Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) et Mayotte (Archipel des Comores)

Dans son dernier bulletin mensuel, l’OVPF indique que « le mois de décembre 2018 a été marqué au Piton de la Fournaise par une faible sismicité sous les cratères sommitaux, une absence de déformation significative, et des flux de CO2 avec des valeurs faibles. Ceci témoigne de l’absence de transferts magmatiques – ou leur ralentissement – des  zones profondes vers les zones plus superficielles. »

Le niveau d’alerte est maintenu à « Vigilance » depuis le 8 novembre 2018.

Le dernier bulletin de l’OVPF consacre également un chapitre à la situation sur l’île de Mayotte. On n’apprend rien de très nouveau. Les essaims sismiques ont des épicentres regroupés en mer, 30 à 60 km à l’est de la côte de l’île. La grande majorité de ces séismes est de faible magnitude, mais plusieurs événements de magnitude modérée, avec un maximum de

M5,9, ont été fortement ressentis par la population et ont endommagé certaines constructions.

Depuis le mois de juillet l’activité sismique a diminué mais une sismicité persiste et s’est même intensifiée en décembre où on a enregistré plusieurs événements supérieurs à M 4,0 dont certains ont été ressentis par la population.

En  parallèle, les données des stations GPS du réseau Teria installées ur l’île de Mayotte indiquent depuis le mois de juillet un déplacement d’ensemble d’environ 11 cm vers l’est

et un affaissement d’environ 8 cm depuis le mois de juillet. Des calculs automatiques et journaliers ont été mis en place  à l’OVPF (via le logiciel Gipsy) afin de suivre ces déformations, ainsi que la source à leur origine. Ainsi pour les 3 derniers mois, la source à l’origine de ces déplacements a pu être localisée à une trentaine de kilomètres à l’est de Mayotte et à environ 39 km de profondeur. Cela laisse supposer que des transferts de fluides dans la croûte continuent.

Source : OVPF.

———————————————————

In its last monthly bulletin, OVPF indicates that « the month of December 2018 was marked on the Piton de la Fournaise by a low seismicity under the summit craters, a lack of significant deformation, and CO2 emissions with low values. This testifies to the absence or the slowdown of magma transfer from the deep zones to shallow zones. »
The alert level has been maintained at « Watch » since November 8th, 2018.

The latest OVPF newsletter also devotes a chapter to the situation on the island of Mayotte. We do not learn anything very new. The seismic swarms have epicentres clustered at sea, 30 to 60 km east of the coast of the island. The vast majority of these earthquakes are of low magnitude, but several events of moderate magnitude, with a maximum of
M5.9, were strongly felt by the population and damaged some buildings.
Since the month of July the seismic activity has decreased but a seismicity persists and even intensified in December where there were several events higher than M 4.0, some of which were felt by the population.
In parallel, data from the Teria network GPS stations installed on the island of Mayotte indicate since July an overall displacement of about 11 cm to the east
and a subsidence of about 8 cm since the month of July. Automatic and daily calculations have been set up at the OVPF (via the Gipsy software) in order to follow these deformations, as well as the source at their origin. Thus for the last 3 months, the source at the origin of these displacements could be located about thirty kilometers east of Mayotte and about 39 km deep. This suggests that fluid transfers into the crust continue.
Source: OVPF.

Déplacements (en mètres) enregistrés sur 4 stations GPS localisées à Mayotte et au nord de Madagascar sur les composantes est (en haut), nord (au milieu) et vertical (en bas) entre avril et décembre 2018. (Source : OVPF)

4 réflexions au sujet de « Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) et Mayotte (Archipel des Comores) »

  1. Bonjour Claude.

    Ca m’interpelle tout ça.
    Déplacement vers l’est de 11 cm (c’est pas rien quand l’on voit le déplacement des plaques continentales !) et enfoncement de 8 cm.
    Comme si la zone des Comores glissait SOUS Madagascar en s’enfonçant.
    Deuxième hypothèse, la vidange d’une chambre magmatique crée l’enfoncement des zones adjacentes.

    Qu’en pensez vous ?
    Coedialement.
    Frédox

    J'aime

    1. Bonjour Frédox,

      La vidange d’une chambre magmatique est une hypothèse, mais il n’y a eu aucun signe d’éruption en mer. Je penche davantage pour l’hypothèse d’une éruption avortée avec, effectivement une évacuation du magma sous la croûte terrestre. J’ai assisté à un événement semblable en Islande dans la région du Krafla dans les années 90. La terre s’était bien soulevée; tout le monde s’attendait à une éruption…qui n’est pas venue. Par la suite la terre a retrouvé un niveau normal. Le magma avait trouvé une autre voie pour s’évacuer. C’est peut-être ce qui s’est produit (ou est en train de se produire) au large de Mayotte.
      Bonne journée.
      Claude Grandpey

      J'aime

      1. Bonjour Claude,
        Faille dans l’analyse, ou analyse d’une faille ?
        Au large de Mayotte vers l’est, précisément à l’endroit d’où proviennent les séismes, une fissure existe au fond le l’océan, fissure bien visible sur Google Earth. S’agirait-il d’un accident dans le fond océanique qui pourrait révéler une subduction, c’est-à-dire l’enfoncement d’une portion de la plaque sur laquelle Mayotte repose ? Evidemment si une telle hypothèse pouvait se confirmer, n’expliquerait-il pas ce double mouvement de l’ile, horizontalement, conséquence logique et verticalement par début d’obliquité du déplacement subducal ?
        Il est tout à fait normal à priori de penser à la naissance d’un phénomène volcanique et donc magmatique compte tenu de la nature des séismes observés, mais ne pourrait-il pas s’agir uniquement d’un mouvement tectonique, certes d’un genre nouveau, ou du moins non encore connu ?
        Amitié
        Pierre Chabat

        J'aime

      2. Bonjour Pierre,
        Une chose est certaine: ce qui se passe au large de Mayotte est soit tectonique, soit volcanique ou, pourquoi pas, un mélange des deux, car l’évacuation d’une poche de magma peut engendrer une perturbation tectonique. Le problème, c’est que nous ne pouvons faire que des suppositions car notre connaissance des fonds océaniques est trop insuffisante pour faire le moindre diagnostic. D’ailleurs, on remarquera que des personnes qui se veulent éminents volcanologues ne se risquent pas au moindre commentaire…
        Amitiés.
        Claude Grandpey

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.