Retour du « vog » à Hawaii // « Vog » is again a nuisance in Hawaii

La sécheresse qui s’est installée à Hawaii au cours des dernières semaines a contribué à déclencher plusieurs feux de broussailles dont la fumée est vite devenue une nuisance. Les incendies sont maintenant circonscrits, mais les gaz du Kilauea ont pris le relais à cause d’une pause dans les alizés. Cela signifie le retour du « vog », ou brouillard volcanique. Lorsque les alizés soufflent du nord-est, la plus grande partie du vog est poussée vers le sud-ouest, loin des zones habitées, mais ce n’est pas le cas en ce moment..
Une légère reprise des alizés sera observée brièvement aujourd’hui avant qu’un flux de sud se développe dimanche à l’avant d’un nouveau front en provenance du nord-ouest. Cela signifie que le vog va persister encore plusieurs jours.
La partie occidentale de Big Island a reçu à la fois la fumée et le vog au cours des derniers jours, mais il n’y a pas eu de réelle menace pour la santé publique. Les personnes souffrant de problèmes respiratoires sont invitées à « rester à l’intérieur, se reposer et se réhydrater. »
Les services sanitaires hawaiiens publient régulièrement des informations sur la qualité de l’air. Ces données sont disponibles sur une carte interactive sur un site Internet.
L’Université d’Hawaii diffuse également les mesures de vog ainsi que les prévisions.
Le HVO donne lui aussi des informations en ligne sur l’intensité du vog ainsi que la direction des panaches de vog dans le Parc National.
http://hiso2index.info/
http://weather.hawaii.edu/vmap/html/about_vmap.htm
Source : West Hawaii Today.

—————————————-

The drought that prevailed in Hawaii during the past weeks helped trigger several whose smoke became a nuisance. The fires have now been put out but the gases from Kilauea took over because of a pause in the trade winds. This means “vog”, or volcanic fog. When normal trade winds are blowing out of the northeast, most of the concentration of vog is going to go down to the southwest, away from people.
Light trades will establish only briefly today before a southerly flow develops Sunday ahead of a new front approaching from the northwest, which will keep the vog around for several more days.
The west side of Hawaii Big Island has indeed been hammered with the combination of vog and smoke over the past few days, but there was no rise to the level of a public health threat. People with respiratory problems are advised to “stay indoors, rest and rehydrate.”
The Hawaii Department of Health compiles and publishes air quality data, available on an interactive map on its website. The University of Hawaii hosts an online vog measurement and prediction project. .
Hawaiian Volcano Observatory also publishes an online site which shows vog intensity and the direction of the vog plumes within the national park.
http://hiso2index.info/
http://weather.hawaii.edu/vmap/html/about_vmap.htm
Source : West Hawaii Today.

Inventions hawaiiennes // Hawaiian innovations

drapeau francaisLes coulées de lave qui menacent actuellement Pahoa ont fait germer des idées novatrices dans le cerveau des élèves de la région.
Ainsi, les élèves de l’Académie Hawaiienne des Arts et des Sciences de Pahoa ont conçu un épurateur d’air destiné à lutter contre le brouillard volcanique, ou vog, qui perturbe régulièrement la vie dans la région (voir ma note du 19 novembre). L’idée est venue lorsque l’un des adolescents a été personnellement incommodé par le vog et a dû quitter l’établissement d’enseignement. L’épurateur aspire le vog contenu dans l’air à l’aide d’un ventilateur et neutralise son acidité avec une substance semblable au bicarbonate de soude. Le magasin de bricolage ACE Hardware de Pahoa vend les composants de l’épurateur pour 100 dollars. L’appareil vendu dans son intégralité coûte 150 dollars. Les 50 dollars de différence serviront à financer de futures recherches.

