Un volcan de fleurs… // A floral volcano…

drapeau francaisEn 2013, Sony a lancé une campagne publicitaire tournée près du volcan Irazu au Costa Rica pour son téléviseur 4K Ultra HD. On voit le volcan en éruption déverser 8 millions de vrais ( !) pétales de fleurs et transformer une ville voisine en un monde imaginaire.
Il est, bien sûr, scientifiquement impossible de remplir de fleurs le cratère d’un volcan actif. Les ingénieurs de Sony ont donc eu recours à plusieurs artifices comme une toile de 35 mètres par 35 dont les mouvements rappellent ceux d’un lac de lave, le tout avec de puissants ventilateurs et des canons à air. Les 8 millions de pétales pesaient 3,5 tonnes. Chaque pétale était censé représenter un mégapixel de l’image proposée par l’écran du téléviseur.

En cliquant sur le lien ci-dessous, vous verrez le résultat obtenu. Une autre vidéo explique les techniques de prise de vue.

http://indiatoday.intoday.in/story/floral-volcano-sony-explosion-costa-rica-irazu/1/437749.html

Cette éruption de fleurs me rappelle un chapitre du livre Mémoires Volcaniques (voir colonne de gauche) écrit conjointement avec Jacques Drouin dans lequel l’ « Ile Noire » devient un merveilleux jardin de fleurs…

Source : India Today.

 —————————————————

drapeau anglaisIn 2013, Sony launched a campaign shot near Irazu Volcano, Costa Rica for its 4K Ultra HD TV. The advertisement sees the volcano erupt with 8 million petals (yes, real ones!), transforming a nearby town into a part of some fantasy world.

Scientifically being able to fill a live volcano with flowers is impossible, so employing some creative artificial devices like a 35×35 meter cloth whose movements remind us of a lava lake, together with powerful fans and air cannons. The 8 million petals weighed 3.5 tons, with each petal representing a megapixel the TV offers.

Just click on this link to see the result ! Another video explains the technical details of the shooting of the scenes:

http://indiatoday.intoday.in/story/floral-volcano-sony-explosion-costa-rica-irazu/1/437749.html

This eruption of flowers reminds me of a chapter of the book Mémoires Volcaniques (see left-hand column) written with Jacques Drouin in which the « Black Island » becomes a wonderful garden of flowers.

Source: India Today.

Volcans du Costa Rica

drapeau francaisLe Poas, le Turrialba et l’Irazu sont parmi les volcans les plus visités du Costa Rica. Mes dernières notes montrent qu’ils ont connu une forte activité volcanique ces derniers temps, ce qui a souvent conduit à des fermetures et des restrictions d’accès aux sites touristiques les plus populaires.
Le Turrialba – dans la province de Cartago – est actuellement interdit d’accès en raison des dernières éruptions qui ont entraîné la fermeture de plusieurs routes, écoles et même du principal aéroport international de San José.
Le Poas – dans la province de Alajuela – a connu une situation similaire l’année dernière lorsque plusieurs éruptions phréatiques ont expédié des matériaux à des dizaines de mètres dans les airs et atteint un groupe de touristes qui a trouvé refuge sur la terrasse d’observation du cratère.
L’Irazu – dans la province de Cartago – pourrait bien, lui aussi, être frappé d’interdiction d’accès. Dans une note écrite le 22 janvier, j’ai indiqué que les habitants de la région étaient inquiets en raison d’une fissure de 222 mètres de longueur apparue à proximité du volcan.Elle a provoqué des glissements de terrain dans une zone de 15 hectares près de 84 tours de télécommunications utilisées par les organismes gouvernementaux et d’urgence ainsi que des stations de radio et de télévision.
L’Irazu était déjà soumis à des fermetures temporaires en raison de l’activité du Turrialba qui se dresse à proximité. En effet, l’Irazu offre les meilleurs points de vue sur le Turrialba mais la Protection Civile a décidé d’ordonner des fermetures temporaires du site après que des géologues qui observaient le Turrialba aient été priss dans un nuage de cendre pendant une campagne d’observation des éruptions. Les scientifiques sont persuadés que la sismicité en cours sur le Turrialba est la cause des glissements de terrain sur l’Irazu.

