Eruption du Cumbre Vieja (La Palma) : dernières nouvelles // Latest news

12 heures : Pevolca a annoncé ce mardi 12 octobre 2021que le confinement des localités touchées par le risque d’émanations de gaz prétendument toxiques dans le polygone Callejón de la Gata a été levé. La mesure avait touché près de 3 000 habitants. Le cabinet de crise a pris cette décision après avoir analysé les données de qualité de l’air.

Les coulées de lave émises suite à l’effondrement du cône éruptif ont porté la zone touchée à 595 hectares. La branche la plus au nord est actuellement la plus active. L’Insurance Compensation Consortium a déjà versé plus de 4,1 millions d’euros d’indemnisation aux personnes touchées par l’éruption. L’agence a reçu 661 demandes d’indemnisation, dont 511 correspondent à des logements ou communautés de propriétaires, 102 à des voitures, 45 à des entreprises, entrepôts, hôtels et établissements non industriels, et trois à des industries.

Source: El Pais.

++++++++++

17 heures : Les autorités ont ordonné ce mardi l’évacuation d’entre 700 et 800 habitants de plusieurs quartiers de La Laguna, à Los Llanos de Aridane à cause de l’avancée de la coulée de lave au nord-ouest et de sa proximité avec le périmètre d’exclusion. La coulée, qui avance au rythme de 10 ou 15 mètres par heure, a traversé en diagonale le parc industriel du Callejón de La Gata.

La sismicité reste significative. L’IGN a enregistré 64 secousses au cours des dernières heures dans les environs de l’éruption du Cumbre Vieja. La plus forte, d’une magnitude de M 4,1 a été localisée à Villa de Mazo à une profondeur de 37 kilomètres, et a été ressentie dans pratiquement toute l’île. A noter également une hausse du tremor au cours des dernières heures.

En ce moment, comme le montrent les webcams, la lave qui alimentait le delta dans la mer est inactive.

Source: Presse espagnole.

Le directeur technique de Pevolca a expliqué qu’il existe actuellement trois coulées de lave actives, toutes à travers la zone d’exclusion évacuée depuis le début de l’éruption. En plus de la première coulée, qui a atteint la mer et a créé le delta de lave, il y en a une autre plus au sud qui se trouve sur le delta de l’éruption de San Juan en 1949 qui va vers le Charcón. Enfin, il y en a une troisième, plus au nord qui véhicule une plus grande quantité de lave, ce qui a provoqué encore plus de dégâts aux cultures et aux bâtiments.

Cette troisième coulée, à son tour, se divise en deux branches, dont l’une avance vers la plage du Perdido à un rythme très élevé. Actuellement, elle est à 300 mètres de la mer, où elle pourrait créer un nouveau delta, ou bien rejoindre une coulée existante, mais les scientifiques de Pevolca se refusent à tout pronostic.

Source: Pevolca.

————————————–

12:00 pm : Pevolca announced this Tuesday, October 12th, 2021 that the containment of municipalities affected by the risk of supposedly toxic gas emanations in the Callejón de la Gata polygon has been lifted. The measure affected nearly 3,000 inhabitants. The crisis cabinet made this decision after analyzing the air quality data.
The lava flows emitted after the collapse of the eruptive cone brought the affected area to 595 hectares. The northernmost branch is currently the most active. The Insurance Compensation Consortium has already paid more than 4.1 million euros in compensation to people affected by the eruption. The agency received 661 claims, of which 511 correspond to housing or communities of owners, 102 to cars, 45 to businesses, warehouses, hotels and non-industrial establishments, and three to industries.
Source: El Pais.

++++++++++

5:00 pm.: Local authorities on Tuesday ordered the evacuation of 700 – 800 residents of several districts of La Laguna, in Los Llanos de Aridane because of the advance of the lava flow to the northwest and its proximity with the exclusion perimeter. The flow, whichmoves forward at a rate of 10 or 15 meters per hour, crossed the Callejón de La Gata industrial park diagonally.
Seismicity remains significant. IGN recorded 64 events during the last hours in the vicinity of the Cumbre Vieja eruption. The strongest quake, with a magnitude of M 4.1, was located at Villa de Mazo at a depth of 37 kilometers, and was felt almost all over the island. there has been an increase in the tremor over the last few hours.
Right now, as the webcams show, the lava that fed the delta into the sea is inactive.
Source: Spanish press.