Les étudiants ont mis au point d’autres idées liées à la lave. L’une d’elles peut être comparée à la nouvelle technologie développée par une compagnie d’électricité pour protéger les poteaux qui se trouvent sur la trajectoire de la lave. De la même façon, les étudiants ont imaginé un pont refroidi à l’eau qui dissiperait la chaleur de la lave et permettrait aux véhicules de franchir des routes qui en sont recouvertes.
Outre les innovations des élèves, l’approche de la coulée du 27 juin bénéficie aujourd’hui de technologies innovatrices qui n’existaient pas en 1990 lorsque la lave a submergé le village de Kalapana, à 18 kilomètres de Pahoa. Par exemple, grâce à la technologie GPS et à des logiciels adaptés, il ne faut que quelques minutes pour cartographier la coulée de lave, ce qui prenait des heures il y a 20 ans.
De même, le survol du champ de lave à l’aide d’un drone permet de collecter des images haute résolution qui deviennent des cartes topographiques en trois dimensions. Ainsi, les scientifiques peuvent mieux comprendre comment se comporte le volcan et ils peuvent essayer de faire des prévisions sur les endroits où la lave est susceptibles de sortir.
Source: Honolulu Star Advertiser.

 ————————————————

drapeau anglaisThe lava flows that are currently threatening Pahoa are inspiring innovative ideas from local students on how to deal with its effects.

Students from Pahoa’s Hawaii Academy of Arts and Science have come up with an idea for an air scrubber for volcanic smog, or vog (see my note of November 19th). The idea came when one of the teenagers was personally affected by the vog and had to move away because of sensitivity to it. The scrubber pulls vog from the air with a fan and neutralizes acidity with a compound similar to baking soda. Pahoa’s ACE Hardware is selling the component parts for the scrubber for $100. A fully assembled scrubber by the students goes for $150. The extra $50 will help fund future research.

The students have come up with other lava-related ideas, including one similar to the new technology a power company is using to protect poles in the flow’s path. They also have shared thoughts on a water-cooled bridge that would dissipate heat and let drivers cross lava-covered roads.

Beside the students’ innovations, the lava flow has been met with 21st-century technology unavailable in 1990 when lava overran Kala­pana 18 kilometres away. For instance, today, using GPS technology and computer software, it takes a few minutes to map the lava flow, which took hours 20 years ago.

Similarly, flying a drone over the lava field allows to bring back high-resolution images that are turned into three-dimensional topographical maps. Thus, scientists can better understand how the volcano’s behaving and start to make predictions on where lava might break out next.

Source: Honolulu Star Advertiser.

Panache-Kilauea

Les gaz émis par le Kilauea contribuent à la formation du vog hawaiien  (Photo:  C. Grandpey)

Les gaz volcaniques à Pahoa (Hawaii) // Volcanic gases at Pahoa (Hawaii)

