact with people and frequently change between human and animal form. The most popular animal among Alaskan Natives is the Raven or Crow. The raven is usually the trickster, always getting into trouble, events such as bringing light into the world. The raven symbolizes helping the people and shaping the world. Here are a few examples of stories about helping and shaping the world; they are entitled « How Raven brought light to the World, » or « Raven Steals the Sun, » or “Raven Steals the Light,” and many others.

The Eagle is part of the Tlingit social structure. There are two moieties, the Eagle and the Raven. They are both equal. In Tlingit society people are all equal and this is how things are balanced. The Tlingits used parts of the eagle’s body. The wing was used for sweeping out the tribal houses. The tail of the eagle was used for dancing. Sometimes the beak was used as a spoon.

It is not exceptional to see murals showing some of these symbolic animals of Alaska. Here is one of these paintings in Haines.

Raven

Photo: C. Grandpey