Le volcan Mirage de Las Vegas (Nevada / Etats Unis)

drapeau francaisLe volcan de l’hôtel-casino The Mirage sur le Strip de Las Vegas entre en éruption moins fréquemment ces jours-ci, mais pas pour une raison géologique. Le volcan créé de la main de l’homme qui crache feu et eau depuis l’ouverture de l’hôtel en 1989 n’offrira désormais que deux à trois spectacles nocturnes.
Jusqu’à présent, le volcan entrait en éruption toutes les demi-heures, depuis le crépuscule jusqu’à minuit, en fonction des conditions de vent. Officiellement, c’est le plus grand nombre d’attractions le long du Strip qui provoque le changement, mais il semble bien que l’argent y soit aussi pour quelque chose !

MGM Resorts Inc., la société qui détient l’hôtel-casino The Mirage, va calculer les économies réalisées par ce changement d’horaires, la réduction de consommation d’énergie et observer la réaction des visiteurs. A côté du volcan de The Mirage, il n’y aura pas de changements dans la fréquence des spectacles de fontaines et jeux d’eau du Bellagio, gérés par la même société.
Désormais, le volcan de The Mirage entrera en éruption à 20 heures et 21 heures du dimanche au jeudi. Un spectacle supplémentaire sera proposé le vendredi et le samedi à 22 heures.
Le Strip de Las Vegas a commencé à ressembler à un parc d’attractions quand le volcan de The Mirage a été créé. Il a été suivi de la bataille navale en face de Treasure Island, l’Ile au Trésor, et du spectacle désormais emblématique des fontaines du Bellagio. Treasure Island a été vendu en 2009, et la bataille navale a disparu il y a près de deux ans.
Après être devenu le propriétaire de l’hôtel The Mirage, MGM a dépensé 25 millions de dollars en 2008 pour une amélioration du volcan avec une nouvelle chorégraphie et une nouvelle bande son faite de roulements de tambour. À l’époque déjà, le but du spectacle était d’attirer un maximum de visiteurs et de les inciter à pénétrer dans le casino pour y dépenser de l’argent.
Source: journaux américains.

 —————————————-

drapeau anglaisThe Mirage volcano on the Las Vegas Strip is erupting less frequently, but not for any geological reason. The man-made volcano that has been spewing fire and water since the hotel’s 1989 opening will now offer two to three nightly shows.

Up to now, the volcano erupted every half-hour beginning at about dusk until midnight, wind permitting. Officially it is the larger number of attractions along the Strip that causes the change, but it seems money has to do with it too.

MGM Resorts Inc., the company which owns the Mirage casino-hotel, will monitor how much money the change saves, how much it will cut energy consumption and the reaction of visitors. Apart from the Mirage volcano, there will be no changes in the frequency of the company’s Bellagio fountain show.

The volcano is scheduled to erupt at 8 p.m. and 9 p.m. Sunday through Thursday. An additional 10 p.m. show will be offered Friday and Saturday.

The Strip evolved into something more akin to a theme park when the volcano at The Mirage was created, which was followed by a fiery pirate ship battle in front of the Treasure Island and the now-iconic fountain show in front of the Bellagio. Treasure Island was sold in 2009, and the pirate battle disappeared nearly two years ago.

After becoming the owner of The Mirage, MGM spent $25 million in 2008 upgrading the volcano with more fire choreographed to a pounding drum-beat soundtrack. At the time, executives said the challenge continued to be getting the show’s numerous watchers to walk inside the casino to spend money.

Source : American newspapers.

Vegas 01

Fontaines de feu de l’hôtel The Mirage.

Vegas 02

Fontaines d’eau de l’hôtel Bellagio.

(Photos:  C.  Grandpey)

19ème paroxysme de l’Etna (suite)

Comme je le pressentais au moment d’aller au lit vers 23h30 hier soir, le 19ème paroxysme de l’Etna venait d’entamer sa phase terminale. L’épisode de fontaines de lave avait cessé pour laisser place à une activité strombolienne. On observait également une importante activité effusive avec des coulées qui se dirigeaient vers le sud-sud-est, le nord-est et vers le sud. Une coulée en direction du sud-est a atteint le pied de la paroi de la Valle del Bove. Comme je l’indiquais, le panache éruptif, poussé par le vent, a provoqué de bonnes retombées de cendre et de lapilli sur  Bronte et tout le secteur nord-nord-ouest de l’Etna.