Voici la situation actuelle des volcans du Costa Rica:
Volcan Turrialba: Fermé
Volcan Irazu: Peut être soumis à des fermetures temporaires. Se renseigner en appelant le (506) 2200-5025 08h00-15h30.
Volcan Poas: Ouvert..

——————————————-

drapeau anglaisPoas, Turrialba and Irazu are among the most visited volcanoes in Costa Rica. My latest notes show they have been presenting increased volcanic activity recently, which often led to closures and restricted access to tourists.
Turrialba in the province of Cartago is currently off limits to tourists due to ongoing eruptions that have closed roads, schools and even the main international airport at one point.
A similar situation was experienced with Poas in the province of Alajuela last year, when phreatic eruptions sent volcanic matter flying several metres in the air, ultimately landing on tourists who scrambled for cover in the observation deck that offers a view of the main crater.
Irazu in the province of Cartago may become the latest tourist attraction in Costa Rica to restrict access to visitors. In a note written on 22 January, I indicated that local residents were concerned because of a 222-metre fissure that emerged near the volcano. It had caused landslides in a 15-hectare area near 84 telecommunications towers used by the government and emergency agencies, as well as radio and TV stations.
Irazu was already subject to temporary closures due to the activity of the nearby Turrialba. Indeed, Irazu offers the best views of Turrialba, but emergency officials decided to order temporary closures after geologists observing the Turrialba were engulfed in a heavy cloud of ash while observing eruptions. The ongoing seismicity at Turrialba is believed to be the cause of the landslides at Irazu.

Here is the current situation of volcanoes in Costa Rica:
Turrialba volcano: Closed
Irazu volcano: Subject to temporary closures, please call (506) 2200-5025 between 8:00 am and 3:30 pm for more information.
Poas volcano: Open.

Irazu-blog

Vue du cratère de l’Irazu  (Crédit photo:  Wikipedia)

Les frissons de l’Irazu (Costa Rica) // The tremors of Irazu (Costa Rica)

drapeau francaisUne série de petits séismes inquiète depuis le mois de décembre les habitants de plusieurs localités situées à proximité de l’Irazú. Les événements ont des magnitudes comprises entre 1,5 M et M 3,9, avec un pic d’activité le 13 janvier, jour où plus de 50 microséismes ont été enregistrés en une seule journée. Cependant, cette activité sismique n’a pas entraîné une modification significative de l’activité volcanique de l’Irazu.
Les scientifiques du Réseau Sismologique National (RSN) veulent savoir s’il y a une relation entre les microséismes de l’Irazú et l’augmentation d’activité du Turrialba au cours des trois dernières années. Les deux volcans sont situés dans la province de Cartago, à environ 10 kilomètres l’un de l’autre.
L’inquiétude des habitants a grandi la semaine dernière lorsque les géologues ont confirmé qu’une fracture de 222 mètres de longueur était apparue près de l’Irazu. Cette fracture a provoqué des glissements de terrain dans une zone de 15 hectares à proximité de 84 tours de télécommunications utilisées par les organismes gouvernementaux et les centres de secours, ainsi que les stations de radio et de télévision. La fracture, qui mesure environ 1,40 mètre de large en certains endroits et jusqu’à 90 centimètres de profondeur, met en péril l’ancrage des tours en raison des mouvements du sol.
Les ingénieurs font remarquer qu’il sera difficile de trouver un nouvel emplacement avec des caractéristiques semblables à celles de l’Irazú, qui, à plus de 3400 mètres d’altitude, offre une couverture de plus de 60 pour cent du territoire national.
Source: Le Tico Times.