Pevolca’s technical director explained that there are currently three active lava flows, all through the exclusion zone that has been evacuated since the start of the eruption. In addition to the first flow, which reached the sea and created the lava delta, there is another more to the south which is on the delta of the San Juan eruption in 1949 which goes towards the Charcón. Finally, there is a third flow further north, which carries more lava, and which has caused more damage to crops and buildings.
This third flow, in turn, divides into two branches, one of which advances towards the beach of Perdido at a very high rate. Currently, it is 300 meters from the sea, where it could create a new delta, or merge with an existing flow, but Pevolca scientists refuse to make any predictions.

Source: Pevolca.

°°°°°°°°°°

Les images de l’éruption et de ses conséquences proposées par les webcams à la mi-journée sont impressionnantes. Grosses fontaines de lave et volumineux panaches de cendres. En aval, la lave poursuit son travail de destruction :

Nyiragongo (RDC) : Mise au point // The real situation

Dans une note publiée le 19 octobre 2020, je posais la question « Le Nyiragongo (RDC) à nouveau une menace pour Goma ? » Je relayais en l’occurrence un article publié sur le site web Science. J’écrivais que « Dario Tedesco et ses collègues ont récemment observé le lac de lave et ont déclaré qu’il se remplissait à un rythme inquiétant. Le danger est que, comme en 2002, la lave éventre les parois du cratère et dévale les pentes du volcan. La dernière analyse des données indique que le risque maximal se situera dans 4 ans, même si l’on pense qu’un séisme est susceptible de déclencher une crise éruptive avant cette date. » J’ajoutais que « le réseau de surveillance autour du volcan montre une activité sismique élevée et plusieurs essaims profonds. Cependant, on ne sait pas si ce type d’activité est normal ou inhabituel car on manque de données de comparaison avec l’activité antérieure du volcan. Il convient de noter qu’une période de tremor intense a été enregistrée des mois avant l’éruption de 2002, mais que rien de tel n’est détecté pour le moment. » Donc pas de panique pour le moment.

Comme d’habitude, certains organes de presse se sont empressés de faire du catastrophisme, une tendance très à la mode que l’on a pu observer dans le documentaire « Planète volcans » il y a quelques jours. On a pu lire qu’une éruption du Nyiragongo était « imminente ». Ce n’est pas le cas. Contacté par l’AFP, l’un des scientifiques cités dans l’article a indiqué qu’il faut « être vigilant et surveiller attentivement le volcan à tout moment », mais « il n’y a pas d’éruption imminente« .Que les habitants de Goma se rassurent ; même si le risque éruptif est permanent dans la région où s’agite également le Nyiamuragira, aucune éruption ne semble « imminente » à l’heure actuelle.

—————————————–

In a post published on October 19th 2020, I asked the question « Nyiragongo (DRC) again a threat to Goma? » « I was relaying an article published on the Science website. I wrote that “Dario Tedesco and his colleagues recently observed the lava lake and said it was filling up at an alarming rate. The danger is that, as in 2002, the lava might burst through the walls of the crater and travel down the slopes of the volcano. The latest data analysis indicates that peak hazard will be in 4 years, although it is believed that an earthquake might trigger an eruptive crisis before that date. » I added that « the surveillance network around the volcano shows high seismic activity and several deep swarms. However, one does not know whether this type of activity is normal or unusual because one lacks comparable, older data. It should be noted that sustained tremor activity was recorded months before the 2002 eruption, but nothing like that is detected for the moment. »   So there is no need to panic for the moment.
As usual, some media outlets rushed to do catastrophism, a very fashionable trend that we saw in the documentary « Planète volcans » a few days agoThey reported that an eruption of Nyiragongo was « imminent ». This is not the case. Contacted by AFP, one of the scientists quoted in the article said that one must « be vigilant and carefully monitor the volcano at all times », but « there is no imminent eruption« . The inhabitants of Goma should be reassured; although the risk of an eruption is permanent in the region where Nyiamuragira is another active volcano. No eruption seems « imminent » these days.

Crédit photo: Wikipedia