Le Chimborazo (Equateur) est le toit du monde! // Chimborazo (Ecuador) is the top of the world!

drapeau-francaisVoici une découverte qui ne sert pas à grand-chose, sauf d’avoir sa place dans les statistiques. Des mesures effectuées par une équipe de scientifiques de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) sont arrivées à la conclusion que le volcan Chimborazo – point culminant de l’Equateur avec 6310 mètres – se dresse à une distance de 6,384 kilomètres du noyau de la Terre, soit deux kilomètres plus haut que le Mont Everest.
Les mesures, qui ont une marge d’erreur de 10 centimètres, montrent que Chimborazo est aussi l’endroit le plus proche du Soleil sur notre planète.  C’est donc le toit du monde, même si l’Everest culmine à 8848 mètres.
Source: http://www.telesurtv.net/english/news/Ecuadors-Chimborazo-Volcano-Higher-than-Everest-20160409-0001.html

———————————————-

drapeau-anglaisHere is a discovery which is quite useless and is only worth keeping in the statistics. Measurements performed by a team of scientists at France’s Institute for Research and Development (IRD) have concluded that Mount Chimborazo – the highest mountain in Ecuador with 6,310 metres – stands 6,384 kilometres from the Earth’s core, making it two kilometres higher than Mount Everest.

The measurements, which have a 10-centimetre margin of error, show that Chimborazo is also the closest place on the planet to the Sun. This makes the mountain the top of the world, despite Everest being 8,848 metres high.

Source: http://www.telesurtv.net/english/news/Ecuadors-Chimborazo-Volcano-Higher-than-Everest-20160409-0001.html

Chimborazo

Le Chimborazo vu depuis l’espace (Crédit photo: NASA)

2 réflexions au sujet de « Le Chimborazo (Equateur) est le toit du monde! // Chimborazo (Ecuador) is the top of the world! »

  1. Bonjour Claude,
    Un raisonnement bien carré qui ne tourne pas rond.
    Voila de quoi mettre définitivement d’accord les adeptes de la Terre ronde et ceux de la Terre plate. En fait, elle n’est ni ronde, ni plate, c’est une sphère déformée par une altération de la gravité du fait de sa rotation (Force centrifuge, plus importante à l’équateur qu’aux pôles), c’est un ellipsoïde, ou une sphéroïde, sorte de « patatoïde », dont le diamètre de ce fait est en moyenne de 6 378,14 km à l’équateur et de 6 356,80 km aux pôles. L’eau de nos océans est donc « en pente », ce qui, pour ainsi dire, « coule » de source.
    Mais si, cette planète « tellurique », solide mais finalement assez mole, affiche cette déformation de 21 Km entre pôle et équateur, son atmosphère, « plutôt gazeuse », en subit une également, plus atténuée, densité oblige, mais dont la partie basse, la troposphère, a une épaisseur de 13 à 16 km à l’équateur et de 7 à 8 Km aux pôles.
    En essayant de prendre un peu « d’altitude » de ce fait, et en observant l’animation satellitaire de la NASA relative à la variation de CO2 dans l’atmosphère, on est surpris des affirmations d’observateurs, pourtant réputés très sérieux (Ex Le SCRIPPS) qui soutiennent la généralisation planétaire de concentration des 400ppm.
    On voit très nettement sur cette animation, d’une part, que la concentration de ce gaz, dont la production est constante, varie tout au long de l’année en fonction du cycle des végétaux absorbeurs, et d’autre part, qu’elle est beaucoup plus importante au pôle nord, là ou l’atmosphère est la plus mince. S’il est indéniable que ce gaz produit un effet de serre important, ne pensez-vous pas qu’il y ait ici une explication prépondérante de la fonte des glaces nordiques, qui laisse d’ailleurs pour l’instant un peu tranquille l’antarctique, soumis au réchauffement global certes, mais de moindre importance.
    Amitiés
    Pierre Chabat

    J'aime

    1. Bonjour Pierre,
      Merci pour ces explications fort intéressantes. S’agissant de la fonte de la glace, celle de l’Arctique fond très vite, mais celle de nos glaciers alpins aussi, celle du Kilimandjaro aussi, sans parler de celle des glaciers des Andes. Au Pérou, cela fait plusieurs années que l’on tire la sonnette d’alarme. J’ai vu une affiche péruvienne destinée à attirer notre attention dans la cathédrale de Rouen! La fonte de certains glaciers va priver des villages d’eau potable et d’électricité. S’agissant de l’Antarctique, la situation est certes moins préoccupante que dans l’Arctique, mais ce qui fond « down below », ce sont surtout les glaciers plus que la banquise, comme je l’ai indiqué à plusieurs reprises sur mon blog. De plus, les mesures effectuées sur le Mauna Loa à Hawaii continuent à montrer une hausse régulière du CO2 dans l’atmosphère…

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.