« Une suite qui dérange » : Le Limousin boude le film d’Al Gore

Comme je l’indiquais précédemment, le dernier film d’Al Gore « Une suite qui dérange : le temps de l’action » – An Inconvenient Sequel : Truth to Power – est sorti en France sur les écrans le 27 septembre.

J’ai assisté à la séance de 17h35 ce même jour à Limoges et j’avais pratiquement tous les sièges à ma disposition puisque nous étions seulement 7 spectateurs dans la salle de cinéma. Ce n’est guère une surprise car je me rends compte depuis longtemps que mes concitoyens n’ont pas pris conscience de l’ampleur du danger environnemental qui nous guette. De plus, le titre et l’affiche du film d’Al Gore ne sont guère accrocheurs et ne saurait rivaliser avec d’autres réalisations à l’affiche au même moment.

S’agissant du documentaire proprement dit, il n’y a pas de révélations fracassantes. Il est présenté en version américaine doublée en français, avec des traductions globalement de bon aloi. Al Gore met en évidence les conséquences du changement climatiques, que ce soit la fonte des glaciers du Groenland ou les inondations qui ont frappé de nombreux pays, y compris les Etats-Unis. L’ancien vice-président est omniprésent dans le film, peut-être un peu trop. On le voit parcourir le monde pour motiver des ambassadeurs de la cause qu’il défend. Une part importante du film est consacrée à la COP 21 de Paris et les tractations qui ont eu lieu dans les coulisses, en particulier pour convaincre l’Inde de signer la déclaration finale. C’est sur cette note optimiste que s’achève le documentaire.

On connaît la suite : sitôt la COP 21 terminée, l’Inde a augmenté sa production de charbon. Donald Trump a qualifié le changement climatique de « canular » et décidé de retirer son pays de l’Accord de Paris. Les concentrations de CO2 continuent d’augmenter dans l’atmosphère ; les températures continuent de croître ; les glaciers reculent et s’amenuisent : l’objectif de hausse maximale de 2°C d’ici 2100 prévu à Paris semble dès à présent mission impossible. A part cela, tout va bien…

En voyant dans le film les qualités diplomatiques d’hommes comme Al Gore ou John Kerry dont l’envergure est tout à fait présidentielle, je me suis posé la question : Pourquoi diable les Américains ont-ils choisi Donald Trump ?

Voici un lien vers la bande-annonce du film :

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19569566&cfilm=252419.html

Publicités

Changement climatique: Al Gore et les scientifiques contre Donald Trump / / Climate change: Al Gore and the scientists vs. Donald Trump

La suite du film d’Al Gore « Une Vérité qui dérange » – An Inconvenient Sequel – a reçu un accueil mitigé et a terminé 15ème au box-office le week-end dernier, malgré une forte promotion à l’échelle nationale par l’ancien vice-président des Etats Unis. Lorsque la première partie est sortie en 2006, elle avait généré près de 50 millions de dollars. La suite n’en a généré que 900 000. Le documentaire est maintenant dans sa deuxième semaine dans les salles de New York et de Los Angeles, après sa sortie pendant le week-end du 28 juillet.
Le film a généralement reçu un bon accueil de la part de la critique. Il a obtenu un pourcentage de satisfaction de 77% sur un site web d’évaluation des films et des émissions de télévision. En revanche, le public ne lui a accordé qu’un pourcentage de satisfaction de 48% sur le même site.

