Une bonne synthèse de l’éruption du Cumbre Vieja (La Palma) et une histoire d’olivine…

Si vous comprenez l’espagnol, je vous conseille de visionner la vidéo ci-dessous. Elle est bien illustrée, en particulier avec des images de drones. Santi Castañeda, un scientifique espagnol, présente un état des lieux de l’éruption du Cumbre Vieja.

Dans la vidéo, le scientifique décrit les minéraux contenus dans la lave vomie par le Cumbre Vieja. Selon des études et des analyses menées par l’Institut volcanologique des îles Canaries, la lave du volcan contient, entre autres matériaux, des cristaux d’olivine, un minéral considéré comme une pierre semi-précieuse et qui, en raison de sa beauté, est utilisé dans le fabrication de bijoux.
Un bijoutier explique que, comme il s’agit d’une pierre semi-précieuse, les orfèvres la présentent sur des montures en or et en argent, ce qui donne des pièces exclusives et représentatives de la région. On rencontre effectivement de beaux nodules de péridotite sur d’autres îles comme Lanzarote (voir photo ci-dessous)
Le bijoutier insiste sur le fait que « chacun des bijoux fabriqués dans les ateliers des Canaries et qui contient de l’olivine est dûment certifié comme une authentique gemme semi-précieuse volcanique ». C’est important car de fausses pierres synthétiques de la couleur de l’olivine sont également mises à la vente.
Il explique comment la fausse olivine est détectée : »Je m’assure, qu’il s’agit d’une véritable olivine, même si son origine n’est pas canarienne. Il existe de nombreux gisements sur la planète où l’on trouve le péridot, comme au Sri Lanka, en Amérique latine, en Inde… Sur le marché canarien, les contrefaçons sont très courantes. Les prix d’une olivine sculptée oscillent entre 40 et 300 € le carat.
Pour les bazars et autres marchands de souvenirs, il est difficile d’offrir un véritable bijou.Ils commercialisent donc la zircone de couleur « vert olivine » qui est une pierre synthétique avec une couleur injectée très similaire à l’olivine. Si l’on ne s’y connaît pas en pierres précieuses, il est difficile de distinguer le vrai du faux, mais si un touriste a la vraie et la fausse olivine devant vos yeux, il verra la différence. »

Nodule de péridotite à Lanzarote (Photo: C. Grandpey)

Histoire de cristaux d’olivine à Hawaii // About olivine crystals in Hawaii

Alors que l’éruption du Kilauea se poursuit intensément, les habitants sont surpris de trouver de petits cristaux verts tombés du ciel pendant l’éruption. Ce sont en fait des cristaux d’olivine, un minéral très répandu dans la lave à Hawaii. En géologie, on parle aussi de péridotite, roche constituée principalement de cristaux d’olivine et de pyroxènes, alors que l’olivine est un minéral. Pendant une éruption, le volcan fait éclater les lambeaux de lave, ce qui permet de séparer les minéraux verts d’olivine du reste de la masse en fusion et de laisser tomber ces minuscules cristaux à l’aspect de pierres précieuses.
Plusieurs plages à Hawaii ont une couleur verdâtre, en raison de la forte concentration d’olivine. En fait, l’olivine est l’un des minéraux les plus répandus sous la surface de la Terre, mais il est assez difficile de le trouver séparé de la roche mère et encore plus difficile de le trouver avec une qualité de gemme.
L’olivine est si répandue que l’on estime que plus de 50% du manteau supérieur de la Terre est composé d’olivine ou de variantes du minéral. Les volcans d’Hawaï sont le produit d’un point chaud ou hotspot, ce qui signifie que la composition d’origine du manteau supérieur n’est pas modifiée de manière significative lorsqu’elle atteint la surface de la Terre.

La raison pour laquelle il y a une variété d’autres roches sur les continents est en grande partie due aux modifications subies par le magma au cours de son ascension sous chaque continent. Ce voyage à travers différentes couches de la croûte terrestre ajoute et élimine les éléments chimiques et des minéraux et modifie la composition originale du magma. Un géologue français avait l’habitude de dire qu’à Hawaï, on des laves « TGV » qui, comme les trains ultra rapides, arrivent directement à destination, en l’occurrence la surface de la Terre, sans s’arrêter dans les gares. A l’inverse,  dans d’autres régions du monde on a des magmas « omnibus » qui subissent des changements pendant leur ascension, comme les passagers des trains qui s’arrêtent dans différentes gares.

——————————————–

While Kilauea Volcano is still fiercely erupting, residents are surprised to find little green gems that have fallen out of the sky during the eruption. They are actually olivine crystals, a common mineral found in Hawaii’s lava. In geology, it is called peridot. As the volcano erupts, it blasts apart molten lava, allowing for green olivine minerals to be separated from the rest of the melt and fall as tiny gemstones.

There are several places in Hawaii where the beaches have a green colour, due to a high concentration of olivine that has weathered out of the basalt. In fact, olivine is one of the most common minerals below Earth’s surface but it is quite hard to find it separated from the parent rock and even harder to find it of gem quality.

Olivine is so common that it is estimated that over 50 percent of the Earth’s upper mantle is composed of olivine or variations of the mineral. Hawaii’s volcanoes are the product of a hotspot, which means that the true composition of the upper mantle is not significantly altered when erupted on Hawaii’s surface as basalt.

The reason there is a variety of other rocks on continents is largely due to magma travelling through the varied geology that underlies each continent. This adds and removes chemicals/minerals and alters the original composition of the magma from basalt to a unique blend of minerals. A French geologist used to say that in Hawaii, you have “high speed train” minerals reaching the surface directly, with no stops at the stations, contrary to other regions of the world where they are “slow train” minerals, undergoing changes – like passengers in a train – in different stations.

Nodules de péridotite (Photo: C. Grandpey)

Green Sand Beach à Hawaii (Photo: C. Grandpey)