drapeau francaisAlors que la lave continuait à avancer inlassablement, empiétant sur les zones résidentielles et brûlant forêts, pâturages, routes et différentes structures, le panache qui avait envahi la région de Pahoa était un mélange de gaz et de particules volcaniques et non volcaniques. Bien que moins menaçante que la lave elle-même, la mauvaise qualité de l’air en aval de la coulée de lave active peut présenter des problèmes pour certaines personnes. Depuis quelques jours, les gaz sont moins agressifs, mais rien ne dit qu’ils ne seront pas de retour dans les prochains jours ou les prochaines semaines.
Le dioxyde de soufre (SO2), le gaz qui contribue le plus à la pollution de l’air et entraîne la formation du vog hawaiien, provient essentiellement des bouches actives au sommet du Kilauea (cratère de l’Halema’uma’u) et sur l’East Rift Zone (cratère du Pu’u O’o). Toutefois, une petite quantité de ce gaz est également émise par les coulées de lave. Les personnes atteintes de maladies respiratoires comme l’asthme sont susceptibles d’être affectées par ces faibles quantités de SO2 si elles se trouvent à proximité immédiate d’une coulée de lave active.
Lorsque la lave entre en contact avec la végétation, la combustion des végétaux produit un mélange complexe qui comprend du dioxyde de carbone et du monoxyde de carbone, ainsi que diverses particules. La végétation peut se décomposer dans l’environnement très chaud sous la surface de la lave, entraînant l’émission de gaz comme le méthane qui peuvent s’enflammer et exploser lorsqu’ils sont enfermés dans des poches souterraines. Ces explosions se produisent fréquemment autour de la coulée du 27 juin.
La combustion de zones occupées par l’homme, telles que les routes goudronnées, dégage des fumées toxiques. A court terme, la fumée qui émane du goudron en train de fondre peut irriter les yeux et les voies respiratoires. Les ouvriers exposés à de telles fumées peuvent développer des maux de tête, des éruptions cutanées, de la toux et même un cancer.
Si la coulée du 27 juin vient à poursuivre sa marche en avant, la lave pourrait finir par atteindre l’Océan Pacifique. Dans ce cas, la lave réagira avec l’eau de mer froide en produisant un volumineux panache de vapeur chargé en acide chlorhydrique. Une étude de 1990 a montré que près de la côte la concentration d’acide chlorhydrique diminuait de dix fois sur une distance d’environ 700 mètres. Les zones immédiatement sous le vent d’une entrée de lave dans l’océan seraient probablement les plus touchées.
Les habitants de Puna sont invités à se tenir informés de la progression de la coulée de lave du 27 juin.

Source : West Hawaii Today.

 —————————————–

drapeau anglaisWhile lava was still flowing, encroaching on residential areas and burning forests, pastures, roads and other man-made structures and debris, the plume that invaded the Pahoa area was a mixture of volcanic and non volcanic gases and particles. Although less threatening than lava itself, poor air quality downwind of the active lava flow can present challenges for some individuals. Over the past few days, the gases aahve been less agressive, but they might be back in some days or some weeks.

Sulphur dioxide (SO2), the main contributor to Hawaii’s volcanic air pollution, or vog, is primarily released from actively degassing vents at Kilauea Volcano’s summit (Halema’uma’u) and East Rift Zone (Pu’u O’o). However, a small amount of this gas is also released from flowing lava. Individuals with pre-existing respiratory conditions, such as asthma, could be impacted by the low levels of SO2 if they are immediately adjacent to an active lava flow.

When lava comes into contact with vegetation, burning plant material produces a complex mixture that includes carbon dioxide and carbon monoxide, as well as various particulates. Vegetation can decompose in the hot environment beneath the surface of the lava, generating gases like methane that can ignite and explode when confined in underground pockets. These explosions occur frequently around the June 27th lava flow.

The burning of manmade features, such as paved roads, creates toxic fumes. In the short-term, molten asphalt fumes can cause eye and respiratory tract irritation. Workers exposed to asphalt fumes are at risk of developing headaches, rashes, coughing and possibly cancer.

If the June 27 flow continues its forward progress, lava could eventually reach the Pacific Ocean. If this happens, lava will react with the cold seawater, creating a large steam plume laden with hydrochloric acid. A 1990 study showed that near-shore hydrochloric acid concentration decreased tenfold over a distance of about 700 metres, so areas immediately downwind of an ocean entry would likely be most impacted.

Puna residents are encouraged to stay informed about the progress of the June 27th lava flow.

Source : West Hawaii Today.