Dans le même temps, l’administration Trump essaie de dissimuler autant qu’elle le peut la vérité sur le changement climatique, tandis que les scientifiques montent au créneau et crient haut et fort qu’ils ne seront pas réduits au silence par les négationnistes climatiques à la Maison-Blanche.
Alors que l’administration Trump essaie de supprimer les agences qui parlent du changement climatique, un rapport censé ne pas être divulgué – mais qui vient d’être diffusé par des scientifiques – conclut que des millions d’Américains subissent actuellement les effets du changement climatique. Le rapport confirme que les dernières années ont connu des épisodes climatiques extrêmes liés au changement climatique, ainsi que les années les plus chaudes jamais enregistrées dans le monde.
Le rapport est un camouflet majeur pour le Président qui refuse de reconnaître le changement climatique. On peut lire dans le rapport : « Les preuves du changement climatique abondent, depuis les hauteurs de l’atmosphère jusqu’aux profondeurs des océans. » […] « Des milliers d’études menées par des dizaines de milliers de scientifiques à travers le monde ont démontré les changements intervenus à la surface de la Terre, que ce soient les températures atmosphériques ou océaniques, la fonte des glaciers, la disparition de la couverture neigeuse, la diminution de la glace de mer, l’élévation du niveau des océans et l’augmentation de la vapeur d’eau atmosphérique « . Le rapport décrit comment la température moyenne aux États-Unis a augmenté rapidement depuis 1980 et confirme que les dernières décennies ont été les plus chaudes des 1500 dernières années.
Selon le rapport, il ne fait aucun doute que les humains sont responsables: «De nombreux exemples démontrent que les activités humaines, en particulier les émissions de gaz à effet de serre, sont responsables des récents changements climatiques.» […] «Les activités humaines sont maintenant la cause principale des changements observés dans le climat. »
Reste à savoir si l’administration de Trump publiera officiellement le rapport. L’Agence de Protection de l’Environnement aux États-Unis (EPA), actuellement dirigée par Scott Pruit, doit l’approuver d’ici la mi-août. Il est peu probable qu’il soit publié en l’état. Selon le Times, « les scientifiques craignaient que l’administration Trump modifie ou supprime carrément le rapport ». C’est pour cela qu’il l’ont fait fuiter!
Il existe d’autres preuves que l’administration Trump essaie de supprimer et de détourner la terminologie du changement climatique. Ainsi,  le Ministre de l’Agriculture des États-Unis a demandé à son personnel d’éviter d’utiliser l’expression «changement climatique» et de la remplacer par «conditions météorologiques extrêmes»… No comment !
Source: Presse américaine.

—————————————-

Al Gore’s climate change sequel to « An Inconvenient Truth » finished 15th at the box office this weekend despite heavy national promotion from the former vice president. When it was released, « An Inconvenient Truth » generated nearly $50 million at the box office in 2006.

« An Inconvenient Sequel » has earned only about $900,000.
The documentary is now in its second week in cinemas after opening in New York and Los Angeles on the weekend of July 28th.

The film has received generally positively among critics, earning a 77% favorable rating on a review website for movies and television. Audiences only gave it a 48% favorable rating on the same site.

In the meantime, the Trump administration is trying as fast as it can to bury the truth about climate change while scientists are fighting back and showing that they will not be silenced by the climate deniers in the White House.

So while the administration tries to suppress its agencies talking about climate change, a leaked report has concluded that millions of Americans are feeling the effects of climate change right now. The report confirms that the last few years have seen record-breaking, climate-related, weather extremes, as well as the warmest years on record for the globe

The report is a major rebuttal and rebuke to the climate-denying president. « Evidence for a changing climate abounds, from the top of the atmosphere to the depths of the oceans, » the report outlined: « Thousands of studies conducted by tens of thousands of scientists around the world have documented changes in surface, atmospheric, and oceanic temperatures; melting glaciers; disappearing snow cover; shrinking sea ice; rising sea level; and an increase in atmospheric water vapour. » The report outlines how the average temperature in the U.S. has risen rapidly since 1980, and recent decades have been the warmest of the past 1,500 years.