En cliquant sur ce lien, vous verrez l’une des vidéos qui circulaient aujourd’hui sur Internet. Elle montre la vigoureuse activité strombolienne qui a fait suite aux fontaines de lave. On aperçoit également la coulée qui s’est dirigée vers la Valle del Bove.

http://www.independent.co.uk/news/world/europe/video-mount-etnas-night-time-eruption-8981023.html

Etna: Nouveau paroxysme du Cratère SE le 16 mars // New paroxysm at the SE Crater on March 16th

drapeau francais   Hier en fin d’après-midi et jusqu’en début de soirée, le Cratère SE de l’Etna a connu le 8ème paroxysme depuis le 19 février dernier. Comme précédemment, l’événement est monté graduellement en puissance pour culminer avec d’impressionnantes fontaines de lave de plusieurs centaines de mètres de hauteur et des coulées qui se sont déversées sur la paroi occidentale de la Valle del Bove. Des retombées importantes de scories ont également été observées dans plusieurs bourgades situées au SE du volcan.

Je n’ai malheureusement pas pu rendre compte en direct de cet événement car je me trouvais au même moment à Paris pour un Conseil d’Administration de L’Association Volcanologique Européenne (L.A.V.E .).

Voici une vidéo de l’événement: http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=qeyJYXn8jZE

Quelques heures après ce paroxysme, le tremor montre un pic qui (selon mes sources) semble correspondre à une brève activité explosive au niveau de la Voragine.

 

drapeau anglais   Yesterday late in the afternoon and early in the evening, Mount Etna’s SE Crater went through its 8th paroxysm since February 19th.  Just like before, the event became more and more intense and culminated with lava fountains several hundred metres high and lava flows down the western wall of the Valle del Bove. Significant fall of scoriae was observed in the communities to the SE of the volcano.

Unfortunately, I could not write a live report of the event. At the same time I was in Paris for a meeting of the Board of Directors of L’Association Volcanologique Européenne (L.A.V.E.).

Here is a video of the event:  http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=qeyJYXn8jZE

A few hours after the paroxysm, the eruptive tremor shows a peak that seems to correspond (acording to my sources) to a brief explosive event within Voragine.

Etna-16-mars

Avec l’aimable autorisation de l’INGV

Les fontaines de lave de l’Etna // Mount Etna’s lava fountains

   Une fois encore, mon ami Boris Behncke (volcanologue à l’INGV de Catane) donne une explication très claire des fontaines de lave qui ont accompagné les derniers paroxysmes de l’Etna:

« Nos connaissances actuelles nous permettent de dire que ces épisodes sont le résultat de la transformation périodique en écume du magma qui se trouve dans le conduit, même s’il ne s’agit que d’une faible quantité de nouveau magma en provenance des profondeurs. Ce sont avant tout les gaz qui font le travail. Au départ, les gaz sont dissous dans le magma (comme le gaz carbonique dans une bouteille d’eau gazeuse ; tant qu’il est sous pression, on le voit pas car il appartient au liquide) et, quand le magma monte dans le conduit, les gaz subissent une décompression et se séparent de la roche en fusion en formant des bulles. Ces bulles ont tendance à s’élever plus vite que le magma qui les entoure et elles s’accumulent dans la partie supérieure de la colonne magmatique. Cette dernière est surmontée par un magma plus visqueux, plus froid, voire à l’état solide, de sorte que la plus grande partie des gaz n’arrive pas à s’échapper. Comme elles sont prisonnières, ces bulles de gaz s’accumulent en grand nombre, ce qui demande de plus en plus d’espace. Le résultat est la formation d’une sorte d’ « écume ou mousse » magmatique qui se développe rapidement en permettant aux gaz et à une petite partie du magma de s’échapper. C’est ce qui donne naissance à une fontaine de lave. L’écume de magma jaillit sous forme de scories (ou de ponce sur les volcans explosifs où la lave est plus riche en silice) mais sa proportion par rapport aux gaz qui s’échappent en même temps est de plus en plus faible. Donc, en admirant ces impressionnantes fontaines de lave très liquide et les colonnes de cendre noire qui les accompagnent, pensez aux énormes quantités de gaz  (essentiellement de la vapeur d’eau ainsi que des quantités importantes de CO2 et de SO2) qui sont émises pendant le spectacle ! »

