Mauna Kea (Hawaii): Le TMT face à l’opposition

drapeau francaisLa construction du Thirty Meter Telescope (TMT) a commencé sur le Mauna Kea, en dépit de l’opposition permanente de militants culturels et environnementaux
Le sommet du Mauna Kea a une signification profonde pour de nombreuses personnes. Pour les astronomes, c’est l’un des meilleurs endroits sur Terre pour explorer le firmament avec une très faible distorsion atmosphérique. Pour les écologistes, le Mauna Kea représente un écosystème exceptionnel qui abrite des espèces rares, comme le wekiu, un insecte endémique que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans le monde. Pour les Hawaïens indigènes, le Mauna Kea est le domaine des dieux, un lieu saint sur Big Island.
Deux procès sont en cours contre ce projet initié par le California Institute of Technology et l’Université de Californie. En Octobre, des militants ont fait capoter la cérémonie d’inauguration du projet, avec une manifestation de protestation qui a fait la une des journaux dans le monde entier. Les défenseurs du projet ont été pris au dépourvu par le nombre de manifestants – environ 500 – qui, après s’être couchés au milieu de la route, se sont invités dans la cérémonie, provoquant son annulation.

Pour les astronomes, le TMT représente un avenir des plus prometteurs: Avec un miroir presque trois fois plus grand que tout autre sur Terre, ils pourront détecter des signes de vie dans d’autres systèmes solaires et obtenir des indices sur les origines de l’univers.
Pour certains Hawaïens, le TMT représente la profanation d’un lieu sacré. Les anciens considéraient le volcan comme le cordon ombilical reliant la Terre au Ciel et ils utilisaient la montagne comme site de sépultures, avec des autels et autres lieux de culte. Des milliers de tombes et d’objets culturels ont été découverts sur le Mauna Kea et beaucoup sont encore entretenus par les familles hawaïennes. Les pêcheurs viennent faire des offrandes au volcan pour de bonnes prises en mer et les chasseurs parcourent encore les pentes boisées à la recherche de proies.
L’envahissement du sommet du Mauna Kea est l’un des principaux griefs des protestataires. Le sommet est parcouru par des routes et des bâtiments ont fleuri un peu partout, de sorte que l’impressionnante beauté sauvage du paysage d’autrefois a quasiment disparu. Les écologistes affirment que ce développement a déjà nui à l’habitat du wekiu, ainsi qu’à d’autres espèces endémiques. Au contraire, les chefs de projet affirment que le nouveau télescope a été soigneusement conçu pour éviter ces impacts. Bien que le TMT présente la hauteur d’un immeuble de 18 étages – ce qui en fait le plus grand bâtiment de l’île – il ne sera visible que de 15 pour cent de Big Island et n’affectera que 0,08 hectare de l’habitat du wekiu.
Si les militants parviennent à interrompre la construction du TMT, ce ne sera pas la première fois qu’un tel événement se produira: En 2002, un tribunal fédéral a bloqué un projet de la NASA visant à construire une demi-douzaine de télescopes avec des miroirs de 1,80 mètres sur le Mauna Kea parce que l’évaluation environnementale n’a pas été jugée suffisante; la NASA a finalement abandonné le projet.
D’autres sommets américains sont devenus des zones de conflit entre astronomes et écologistes. Par exemple, à la fin des années 1980, les astronomes de l’Observatoire National du Mont Graham en Arizona se sont trouvés face à l’opposition des écologistes qui voulaient protéger une espèce d’écureuils, et des Apaches San Carlos qui effectuaient des cérémonies religieuses sur la montagne. Les astronomes ont finalement gagné, mais les retards les ont contraints à revoir leur projet à la baisse.
Les promoteurs du projet TMT ont été plus prudents que leurs prédécesseurs et ont pris l’opposition au sérieux. Ils ont essayé de gagner le soutien du public. Ils ont traité les autochtones avec respect et organisé pendant plusieurs années des débats avec les membres de leur communauté.
Les prochains mois nous diront si le Thirty Meter Telescope sera autorisé à observer les tréfonds de notre univers.
Source: Scientific American.

 ———————————————-

drapeau anglaisConstruction has begun on the Thirty Meter Telescope, despite continuing opposition by cultural and environmental activists

The summit of Mauna Kea holds many meanings for many people: For astronomers, it’s among the best places on Earth to explore the firmament with minimal atmospheric distortion. For environmentalists, it’s an exceptional ecosystem that hosts rare and altitude-sensitive species, including the wekiu bug found nowhere else in the world. For native Hawaiians, it is the home of gods, the most holy place on Hawaii Big Island.

Two lawsuits are in motion over the California Institute of Technology and the University of California’s proposal to build the Thirty Meter Telescope (TMT). In October activists shut down the project’s groundbreaking in a protest that made headlines worldwide. The number of protesters – around 500 – took telescope supporters by surprise. After they lay across the road and later stormed the ceremony, the groundbreaking was aborted.

For astronomers, the proposed new telescope represents tremendous promise: With a mirror nearly three times larger than any other on Earth, it could detect signs of life in other solar systems and provide clues to the origins of the universe.

For some Hawaiians, it represents the ongoing desecration of a sacred place. Ancient Hawaiians considered the volcano the umbilical cord connecting the land to the heavens and used the mountain as a site of burials, altars and worship; thousands of shrines and other cultural artifacts have been recorded on the Mauna Kea and many are still tended by Hawaiian families. Fishermen still make offerings at the volcano for a good catch and hunters still fan across its forested skirt in search of prey.

The amount of development at the summit is among the activists’ complaints. As the summit has been carved up by roads and studded with buildings, the awesome beauty of the once-stark landscape has diminished. Environmentalists argue the development has already harmed the habitat of the wekiu bug and other endemic flora and fauna. Project managers say the new telescope has been carefully designed to avoid these impacts. Although the TMT will loom 18 stories high, making it the largest building on the island, it will be visible only from 15 percent of the island and will touch only 0.08 hectare of the bug’s habitat.

If activists were to succeed in stopping TMT, it wouldn’t be the first time: In 2002 a federal court blocked a NASA plan to build a half dozen 1.8-meter telescopes on the mountain because it failed to do a comprehensive environmental assessment; NASA eventually abandoned the project.

Other U.S. mountaintops have become combat zones between astronomers and activists. For instance, in the late 1980s astronomers at the Mount Graham National Observatory in Arizona faced opposition to a new telescope from squirrel-protecting environmentalists and from the San Carlos Apaches, who perform religious ceremonies on the mountain. Astronomers eventually won, but the delays forced them to downsize their project.

TMT leaders have been more careful than their predecessors and have taken the opposition seriously, by trying to gain public support for their project. They have treated islanders with respect, organising debates with community members over the course of several years.

The next months will tell us whether the TMT telescope will be allowed to observe the most distant depths of our universe.

Source: Scientific American.

 Mauna-Kea-3

Télescopes au sommet du Mauna Kea  (Photo:  C.  Grandpey)