It is explicit that humans are to blame: « Many lines of evidence demonstrate that human activities, especially emissions of greenhouse gases, are primarily responsible for recent observed climate changes, » and « Human activities are now the dominant cause of the observed changes in climate. »

Whether the Trump administration will ever officially publish the report remains to be seen. The U.S. Environmental Protection Agency (EPA), currently led by Scott Pruit, is one of the agencies that has to approve it by mid-August. It is unlikely to be published unscathed. According to the Times, « Scientists say they fear that the Trump administration could change or suppress the report. »

There is new evidence that the Trump administration is trying to suppress and distort the language around climate change, with the U.S. Department of Agriculture telling staff to avoid using the term « climate change » and instead use the term « weather extremes. » No comment!

Source : American newspapers.

Source: NOAA

De toute évidence, l’administration Trump n’a jamais entendu parler de la Courbe de Keeling qui décrit les concentrations de dioxyde de carbone dans l’atmosphère au niveau du Mauna Loa à Hawaii. Le niveau actuel reste très élevé, avec plus de 400 ppm. A noter que la courbe montre un point bas chaque année vers la fin du mois de septembre, au moment de la transition entre l’été et l’automne. L’absorption du CO2 par la végétation décline et est dépassée par les émissions de CO2 au niveau des sols. On remarquera que la concentration en CO2 de ce point bas augmente d’une année sur l’autre.

——————————

Obviously, the Trump administration has never heard of the Keeling Curve describing atmospheric concentrations of carbon dioxide on Mauna Loa in Hawaii. The current level remains very high, with more than 400 ppm. It should be noted that the curve shows a low point each year towards the end of September, when the transition between summer and autumn begins. CO2 absorption by the vegetation is declining and is exceeded by CO2 emissions by the soils. The CO2 concentration of this low point increases from one year to the next.

 

« Une Vérité qui Dérange (suite) » // « An Inconvenient Sequel »

Dix ans après, «Une Vérité qui Dérange » – An Inconvenient Truth – qui a propulsé le changement climatique au cœur de la culture populaire, An Inconvenient Sequel montre que nous sommes sur le point d’entrer dans une véritable révolution énergétique. Le vice-président Al Gore y poursuit sa lutte infatigable. C’est un voyage autour du monde au cours duquel il forme une armée de défenseurs du climat et influence la politique climatique internationale. Les caméras le suivent dans les coulisses – dans des moments à la fois privés et publics, drôles et poignants – pendant lesquels il poursuit l’idée que, bien que les enjeux n’aient jamais été aussi importants, les dangers du changement climatique peuvent être surmontés grâce à l’ingéniosité humaine et la passion.

Voici la bande annonce du film sorti le 28 juillet 2017 dans un nombre limité de cinémas américains

https://www.youtube.com/watch?v=huX1bmfdkyA&feature=youtu.be

————————————–

Ten years after An Inconvenient Truth brought climate change into the heart of popular culture, An Inconvenient Sequel shows just how close we are to a real energy revolution. Vice President Al Gore continues his tireless fight, travelling around the world, training an army of climate champions and influencing international climate policy. Cameras follow him behind the scenes – in moments both private and public, funny and poignant – as he pursues the inspirational idea that while the stakes have never been higher, the perils of climate change can be overcome with human ingenuity and passion.

Here is the trailer of the film that was released on July 28th 2017 in a limited number of U.S. cinemas

https://www.youtube.com/watch?v=huX1bmfdkyA&feature=youtu.be

Sawyer Glacier (Alaska)  [Photo: C. Grandpey]

Réchauffement climatique : Quelques chiffres intéressants // Climate change : A few interesting figures