 

   Once again, my friend Boris Behncke (volcano expert at the INGV of Catania) gives a very clear explanation of the lava fountains that accompanied Mount Etna’s last paroxysms:

“From what is understood today, these episodes are the result of the periodic foaming of magma in the conduit, even if not much new magma is furnished from depth. It’s the gas that does the trick mostly. Gas is originally dissolved in the magma (like carbon dioxide in a bottle of sparkling water, as long as it’s under pressure you don’t see it because it is actually *part* of the water), and as the magma rises, the gas decompresses and separates from the molten rock, forming bubbles. These bubbles tend to rise faster than the surrounding magma and accumulate in the upper part of the magma column, which is capped by more viscous, cooler or even solid magma, so much of the gas don’t escape. Instead, the bubbles become more and more and coalesce, requiring more and more space, and the result is that a sort of magma « foam » forms, which then rapidly expands, letting the gas and a minor fraction of magma escape. And that’s what makes a lava fountain. The magma foam comes out as scoriae (or, in more silica-rich, highly explosive eruptions, as pumice), but its proportion relative to the gas escaping simultaneously is vanishingly small. So if you think of those impressive fountains of liquid lava and towering columns of dark ash, consider what immense quantities of gas (foremost, water vapour, and then also some good quantities of carbon dioxide and sulphur dioxide) are released in such events!”

Fontaine-lave

Fontaine de lave au Cratère SE  (Crédit photo:  Parco dell’Etna)

Etna (Sicile / Italie): Nouveau paroxysme au Nouveau Cratère SE ! // Another paroxysm at the New SE Crater !

   Moins de 24 heures après le dernier paroxysme, le Cratère SE est à nouveau entré en éruption cette nuit. Le tremor et les webcams montrent que l’activité a commencé un peu avant minuit et s’est poursuivie jusque tôt ce matin. Comme précédemment, on a assisté à un spectacle de fontaines de lave de plusieurs centaines de mètres de hauteur qui a cessé vers 2h40. En revanche, l’activité effusive à partir d’une nouvelle bouche au pied du cône s’est poursuivie jusque vers 6 heures du matin. Comme précédemment, la lave a avancé vers la Valle del Bove.

 

   Less than 24 hours after the previous paroxysm, the SE Crater erupted again during the night. The tremor and the webcams show that activity started a little before midnight and continued until early this morning. Just like yesterday, there were lava fountains several hundred metres high which stopped at 02:40 or so. Meantime, the effusive activity from a new vent at the base of the cone continued until about 6 o’clock this morning. Like before, lava travelled down the Valle del Bove.

Etna-20-fevrier

Kilauea Iki (Hawaii / Etats Unis)

