Volcan de boue Devil’s Woodyard (Trinité-et-Tobago) // Devil’s Woodyard mud volcano (Trinidad and Tobago)

Une reprise d’activité vient d’être observée sur volcan de boue de Devil’s Woodyard à Trinité-et-Tobago. Des grondements et des explosions ont secoué la communauté d’Hindustan vers 4 h 20 et de nouveau vers 8 h 52 le 13 février 2018. Quelque 40 personnes ont dû être évacuées. La première éruption a duré environ 20 secondes avec des jets de boue d’environ 6 mètres de hauteur. La seconde éruption a duré cinq secondes avec des projections à environ 3 mètres de hauteur. La boue s’est répandue sur environ 45 mètres tout autour du cratère.
Les pompiers ont demandé aux habitants d’évacuer leurs maisons et à retirer leurs véhicules de la zone menacée. Malgré les consignes, des centaines de personnes ont afflué vers le site en espérant apercevoir l’éruption. La police a finalement bouclé la zone et empêché quiconque d’entrer dans Hindustan Road.
Le bâtiment des toilettes situé près du site du volcan de boue s’est affaissé de quelques dizaines de centimètres tandis que le sentier de galets conduisant au site a été gravement endommagé. Des fractures se sont formées jusqu’à environ 2 000 mètres du cratère. La police a averti les habitants de quelque 25 maisons proches du volcan de boue qu’une évacuation pourrait devenir nécessaire. Dans cette éventualité, trois abris dans l’école primaire, l’école presbytérienne et le centre communautaire d’Hindustan, tous situés dans des zones sûres, ont été équipés pour accueillir les personnes évacuées. Les habitants ont finalement été autorisés à retourner chez eux.
La dernière éruption de ce volcan de boue a eu lieu en 1995 ; elle a tué une personne et laissé 31 familles sans abri.
La première éruption connue de ce volcan a eu lieu en 1852.
Source: Trinidad Guardian, The Watchers.

Selon les journaux locaux, l’éruption est maintenant terminée…jusqu’à la prochaine fois! Il se dit que le volcan de boue de Devil’s Woodyard se manifeste tous les 20-30 ans. Wait and see!

—————————————-

New activity is taking place at Devil’s Woodyard mud volcano in Trinidad and Tobago. Rumbles and explosions shook the community of Hindustan around 4.20 am and again at 8.52 am., on February 13th 2018. Some 40 people had to be evacuated. The first eruption lasted for about 20 seconds before jets of mud began spewing about 6 metres in the air. The second lasted about five seconds and went up about 3 metres in the air. The volcanic mud extended some 45 metres in each direction of the crater.

Firefighters called on residents to evacuate their homes and remove their vehicles from the area. Despite the call, hundreds of people flocked to the scene hoping to catch a glimpse of the eruption. Eventually, police cordoned off the area and prevented anyone from entering Hindustan Road.

The toilet area near the volcanic site sank a few tens of centimetres, while the cobble stones from the walkway leading to the site were severely damaged. Cracks developed about 2,000 metres from the crater. The police warned residents of some 25 homes close to the mud volcano that a full-scale evacuation might become necessary. In the event of an evacuation, three shelters at the Hindustan Government Primary School, Presbyterian School and Community Centre, all of them in safe areas, were equipped to welcome evacuees. Residents were finally allowed to return to their homes.

The last eruption of this volcano took place in 1995, killing 1 person and leaving 31 families homeless.

The first known eruption of this volcano took place in 1852.

Source: Trinidad Guardian, The Watchers.

According to the local newspapers, the eruption is now over…until the next one. The rumour says that Devil’s Woodyard mud volcano erupts every 20-30 years. Wait and see!

Les volcans de boue – comme les Maccalube di Aragona en Sicile – sont des phénomènes géologiques bien connus. Ce sont des sites touristiques qui requièrent une certaine prudence car de violentes explosions de gaz peuvent se produire de temps en temps. (Photo: C. Grandpey)

4 réflexions au sujet de « Volcan de boue Devil’s Woodyard (Trinité-et-Tobago) // Devil’s Woodyard mud volcano (Trinidad and Tobago) »

  1. Bonjour Claude,
    « Les boues et les couleurs. »
    « Lumpur Sidoarjo », ou « boue de Sidoarjo », plus gentiment appelé « Lusi » par abréviation, mot beaucoup plus touristiquement attractif pour nommer l’éruption de boue Javanaise qui ravage la région sud de Surabaya en inondant le pays de ce mélange « hydrocarburé » et délétère, est une réelle catastrophe autant humaine qu’écologique. La principale caractéristique scientifique de ce phénomène est de répandre alentour une espèce de flou, aussi nauséabond que les gaz qui s’en échappe, flou dans l’origine et les raisons de son apparition. Séisme, forage manqué, punition divine, on ne sait plus vraiment qui de l’argent ou du vrai diagnostique scientifique est l’argument convainquant. Il semblerait cependant que cette tergiversation puisse enfin trouver une certaine stabilité en donnant à cet évènement dramatique ses « lettres de noblesse » par l’intervention des tours opérateurs qui sauront en faire une activité touristico-rentable, qui semble bien apparaitre comme l’unique moyen d’indemnisation des dégâts et des préjudices causés. Outre par ce biais mercantile et dérisoire, il est apparemment aujourd’hui impossible de connaître la vraie situation de cette éruption au sujet de laquelle tout et rien n’aura été dit, et qui semble bien s’éterniser au point d’être banaliser en sombrant purement et simplement dans l’abîme du dossier des pertes et profits.
    A l’instar de cette tragédie, l’attractivité de la boue semble réellement être une constante dans les goûts que nos concitoyens font montre à l’égard de l’exceptionnel, fusse-t-il morbide, et bien agrémentés en cela, par l’apparition non moins passionnante des « vautours opérateurs ».
    Espérons que cette grande et noble leçon ne nuira pas trop à l’observation des colibris de Trinité et Tobago, et que ces petites Antilles là prendront à l’occasion d’avantage de grandeur, et continueront d’évoquer la menace du diable au coin de leurs bois. (The Devil’s Woodyard Threat)
    Sans bouillir, disons tout de même que, par les temps qui courent, nous ne sommes pas au bout de la boue, ne pensez-vous pas ?
    Amitiés
    Pierre Chabat

    J'aime

    1. Bonjour Pierre,
      A lire votre commentaire ce matin, je me sens presque une âme porcine. Il est vrai qu’avec la pluie qui arrose le Limousin, le boue doit être à point pour aller s’y vautrer…. Il paraît que c’est bon pour les rhumatismes. Je n’en ai pas, mais un traitement préventif ne peut être que bénéfique…
      Bonne journée.
      Claude Grandpey

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.