Jakarta ne sera plus la capitale de l’Indonésie // Jakarta will no longer be Indonesia’s capital

Avec le réchauffement climatique, la fonte de la banquise et des glaciers, on sait que le niveau des océans va s’élever dans les prochaines années. De nombreuses zones littorales vont être menacée par la montée des eaux, ce qui va inévitablement entraîner des migrations de populations. J’ai déjà attiré à plusieurs reprises l’attention sur la situation en Alaska où des villages côtiers ont subi les assauts des vagues et ont dû être déplacés.

En Indonésie, Jakarta est menacée par une montée des eaux et ne sera bientôt plus la capitale politique de l’Indonésie. Le président Joko Widodo a annoncé le 26 août 2019 que celle-ci sera transférée vers un site de l’est de l’île de Bornéo. Bornéo est la 4ème plus grande île du monde (743 330 km2) ; elle est partagée entre 3 pays : la Malaisie, le Sultanat de Brunei et l’Indonésie. Avec 73% de l’île, la partie indonésienne, appelée Kalimantan, en occupe la majeure. Le site proposé, entre les villes de Balikpapan et Samarinda, est situé dans une région de forêt tropicale dotée d’une grande biodiversité. Le site a été d’abord choisi parce qu’il présente un risque faible de désastre naturel, que ce soit au niveau des inondations, séismes, tsunamis ou éruptions volcaniques, bien qu’une vaste partie de l’archipel indonésien soit située sur la Ceinture de Feu du Pacifique. Le président a précisé que le nouveau site a aussi été choisi « parce que sa localisation est stratégique, au centre de l’Indonésie.

Construite sur le site de l’ancienne capitale Batavia établie par les colons hollandais il y a près de 500 ans, Jakarta s’enfonce sous les eaux. Au rythme actuel, un tiers de la ville pourrait se retrouver sous la mer d’ici 2050. L’actuelle capitale, qui compte quelque 10 millions d’habitants et sa conurbation 30 millions, est certes sous la menace de la montée des eaux provoquée par le réchauffement climatique, mais elle est aussi fragilisée par une mauvaise planification urbaine. Une bonne partie des habitants n’a pas de réseau d’adduction d’eau et puise dans les nappes phréatiques, ce qui entraîne l’affaissement de quartiers entiers. 18,8% de la ville étaient submergés en 2012, 26,9% le seront en 2025 et 35,6% en 2050

Le transfert de la capitale à Bornéo devrait permettre de rééquilibrer le développement de l’archipel où le poids de l’île de Java est actuellement prééminent avec plus de la moitié des 260 millions d’habitants du pays et près de 60 % de l’activité économique.

Le gouvernement va élaborer une loi qui sera proposée au Parlement pour acter le changement de capitale. Le coût du transfert a été estimé à quelque 33 milliards de dollars. Après une phase de préparation en 2020, le déménagement des institutions gouvernementales devrait commencer en 2024.

Le déplacement de la capitale à Kalimantan ne fait pas l’unanimité. En effet, l’île de Bornéo abrite une forêt primaire avec de nombreuses espèces endémiques. C’est notamment l’un des habitats des orangs-outans. Les écologistes s’inquiètent déjà du risque que fait peser le projet pour les espèces menacées. La région a aussi été récemment ravagée par des feux de forêt qui ont provoqué de gigantesques nuages de fumée. De plus le transfert de la capitale nerésoudra pas forcément les problèmes que rencontre actuellement Jakarta, comme les inondations, les embouteillages et l’urbanisation incontrôlée.

La future capitale n’a pas encore été baptisée officiellement.

Source : Presse internationale.

————————————————

With global warming, the melting of the ice sheet and glaciers, we know that the level of the oceans will rise in the coming years. Many coastal areas will be threatened by the rising waters, which will inevitably lead to population migrations. I have already drawn attention several times to the situation in Alaska where coastal villages have been hit by waves and have had to be displaced.

In Indonesia, Jakarta is threatened with rising waters and will soon no longer be the political capital of Indonesia. President Joko Widodo announced on August 26th, 2019 that it will be transferred to a site on the east of the island of Borneo. Borneo is the 4th largest island in the world (743,330 km2); it is shared between 3 countries: Malaysia, the Sultanate of Brunei and Indonesia. With 73% of the island, the Indonesian part, called Kalimantan, occupies most of it. The proposed site, between the towns of Balikpapan and Samarinda, is located in a rainforest area with high biodiversity. The site was initially selected because of low risk of natural disaster, whether flood, earthquake, tsunami or volcanic eruption, although a large part of the Indonesian archipelago is located on the Pacific Ring of Fire. The president said the new site was also chosen « because of its strategic location in central Indonesia.  »

Built on the site of the former capital Batavia established by Dutch settlers nearly 500 years ago, Jakarta sinks underwater. At the current rate, a third of the city could be under the sea by 2050. The current capital, which has some 10 million inhabitants and its conurbation 30 million, is certainly under the threat of rising water caused by global warming, but is also weakened by poor urban planning. A large part of the population does not have a water supply network and draws on groundwater, which leads to the collapse of entire neighborhoods. 18.8% of the city were submerged in 2012, 26.9% will be flooded in 2025 and 35.6% in 2050

The transfer of the capital to Borneo should allow to rebalance the development of the archipelago where the weight of the island of Java is currently preeminent with more than half of the 260 million inhabitants of the country and nearly 60% of the economic activity.