   Au cours du mois de Janvier, le HVO a rappelé les principaux événements observés depuis la création de l’Observatoire en 1912. Il y a quelque temps, un article était consacré à l’éruption du Mauna Loa en 1984. Cette semaine, c’est l’éruption du Kilauea Iki (le petit Kilauea) en 1959 qui est sous les projecteurs
L’éruption a débuté le 14 novembre 1959 vers 20 heures par l’ouverture d’une fracture dans la paroi sud du cratère. En moins de 24 heures, l’éruption s’est concentrée sur une bouche unique avec une fontaine déversa sa lave dans le cratère jusqu’au 21 novembre. Après une pause de quelques jours, l’éruption reprit de plus belle avec 16 épisodes de fontaines de lave séparés par des courtes pauses. L’une de ces fontaines est la plus spectaculaire jamais observée sur le Kilauea, avec une hauteur estimée à 580 mètres ! L’éruption a pris fin le 20 décembre de la même année.
Cette éruption du Kilauea Iki est importante pour le HVO car l’Observatoire venait d’installer de nouveaux instruments de mesure de la sismicité et de la déformation du volcan qui ont donc pu être testés au cours de cet événement. C’est ainsi que les nouveaux sismos ont détecté des secousses à 55 km sous le sommet du Kilauea à partir d’août 1959. C’était la première fois que les scientifiques obtenaient des indications sur la profondeur de la source magmatique du volcan. Quelques semaines plus tard, les nouveaux tiltmètres détectaient un gonflement de l’édifice, signe d’une ascension magmatique.
La lave envahit rapidement le cratère du Kilauea Iki dans les jours qui suivirent le début de l’éruption. Une fois celle-ci terminée, les volcanologues purent continuer à étudier la lave encore fluide qui se dissimulait sous la croûte solidifiée. De nombreux prélèvements furent effectués entre 1960 et 1988. La lave a fini de se solidifier complètement vers le milieu des années 1990. A noter qu’aujourd’hui encore, de petits panaches de vapeur s’échappent du plancher du Kilauea Iki.
En janvier 1960, quelques semaines après que le Kilauea Iki se soit calmé, une éruption d’une durée d’un mois affecta le district de Puna et détruisit la petite ville de Kapoho. Beaucoup de scientifiques considèrent les éruptions du Kilauea Iki et de Kapoho comme un seul et même événement car le volcan continuait à gonfler après la fin de l’éruption du premier nommé. Cette hypothèse est confirmée par les analyses de la lave, identiques sur les deux sites. Cette similitude prouve que le sommet du Kilauea et l’East Rift Zone sont reliés par un conduit continu permettant au magma de parcourir en quelques semaines la soixantaine de kilomètres qui sépare le sommet de la pointe orientale de la Grande Ile.
C’est grâce à toutes ces observations et déductions que les scientifiques du HVO ont pu modéliser l’alimentation en magma du Kilauea, son stockage et son transport sous le volcan. Cette modélisation est encore largement acceptée de nos jours.

 

   During the month of January, the HVO reminded people of the major events that have occurred since the creation of the Observatory in 1912. Some time ago, an article was devoted to the eruption of Mauna Loa in 1984. This week, it is the eruption of Kilauea Iki (Little Kilauea) in 1959 which is under the spotlight
The eruption began  on 14 November 1959  at  about 20:00 with the opening of a fracture in the south wall of the crater. In less than 24 hours, the eruption concentrated on a single vent with a fountain pouring its lava in the crater until 21 November. After a break of a few days, the eruption started again with 16 episodes of lava fountains separated by short breaks. One of these fountains was the most spectacular ever seen on Kilauea, with an estimated height of 580 meters! The eruption ended on 20 December of the same year.
This eruption of Kilauea Iki was important for the HVO as the Observatory had just installed new instruments for measuring seismicity and deformation of the volcano which could be tested during this event. Thus, the new sismos detected earthquakes at 55 km beneath the summit of Kilauea from August 1959. It was the first time scientists obtained information on the depth of the magma source of the volcano. A few weeks later, the new tiltmeters detected swelling of the building, a sign of magma ascent.
The lava rapidly invaded the Kilauea Iki Crater in the days following the onset of the eruption. Once it was over, volcanologists could continue to explore the still fluid lava that was concealed beneath the solidified crust. Many samples were collected between 1960 and 1988. Lava solidified completely in the mid 1990s. Even today, small plumes of steam are escaping from the Kilauea Iki floor.
In January 1960, a few weeks after the Kilauea Iki eruption calmed down, a month-long eruption affected the Puna district and destroyed the town of Kapoho. Many scientists consider the eruptions of Kilauea Iki and Kapoho as a single event as the volcano continued to swell after the eruption of the former. This hypothesis was confirmed by the analyses of the lava which was the same on both sites. This similarity shows that the summit of Kilauea  and the East Rift Zone are connected by a continuous conduit allowing the magma to travel in a few weeks  along the sixty kilometers between the summit and the eastern tip of the Big Island.
Thanks to these observations and deductions, HVO scientists were able to model the Kilauea magma supply, storage and transport under the volcano. This model is still widely accepted today.

 

Kilauea-Iki-01

Le Kilauea Iki aujourd’hui  (Photo: C. Grandpey)

Alimentation-Kilauea

L’alimentation magmatique du Kilauea et de l’East Rift Zone   (Avec l’aimable autorisation du HVO)