 —————————————

drapeau anglaisA series of minor tremors occurring since December is worrying residents of several communities near Irazú Volcano. The magnitude of the events ranged from M 1.5 to M 3.9 with a peak of activity on January 13th, when more than 50 microseisms were recorded in one single day. However, this seismic activity has not led to a substantial change in volcanic activity at Irazú.

National Seismological Network (RSN) experts want to know whether there is a relationship between microseisms at Irazú and the increase in Turrialba’s activity in the past three years. Both volcanoes are located in Cartago, about 10 kilometres apart.

Residents’concerns got higher last week when geologists confirmed that a 222-metre fissure has emerged near Irazú. It has caused landslides in a 15-hectare area near 84 telecommunications towers used by the government and emergency agencies, as well as radio and TV stations. The fissure, which is about 1.4 metres wide in some areas and up to 90 centimetres deep, places the towers’ anchors at risk because of displacement of the earth.

Experts warn that it would be difficult to find a new location with characteristics similar to Irazú, which at over 3,400 metres provides the stations coverage of more than 60 percent of the national territory.

Source: The Tico Times.

Irazu-blog

Le cratère de l’Irazu (Crédit photo:  Wikipedia)

Irazu 1963: Un magma TGV! // Irazu 1963: A high-speed magma!

drapeau francaisDes tests géochimiques effectuées sur des cristaux d’olivine dans la cendre émise pendant l’éruption de l’Irazu (Costa Rica) en 1963 ont montré que la roche en fusion en provenance du manteau peut perforer des kilomètres de croûte terrestre en quelques mois seulement.  En effet, avant l’éruption dévastatrice de 1963, le magma a parcouru en deux mois seulement les 35 kilomètres entre le manteau et la chambre magmatique superficielle du volcan  C’est ce que des chercheurs de l’Université Columbia écrivent dans le numéro du 1er Août 2013 de la revue Nature. Cette nouvelle étude est la première preuve réelle d’une ascension rapide du magma.

Les tests effectués sur l’Irazu confirment d’autres indices concernant l’ascension rapide du magma, tels que les séismes profonds qui ont précédé les éruptions du Pinatubo aux Philippines et l’Eyjafjallajökull en Islande. Des secousses sismiques ont été enregistrées près du manteau sous le Pinatubo et l’Eyjafjallajökull dans les semaines et les mois avant les éruptions.
Malgré quelques indications suggérant que l’ascension du magma pourrait être rapide, la plupart des modèles de systèmes d’alimentation des volcans décrivent une lente progression de la matière en fusion. Les études révèlent généralement que la chambre magmatique se remplit par le bas. Le magma s’élève peu à peu des profondeurs, s’arrête, se mélange à d’autres magmas, poursuit sa lente ascension, jusqu’à ce que finalement il atteigne la chambre. Ce long voyage s’étire sur une période de milliers, voire de centaines de milliers d’années. «C’est comme pour monter un escalier. Chaque étape est un autre changement», explique un géologue de l’Oregon State University. « Au moment où il arrive à la surface, le magma a été modifié assez sensiblement. » C’est ce que le géologue français Hervé de Goer appelait les «magmas omnibus», comparant la lenteur du magma à celle d’un train omnibus dans lequel différents passagers montent à chaque gare de sorte qu’à la fin du voyage le groupe de voyageurs est très différent de ce qu’il était au début. A l’opposé, De Goer mentionnait les « magmas TGV » qui, comme les trains à grande vitesse, ne s’arrêtent pas à toutes les gares. De la même manière, la nouvelle étude a trouvé des preuves que le magma qui alimentait l’éruption de l’Irazu en 1963 avait pris un ascenseur ultra rapide pour atteindre la surface et ne s’était mélangé à d’autres roches qu’à de faibles profondeurs, à environ 10 kilomètres sous la surface de la Terre. Par ailleurs, la lave émise durant l’éruption de 1963 contenait nickel. Le magma issu du noyau de la Terre contient effectivement des traces de nickel, mais le métal se dissipe habituellement en même temps que le magma se déplace vers la surface. La présence de nickel suggère que le magma  est monté très vite de sorte que le métal n’a pas eu le temps de s’échapper.
Il serait vraiment intéressant que les chercheurs puissent trouver un comportement identique du magma en d’autres endroits de la planète. L’Irazu est un volcan d’arc, au-dessus d’une zone de subduction. Certains des éruptions les plus violentes de l’histoire se sont produites sur des volcans d’arc de la Ceinture de Feu du Pacifique, dans des zones de subduction. C’est pourquoi les scientifiques américains sont en train d’analyser des cristaux d’olivine d’autres volcans d’arc (îles Aléoutiennes en Alaska, Chili et Tonga) en espérant trouver des indices de magma à ascension rapide. En étudiant un plus grand nombre de volcans, on comprendra mieux pourquoi certains magmas sont très rapides, tandis que d’autres sont très lents.
Le problème est que la plupart des systèmes de surveillance volcanique sont conçus des nos jours pour fonctionner à de faibles profondeurs (10 km environ). Il faudra donc que de nouveaux réseaux soient conçus pour étudier le magma en provenance des profondeurs de la Terre.

