Des hivers de plus en plus courts // Shorter and shorter winters

Signe évident du réchauffement climatique sur notre planète, les hivers sont de plus en plus courts et les étés de plus en plus longs. Ce phénomène est observé dans les deux hémisphères, comme l’explique un article paru récemment sur le site web de la radio France Info.

Aux Etats-Unis et en Nouvelle-Zélande, l’hiver dure aujourd’hui un mois de moins qu’il y a 100 ans. Les météorologistes ont comparé les dates moyennes des premiers gels dans 48 Etats américains et ils ont conclu que l’arrivée des épisodes froids a reculé de manière significative au cours des dernières décennies. Ainsi, la date moyenne du premier gel entre 2007 et 2016 est arrivée une semaine plus tard qu’entre 1971 et 1980.

En comparant les relevés de 1916 à ceux de 2016, les scientifiques aux Etats-Unis ont découvert que la saison de gel avait duré un mois de moins dans le pays, voire deux mois de moins dans l’Oregon. Autre donnée significative : en 2016, environ 40% des Etats américains (hors Alaska et Hawaï) avaient déjà connu un épisode de gel au 23 octobre, contre 65% lors d’une année normale.

La tendance est la même en Nouvelle-Zélande. Le National Institute of Water and Atmospheric Research (NIWA) estime que l’hiver commence quand les températures sont inférieures à 9°C dans le pays des All Blacks. Entre 1909 et 1938, cette période durait une centaine de jours, contre seulement 70 jours entre 1987 et 2016.

Comme je l’ai indiqué à plusieurs reprises, sur l’ensemble de la planète, l’année 2016 a été la plus chaude jamais enregistrée depuis le début des relevés de températures, en 1880. Ce record s’explique en partie par le puissant courant équatorial chaud El Niño, qui a été observé cette année-là. L’année 2017 devrait, quant à elle, être l’année la plus chaude jamais recensée hors des années où le phénomène El Niño a été observé.

Les stations de sports d’hiver de basse et de moyenne montagne ont du souci à ce faire. Arrivera le jour où les canons à neige atteindront les sommets et ne pourront pas aller plus haut.

Source : France Info.

——————————————

Here is another sign of global warming on our planet: winters are getting shorter and summers ate getting longer. This phenomenon is observed in both hemispheres, as explained in a recent article on the website of the French radio channel France Info.
In the United States and New Zealand, winter now lasts one month less than 100 years ago. Meteorologists compared the average dates of the first freezes in 48 US states and concluded that the arrival of cold episodes has declined significantly in recent decades. Thus, the average date of the first freeze between 2007 and 2016 arrived a week later than between 1971 and 1980.
Comparing the 1916 surveys with those of 2016, scientists in the United States discovered that the frost season lasted one month less in the country, or two months less in Oregon. Another significant fact: in 2016, about 40% of American states (excluding Alaska and Hawaii) had already experienced a frost event on October 23rd, against 65% in an average year.
The trend is the same in New Zealand. The National Institute of Water and Atmospheric Research (NIWA) estimates that winter begins when temperatures are below 9°C in the All Blacks country. Between 1909 and 1938, this period lasted a hundred days, compared with only 70 days between 1987 and 2016.
As I have put it several times, all over the world, 2016 was the warmest year ever recorded since the beginning of the temperature readings in 1880. This record is partly explained by the powerful El Niño hot equatorial current, which was observed that year. The year 2017 should, for its part, be the hottest year ever recorded in years when the El Niño phenomenon was not observed.

Low and mid-mountain winter sports resorts are concerned about this. There will be the day when the snow cannons will reach the peaks and can not go higher.

Source: France Info.

Canons à neige dans le massif du Sancy (Puy-de-Dôme)

Canon à neige au Montgenèvre (Hautes-Alpes)

  [Photos: C. Grandpey]

Publicités

2 réflexions au sujet de « Des hivers de plus en plus courts // Shorter and shorter winters »

  1. Bonjour Claude,
    Sans foi ni loi.
    Plutôt que de rabâcher la sempiternelle expression des optimistes totalement inconscients et pour ainsi dire aveugles, qui répètent en permanence que nous pouvons encore collectivement réagir et rêveusement sauver le monde, il faudrait d’avantage à mon sens déclarer une bonne fois pour toute qu’il est déjà trop tard et que nous nous acheminons vers une terrible catastrophe qui ressemble à une fin de civilisation. D’ici la fin du pétrole (2050) et de l’énergie à bon compte nous aurons par notre sacro sainte manie de la reproduction outrancière probablement atteint le chiffre époustouflant des 12 milliards d’individus, (accroissement de 80 millions par an) tous à la recherche de nouvelles ressources et d’exploitations des richesses planétaires, pour survivre en perpétuant les habitudes du passé, et calquer l’exemple de vie des nantis et des possédants.
    Mais voila, sans eau potable à boire, sans bois pour se chauffer l’hiver, sans air frais et sec à respirer, sans viande ni légumes à manger, sans plages dorées pour se dégourdir les doigts de pieds, bien protégé des vagues ravageuses des océans par les géniaux coraux tout piétinés et détruis, ou neige pour skier, comment feront nos successeurs, enfants, petits enfants, pour subsister. Ils ne savent même plus ce que mort et anéantissement veulent dire. La seule arme qu’ils possèdent est leurs smart-phones virtuelisateurs et déjà totalement humainement dépassés, pourvoyeurs de robotisation et stérilisateurs.
    Ni les belles résolutions des COP successivement égales à elles-mêmes, ni les descriptions apocalyptiques des nos quelques 15 000 scientifiques, du chaos planétaire dont tout un chacun peu se rendre compte quotidiennement, ni les appels désespérés à la raison et au civisme n’y changeront rien (CO2 produits en 2016 41Gtonnes). Le processus n’est pas à la réserve, à la prise de conscience, à la modération et au partage, il est à l’anéantissement. Après avoir bousillé tous ce qui peut l’être sur terre, et après que monde végétal et monde animal y soit passé, je ne vois aucune objection à ce que ce processus ne se décline sur une crise aigue d’anthropophagie gloutonne et probablement sans limite.
    Plutôt que de faire fi des anciens annonciateurs de fin du monde, je pense sincèrement que nous devrions moins rire de leurs scénarios, qui une fois accumulés produisent, il faut bien le dire, une assez bonne description de notre prochain devenir. Si l’on prétend communément que l’espoir fait vivre, on dirait quand même que c’est ici, et de plus en plus, le désespoir qui fait progresser l’humanité. A force, par dérision, de prétendre « après nous le déluge » il semblerait que cette belle expression de j’en foutre ne devienne une réelle prophétie. Ne pensez-vous pas ?
    Vraiment désolé de l’être.
    Amitiés
    Pierre Chabat

    J'aime

    1. Bonjour Pierre,
      Je fais partie de ceux qui pensent que notre planète s’autodétruira. Par accumulation de populations et épuisement des ressources naturelles, arrivera le jour où plus aucune vie décente ne sera possible. Aujourd’hui, nous vivons en adoptant la politique de l’autruche et en faisant passer le profit avant l’environnement. Dans quelques jours, je vais à nouveau diffuser une note attirant l’attention sur le danger qui guette notre planète. Je ne me fais pas trop d’illusions; mes bonnes paroles n’auront qu’un effet très limité et ne feront que convaincre que les gens qui, comme vous et moi, sont déjà convaincus.
      Bonne journée, avec ma très sincère amitié.
      Claude Grandpey

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s