Déplacement d’une station de recherche britannique en Antarctique // A British research station needs to be moved in Antarctica

drapeau-francaisLe continent antarctique fond et, comme on l’a vu récemment avec la plate-forme Larsen C, il se fracture. La dernière conséquence de cette fonte est humaine. Le British Antarctic Survey vient d’indiquer que la station britannique « Halley VI », située sur la barrière de Brunt, va être déplacée car les scientifiques craignent qu’elle se retrouve sur un iceberg à la dérive, suite à la fonte de la glace sous l’effet du réchauffement climatique. Il est à noter que les recherches effectuées dans la station « Halley VI » ont abouti , entre autres, à la découverte du trou dans la coche d’ozone en 1985.

La barrière de Brunt avance dans la Mer de Weddell. C’est une étendue de glace d’eau douce de 130 mètres d’épaisseur qui est reliée aux glaciers du continent qui l’alimentent. Une première fissure a déjà été identifiée en 2012. Le 31 octobre 2016, une nouvelle fracture – Halloween Crack – a également été détectée, à environ 17 km au nord de la station de recherche. En cliquant sur ce lien, vous pourrez voir la fracture filmée par un drone :

https://youtu.be/92S91DcIxsk

La fracture ne cesse de s’élargir et menace de couper l’accès des scientifiques britanniques au continent antarctique. Seize personnes qui devaient passer l’hiver antarctique dans la station, de mars à novembre, doivent la quitter dès maintenant. En effet, un déménagement de l’équipe au cours de l’hiver austral est exclu en raison de l’obscurité permanente qui règne à cette époque et des températures extrêmement basses.

Source : BBC News.

——————————–

drapeau-francaisThe Antarctic is melting and, as seen recently with the Larsen C ice shelf, the continent is breaking up. The last consequence of the melting of the Antarctic is human. The British Antarctic Survey has just indicated that the British station “Halley VI”, located on the Brunt ice-shelf, will be moved because scientists are worried that it will find itself on a drifting iceberg following the melting of the ice under the effect of global warming. Research from Halley is what first led to the discovery of the atmosphere’s ozone hole in 1985, although it’s used for all kinds of scientific purposes.
The Brunt Barrier juts out from Antarctica’s Caird coast into the Weddell Sea. It is an area of 130-meter-thick fresh water ice, connected to the continent’s glaciers, which feed it. A first crack had already been identified in 2012. On 31 October 2016, a new fracture – Halloween Crack – was also detected, about 17 km north of the research station. By clicking on this link, you will see the fracture filmed by a drone:
https://youtu.be/92S91DcIxsk
The fracture continues to widen and threatens to cut access for British scientists to the Antarctic continent. Sixteen people who were to spend the Antarctic winter in the station from March to November must leave it now. Indeed, a displacement of the team during the austral winter is excluded because of the permanent darkness then and extremely low temperatures.
Source: BBC News.

sea-level-1

Vue de la fracture dans la plate-forme Larsen C (Crédit photo: NASA)

Publicités

2 réflexions au sujet de « Déplacement d’une station de recherche britannique en Antarctique // A British research station needs to be moved in Antarctica »

  1. Bonjour Claude,
    Trait d’humeur.
    Effectivement, voici une fracture très spectaculaire, voir même assez effrayante, et des deux morceaux qu’elle crée, il est préférable de choisir le bon pour y séjourner, au risque de partir à la dérive et de finir noyé. Ne nous y « Trumpons » pas.
    Décidément, l’antarctique n’a pas finit de nous surprendre : perte colossale de glace, anomalie gravitationnelle, mers d’eau douce sous glacière. « Vivement que nous fassions fondre » toutes cette vilaine glace pour enfin retrouver les restes de la météorite de Wilkes, elle doit être bourrée de pétrole, ne pensez-vous pas ?
    Amitiés
    Pierre Chabat

    J'aime

    1. Bonjour Pierre,
      C’est vrai que l’Antarctique est en train de perdre de sa grandeur. C’est l’été là-bas, mais tout de même. Avec les plateformes géantes qui fichent le camp, les glaciers qu’elles retenaient vont accélérer et venir faire monter le niveau des océans. Le problème, c’est qu’on ne pourra pas mettre les responsables en examen, comme notre société a l’habitude de le faire. Quant à la météorite de Wilkes, nul doute que sa recherche sera bientôt facilitée. Restons optimistes!
      Amicalement,
      Claude Grandpey

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s