*L’éruption de 1963 ( 40 morts) est décrite dans mon dernier livre « Killer Volcanoes – Eruptions meurtrières des temps modernes » (voir colonne de gauche de ce blog).

Source : Live Science.

Un photographe du Los Angeles Times a réalisé une belle galerie des photos de l’éruption de l’Irazu en 1963. Vous la verrez en cliquant sur ce lien:

http://www.latimes.com/news/science/sciencenow/la-sci-sn-irazu-volcano-eruption-photos-20130801,0,6034811.photogallery

 

drapeau anglaisGeochemical tests performed on crystals of olivine from ash erupted in 1963 at Costa Rica’s Irazu volcano showed that molten rock from the Earth’s mantle can punch through kilometres of overlying crust in a matter of months only. The new study is the first real evidence of a fast mode in volcanoes.

Before the deadly 1963 eruption of Irazu, magma travelled the 35 kilometres from the mantle to the volcano’s shallow magma chamber in about two months. This is what Columbia University researchers report in the August 1st issue of the journal Nature.

The discovery at Irazu helps confirm other clues for high-speed magma ascents, such as deep-seated earthquakes before eruptions at Mount Pinatubo in the Philippines and Iceland’s Eyjafjallajökull volcano. Seismic tremors struck near the mantle below Pinatubo and Eyjafjallajökull in the weeks and months before the eruptions.

Despite some indications suggesting magma ascent could be fast, most models of volcano plumbing system refer to a slow ascent. Studies usually reveal that a volcano’s magma chamber fills from the bottom. Magma melts rise a bit, then mix together, and then climb a little more, until finally reaching the chamber. The long journey happens over a span of thousands to hundreds of thousands of years. « It’s like going up a set of stairs. Each step is another change, » says a geologist at Oregon State University. « By the time you get to the surface, the magma has been changed quite substantially. » This is what French geologist Hervé de Goer called “omnibus magmas”, comparing slow magma to an omnibus train in which different passengers climb at each station so that in the end the bunch of travellers is very different from what it was at the beginning of the trip. On the opposite side, De Goer mentioned “TGV (high-speed) magmas” which, like high-speed trains, do not stop at all stations. In the same way, the new study found evidence that magma feeding the 1963 eruption of Irazu took the express elevator to the surface, mixing with other molten rock only at shallow depths, around 10 kilometres below the Earth’s surface. Besides, lava rock from the 1963 eruption contained nickel. Magma in the Earth’s core holds trace amounts of nickel, but the metal usually diffuses out as the magma moves to the surface. The presence of nickel suggests the magma rose faster than the metal could escape.

It would really be interesting if researchers could find this behaviour of magma at many different places. Irazu is an arc volcano, rising above a subduction zone. Some of the most powerful eruptions in history came from arc volcanoes in the Pacific Ring of Fire which tower above subduction zones. That’s why American scientists are now analyzing olivine crystals from other arc volcanoes (Alaska’s Aleutian Islands, Chile and Tonga) for signs of fast-rising magma. Looking at more volcanoes will also help understand why some melts are very fast, while others are very slow.