The government will draft a law that will be proposed to Parliament to make official the change of capital. The cost of the transfer has been estimated at about 33 billion dollars. After a preparatory phase in 2020, the move of government institutions is expected to begin in 2024.

The displacement of the capital to Kalimantan is not approved by all. Indeed, the island of Borneo is home to a primary forest with many endemic species. This is one of the habitats of orangutans. Environmentalists are already worried about the risk posed by the project for endangered species. The area has also recently been ravaged by forest fires that have generated huge clouds of smoke. In addition, the transfer of the capital will not necessarily solve the problems currently facing Jakarta, such as floods, traffic jams and uncontrolled urbanization.
The future capital has not yet been officially baptized.
Source: International press.

Illustration du transfert de Jakarta vers Kalimantan (Source ; The Jakarta Post)

Les hommes politiques et la misère du monde // Politicians and the world’s misery

drapeau francaisComme prévu, le Président indonésien s’est rendu jeudi dans la province de Karo (Nord Sumatra) afin de rencontrer les personnes évacuées suite à l’éruption du Sinabung. Il avait décidé de ne pas se rendre au Forum Economique Mondial de Davos (Suisse) afin de pouvoir gérer les catastrophes qui avaient frappé simultanément l’Indonésie. En effet, à côté de l’éruption du Sinabung, des inondations ont tué des personnes à Jakarta ainsi qu’à Manado en Sulawesi du Nord.

Avant même l’arrivée du Président, de organes de presse en ligne critiquaient le coût de la tente où il devait séjourner, lui et son entourage. Certains prétendaient que la tente « VIP » revenait à 15 milliards de roupies (1,23 million de dollars). Ces affirmations ont vite été mises à mal jeudi et des voix officielles se sont élevées pour dire que la tente abritant le Président, son entourage et 10 ministres avait en fait coûté 60 millions de roupies (4920 dollars ou 3600 euros).

Tout le bruit qui a entouré la visite du Président indonésien montre bien toute la dimension politique revêtue par les catastrophes naturelles. Avec des élections parlementaires en avril et présidentielles en juillet, ses adversaires politiques se sont empressés de critiquer sa lenteur à réagir à l’éruption et aux inondations. Des ministres sont allés à Kabanjahe – où ont été installés des abris pour les personnes évacuées – en espérant gagner les faveurs des électeurs.

S’adressant aux responsables des opérations d’évacuation à Karo, le Présent leur a demandé d’accélérer l’aide aux sinistrés. Il a par ailleurs indiqué qu’il allait se mettre en relation avec les autorités pour s’occuper du relogement des villageois dont les terres ont été détruites, afin qu’ils puissent commencer une nouvelle vie.

Ces derniers jours, on a vu une foule d’hommes politiques se rendre dans les zones sinistrées à travers le pays. Au moins quatre ministres se sont rendus dans la seule province de Karo. Des T-shirts où figurent le nom et le visage du Ministre du Commerce ont été distribués aux réfugiés lundi pendant sa visite. Il a également distribué 150  sacs de riz et des jouets dans l’un des centres d’hébergement.

Il n’est toutefois pas certain que ces visites soient d’un grand profit pour les ministres en question. Comme l’a dit l’un des réfugiés : « Cela fait des mois que nous sommes ici et nous acceptons l’aide, quelle qu’elle soit. Elle ne me fera voter pour un homme ou un parti. Je l’accepte par nécessité. »

Source : The Jakarta Post.

drapeau anglaisThe Indonesian President made on Thursday the planned visit to Karo regency in North Sumatra, where he met residents displaced by the Mount Sinabung eruption. He had skipped the annual World Economic Forum in Davos, Switzerland in order to deal with the simultaneous disasters that have struck Indonesia. Indeed, beside the Sinabung eruption, deadly floods have hit Jakarta and also Manado in North Sulawesi.
But even before the President arrived yesterday, online reports were playing up the supposed cost of a tent where he and his entourage would spend the night. Some claimed that the « VIP tent » cost 15 billion rupiah (US$1.23 million). However, the reports were quickly denied on Thursday. The tent set up for the president, 10 ministers and his entourage actually cost 60 million rupiah ($4,920).

The buzz over Yudhoyono’s trip to Karo reflects the heightened political dimension the disasters have taken.
With Indonesia heading into parliamentary elections in April and a presidential election in July, political opponents have accused the President of being slow to react to the disasters. Others descended on Kabanjahe, which has put up shelters for evacuees, to gain political mileage.
Speaking to officials at the operations centre in Karo town on Thursday, the President urged them to speed up coordination of relief efforts. He also said he and the officials would be discussing options such as relocating villagers whose land has been destroyed to adjacent districts so that they can rebuild their lives.
In recent days, politicians have been busy descending on disaster zones across the country.
At least four ministers have visited the Karo Regency. T-shirts bearing the face and name of the Trade Minister were given out to evacuees during his visit on Monday. He distributed more than 150 sacks of rice as well as toys at one of the relief shelters.
It remains unclear how visiting evacuees and handing out goodies will benefit the politicians.
Said one evacuee: « We have been here for months, and whoever gives help, we take. The help doesn’t make me vote for the person or the party. I accept it out of necessity. »

 Source : The Jakarta Post.