drapeau-francaisAlors que la température globale de la planète continue d’augmenter et de battre des records, la glace de mer dans l’Arctique et l’Antarctique a atteint des niveaux record pour cette période de l’année. Comme je l’ai indiqué précédemment, certains jours de novembre, la température de l’Arctique se situait à 20 degrés Celsius au-dessus de la moyenne pour cette période de l’année.
A côté de cela, les mesures fournies par le satellite du National Snow and Ice Data Center (NSIDC) montrent que le 4 décembre, la surface couverte par la glace de mer aux pôles était de 3 834 millions de kilomètres carrés inférieure à la moyenne de 1981-2010. Cela représente environ la taille de l’Inde, ou bien deux fois la superficie de l’Alaska.
Les dernières mesures vont donc à l’encontre de l’opinion exprimée par certains climato-sceptiques qui affirmaient que l’expansion de la glace de mer antarctique contredisait les preuves du changement climatique.
Au cours de la COP 21 de Paris en 2015, près de 200 gouvernements ont décidé de réduire leurs émissions de carbone afin de maintenir l’augmentation de la température mondiale au maximum à 2 degrés Celsius au-dessus de la température moyenne avant la révolution industrielle. Il n’est pas certain que les États-Unis se conforment à cet accord car le président Donald Trump a déclaré qu’il ne le respecterait pas. M. Trump a toutefois fait quelque peu machine arrière en novembre lorsqu’il a indiqué au New York Times qu’il ferait preuve «d’ouverture d’esprit» en matière de changement climatique.
M. Trump et Ivanka Trump se sont réunis avec Al Gore le 5 décembre à la Trump Tower pour aborder la question du changement climatique. Gore a qualifié son entretien de «très productif» et de «recherche sincère de terrains d’entente». [NDLR : On appréciera le langage diplomatique qui, une fois traduit, signifie que les discussions n’ont abouti à aucun accord]
Ces réunions se sont déroulées alors que la glace de mer en Antarctique couvre 11,2 millions de kilomètres carrés, sa plus faible surface pour un début décembre, et qui bat le record de 1982. De même, la glace de mer dans l’Arctique, bien qu’en expansion pour l’hiver, a atteint 10,25 millions de kilomètres carrés cette saison, battant ainsi le record de 2006.
Les scientifiques craignent que ces développements aient un effet domino. Avec la fonte de la glace de mer, les glaciers risquent d’accélérer leur vêlage dans les eaux environnantes, ce qui ne manquera pas d’avoir un effet sur l’élévation du niveau de la mer.
Source: CBS News.

————————————

drapeau-anglaisAs global temperatures continue to rise and break records, sea ice in the Arctic and Antarctica are being measured at record lows for this time of year. As I put it before, temperatures in the Arctic, for instance, were 20 degrees Celsius above average on some days of November.

Beyond that, the National Snow and Ice Data Center (NSIDC) satellite measurements show that on December 4th, the extent of polar sea ice was 3 834 million square kilometres below the 1981-2010 average. That amounts to about the size of India, or for another point of reference, two Alaskas.

The latest measurements appear to reverse a trend of expanding Antarctic sea ice, which some skeptics cited to contradict evidence of climate change.

With last year’s Paris climate agreement, nearly 200 governments agreed to curb carbon emissions with the goal of keeping the world’s temperature increase to no more than 2 degrees Celsius above the global average temperature before the Industrial Revolution. It remains unclear whether the U.S. commitment to that deal will be honored by President-elect Donald Trump, who has previously stated he might want to pull out of the Paris agreement. Mr. Trump backtracked somewhat in November, telling the New York Times that he has an “open mind” when it comes to climate change.

Mr. Trump and Ivanka Trump held meetings with Al Gore Monday at Trump Tower to discuss the issue of climate change. Gore characterized his talk with the president-elect as “very productive” and “a sincere search for areas of common ground.”

Those meetings came as Antarctica’s sea ice measured 11.2 million square kilometres — its smallest for early December, effectively beating 1982’s record. Similarly, sea ice in the Arctic, though expanding for the winter, hit a record low of 10.25 million square kilometres this season, below 2006’s record.

Scientists worry that these developments could have a domino effect. As sea ice melts, glaciers could collapse more quickly into their surrounding waters, potentially increasing the rate of sea level rise rapidly.

Source: CBS News.

Gr blog 14

Photo: C. Grandpey