The problem is that most monitoring systems are designed to look at shallow depths (10 km or so), so new networks would have to be built to monitor magma coming from the depths of the Earth.

Source : Live Science

A Los Angeles Times photographer has presented a nice photo gallery of Irazu’s 1963 eruption. You can see it by clicking on this link:

http://www.latimes.com/news/science/sciencenow/la-sci-sn-irazu-volcano-eruption-photos-20130801,0,6034811.photogallery

 

Irazu-blog

Vue du cratère de l’Irazu  (Crédit photo:  Wikipedia)

L’activité volcanique au Costa Rica // Volcanic activity in Costa Rica

drapeau francais   A l’attention de celles et ceux qui ont l’intention de se rendre au Costa Rica dans les prochaines semaines, voici un petit bilan de l’activité volcanique.

Arenal : Le volcan est très calme en ce moment. Il se contente d’émettre des gaz dans le Cratère C et des fumerolles dans le Cratère D. L’activité sismique reste faible elle aussi. L’Arenal ne s’est manifesté ni en 2011, ni en 2012. Après une quarantaine d’années d’activité quasi continue, c’est la première fois que le volcan reste muet aussi longtemps. Ses dernières manifestations intéressantes remontent à octobre 2010, année au cours de laquelle on avait observé des coulées de lave, des explosions stromboliennes et des coulées pyroclastiques provoquées par des effondrements sommitaux. L’éruption la plus meurtrière de l’Arenal (décrite dans mon livre Killer Volcanoes) a eu lieu en juillet 1968 et a entraîné la mort de 87 personnes.

Turrialba : Suite à une intensification de l’activité en janvier 2012, la couleur du niveau d’alerte du Turrialba était passée du Jaune à l’Orange et le Parc National avait été fermé aux touristes. La situation s’est calmée depuis et le volcan se contente d’émettre des panaches de gaz et de vapeur.

Poas : Le volcan et son lac sont calmes actuellement. Il faut noter que des éruptions phréatiques se produisent périodiquement, comme fin octobre 2012. Le cratère du Poas a alors éjecté de la boue et de la cendre jusqu’à plus de 500 mètres de hauteur. C’était la première éruption de ce type depuis 2006. Ces éruptions phréatiques se limitent en général à la lagune à l’intérieur du cratère.

Irazu : Rien de particulier à signaler. Les derniers rapports du GVN indiquent que le niveau du lac d’acide a tendance à baisser.

Rincon de la Vieja : Activité de dégazage.

drapeau anglais   For the attention of those who intend to travel to Costa Rica in the next few weeks, here is a brief assessment of volcanic activity.

Arenalis very quiet at the moment. It simply emits gases in crater C and fumaroles in crater D. Seismic activity remains low too. Arenal showed no activity in 2011 or in 2012 either. After forty years of almost continuous activity, this is the first time that the volcano has remained silent for so long. Its last interesting activity dates back to October 2010, a year when one had observed lava flows, Strombolian explosions and pyroclastic flows caused by summital collapses.

Turrialba: Following an increase in activity in January 2012, the colour of the alert level for Turrialba was raised from Yellow to Orange and the National Park was closed to tourists. The situation has calmed down since that time and the volcano is simply zmitting plumes of gas and steam.


Poas: The volcano and lake are quiet now. Note that phreatic eruptions occur periodically, as by the end of October 2012. The crater of Poas then ejected mud and ash up to more than 500 metres high. This was the first eruption of this type since 2006. These phreatic eruptions are generally restricted to the lagoon inside the crater.

Irazu: Nothing to report. The last GVN updates indicate that the level of the acid lake tends to decline.

Rincon de la Vieja: Degassing activity.

Arenal 2008

L’Arenal en 2008 (Crédit photo:  Wikipedia)