Etna (Sicile / Italie)

medium_drapeaufrancais.113.jpgDepuis le début de la soirée (vers 19 heures), une coulée de lave s’échappe à nouveau du Cratère Sud-Est. Les images de la webcam montrent qu’elle est assez bien alimentée et s’accompagne, comme précédemment, d’une activité strombolienne dans le cratère. Cet événement n’est pas vraiment une surprise, car la sismicité avait tendance à augmenter depuis samedi. Le trémor a pratiquement retrouvé le niveau qu’il présentait il y a une dizaine de jours lors du dernier épisode éruptif de ce cratère.

medium_drapeau_anglais.109.jpgSince the beginning of the evening (at 7 p.m. or so), lava is flowing again from the SE Crater. The webcam shows that it is quite well-fed and strombolian activity can be observed in the crater. This new event is not really a surprise as seismicity has been on the rise since Saturday. The tremor has nearly the same level as ten days ago, during the last eruptive episode.

Ile de la Réunion (France)

medium_drapeaufrancais.109.jpg19 septembre 2006: Ce matin, le Journal de l’Ile nous annonce que « la Réunion [est] sous la menace d’un tsunami majeur » ! Cette affirmation sensationnelle dont se délecte la presse fait suite au colloque « La Réunion face aux risques naturels » qui vient de se tenir sur l’île de l’Océan Indien.
Le colloque est bien sûr revenu sur le tsunami du 26 décembre 2004 qui a ravagé le sud-est asiatique. Les scientifiques ont essayé de démontrer que la Réunion pourrait se trouver aux premières loges si un séisme majeur se produisait au large de ses côtes ou s’il venait à l’idée du vénéré Piton de la Fournaise de s’effondrer et d’envoyer 90 kilomètres cubes de matériaux au fond de l’océan.
Comme toujours dans de tels colloques, les scientifiques ont présenté les inévitables modélisations informatiques de ces phénomènes et les non moins inévitables scénarios catastrophes, avec leurs «vagues pluridécamétriques » pouvant atteindre 100 mètres de hauteur ! Le problème, c’est que ces gens ne sont toujours pas capables de dire où et quand l’événement se produira !
Il ne faut pourtant pas condamner de tels colloques qui ont au moins le mérite d’attirer l’attention du public sur les risques naturels. Le problème, c’est que les conclusions et autres recommandations sont rarement – ou trop tardivement – prises en compte par les gouvernements. Comme l’indique fort justement l’article, « les décideurs peuvent prendre des dispositions en terme d’aménagement…. Ce sont des choix difficiles mais nécessaires ».
Malheureusement, très peu de mesures préventives ont été mises en place après le tsunami du 26 décembre 2004. S’il venait à se reproduire, le bilan serait encore terrible. Quand nos gouvernants se décideront-ils à protéger les populations ? A organiser des séances d’information de la même façon qu’ils sont capables d’organiser des réunions électorales ? A mettre en place des systèmes sonores simples (des sirènes par exemple) demandant à la population de fuir vers des points élevés afin d’échapper aux vagues meurtrières ?
Des telles mesures sont simples et ne demandent pas des budgets exorbitants. Le tout est d’avoir la volonté de les mettre en place. Bien sûr, la Réunion et la Thaïlande ne possèdent pas de pétrole ou d’intérêts économiques majeurs, mais leurs populations méritent bien quelques milliards de dollars, non ?
24 septembre 2006: Pendant la journée d’hier, une très forte houle, avec des vagues atteignant 4 mètres de hauteur, a balayé les côtes réunionnaises, endommageant bon nombre d’embarcations. Ce n’était pas, certes, une vague de tsunami, mais le spectacle était impressionnant. Faisant allusion – avec une certaine ironie – au colloque sur les risques naturels qui a eu lieu sur l’île il y a quelques jours, le Journal de l’Ile titre ce matin: « La Réunion n’est pas prête à affronter un tsunami majeur »….

medium_drapeau_anglais.105.jpgSeptember 19th 2006: One of today’s headlines of the Journal de l’Ile is: “The Reunion Island under the threat of a major tsunami”! This sensational statement follows the symposium “The Reunion Island in front of natural risks” which has just taken place on the island.
The symposium has gone back over the tsunami that devastated south-east Asia on December 26th 2004. Scientists have tried to demonstrate that the Reunion Island could be directly threatened if an earthquake took place off its coasts or if the Piton de la Fournaise happened to collapse and send 90 cubic kilometres of materials at the bottom of the ocean.
As usual during such symposiums, scientists presented computer models of these phenomena, together with inevitable disaster scenarios such as gigantic waves up to 100 metres high! The problem is that these people were not able to say when and where such a disaster would occur!
However, one should not condemn such symposiums which, at least, draw public attention to natural risks. The problem is that the conclusions or recommendations are rarely – or too late – taken into account by governments. As we can read in the newspaper, “decision-makers can take measures in terms of environmental planning… These are difficult choices but they are necessary”.
Unfortunately, very few preventive measures were implemented after the tsunami of December 26th 2004. Should it happen again, the toll would again be terrible. When will our governments decide to protect the populations? When will they organise information meetings in the same way as they organise electoral meetings? When will they set up sound systems (with hooters for instance) to incite people to flee to elevated points in order to be out of reach of the deadly waves?
Such measures are fairly simple to set up and do not require enormous budgets. What is needed above all is the will to set them up. Of course, The Reunion Island or Thailand don’t have oil in their ground or other major economic interests, but their populations do deserve a few million dollars, don’t they?
September 24th 2006: Yesterday, an impressive swell shook the coasts of the island, with waves up to 4 metres high, damaging a good number of boats. It was obviously not a tidal wave, but the show was very spectacular. Alluding – with some irony – to the symposium on natural risks that took place on the island a few days ago, the headline of the Journal de l’Ile this morning is: « The Reunion is not ready to face a major tsunami »…