Panache-Hawaii

Panache généré par l’arrivée de la lave dans l’océan  (Photo:  C.  Grandpey)

Tempête tropicale et brouillard volcanique à Hawaii // Tropical storm and vog at Hawaii

drapeau francaisUne étude récente effectuée par des chercheurs de l’Université d’Hawaii (UH) à Manoa a révélé que les gaz et les particules volcaniques du Kilauea avaient exercé une influence sur la tempête tropicale Flossie, en affectant considérablement la formation des orages et de la foudre.
En juillet 2013, quand Flossie s’est approchée de l’archipel hawaiien, les satellites ont contrôlé en permanence les éclairs, les précipitations, la couverture nuageuse, la température et les vents. En outre, deux scientifiques de l’UH ont scrupuleusement mis à jour leur modèle du vog, un outil de prévision exploité depuis 2010 et qui fournit des indications sur l’emplacement du panache de vog, les concentrations de dioxyde de soufre (SO2) et d’aérosols sulfatés au niveau des localités de l’île d’Hawaï. («Vog» est le nom local donné au brouillard volcanique produit par les émissions gazeuses du Kilauea).
Les chercheurs ont constaté que, avant le passage de Flossie sur Hawaii Big Island, le réseau d’observation n’avait pas détecté d’éclairs à l’intérieur de la tempête. Toutefois, une heure plus tard, de violents éclairs sont apparus à proximité de l’île d’Hawaii tandis que Flossie s’en approchait. En outre, alors que les émissions volcaniques se trouvaient enveloppées dans cet environnement humide, les aérosols sulfatés ont favorisé la formation d’un plus grand nombre de gouttelettes plus petites que la normale à l’intérieur des nuages, ce qui a favorisé la séparation des charges dans la région supérieure des nuages et l’apparition des éclairs.
Les aérosols sulfatés ont déjà été identifiés comme étant le composant principal de noyaux de condensation des nuages ​​(NCN), un ingrédient nécessaire à la formation des gouttes de pluie. Les scientifiques hawaiiens font remarquer que « c’est la première fois que l’interaction entre le dégazage important d’un volcan actif et un cyclone tropical est détectée dans une modélisation du brouillard volcanique (vog) sur les îles hawaïennes. Cela offre une occasion unique d’analyser le comportement des émissions volcaniques solides entraînées dans un système de tempête tropicale. »
Les observations visuelles et la modélisation du brouillard volcanique démontrent qu’il existait une interaction intime entre Flossie et le panache de vog du Kilauea lors du passage de la tempête tropicale au-dessus de la Grande Ile. Les observations du changement de dynamique de Flossie au moment où la tempête a rencontré le vog du Kilauea serviront à apprécier l’impact des ouragans d’air pollué quand ils s’approchent de la côte continentale des États-Unis.

Vous pourrez lire l’intégralité de l’article et voir la modélisation des gaz et particules du Kilauea au moment du passage de Flossie à cette adresse :

http://westhawaiitoday.com/community-bulletin/research-reveals-kilauea-volcano-exerted-influence-tropical-storm

Source: West Hawaii Today

 —————————————————

drapeau anglaisA recent study from scientists at the University of Hawaii (UH) at Manoa revealed that gasses and particles from Kilauea volcano exerted an influence on Tropical Storm Flossie, affecting the formation of thunderstorms and lightning in the sizeable storm.

In July 2013, as Flossie approached the Hawaiian Islands, satellites steadily monitored lightning, rainfall, cloud cover, temperature and winds. In addition, two UH scientists carefully maintained their vog model – a forecasting tool that has been operated since 2010 to provide guidance on the location of the vog plume and the concentrations of sulphur dioxide (SO2) and sulphate aerosol for Hawaiian Island communities. “Vog” is the local name given to volcanic smog caused by the gas emissions of Kilauea volcano.

The researchers found that prior to Flossie’s passage over Hawaii Big Island, the observation network detected no lightning in the storm. However, one hour later, vigorous lightning flashed in the vicinity of the Island of Hawaii as Flossie approached. Further, as volcanic emissions were wrapped into this moist environment, sulphate aerosols promoted the formation of a greater number of smaller than normal cloud droplets, which favoured charge separation in the upper cloud region and the occurrence of lightning.

Sulphate aerosols have previously been identified as a principal component of cloud condensation nuclei (CCN), a necessary ingredient for forming raindrops. The scientists say “this is the first interaction between an active, vigorously degassing volcano and a tropical cyclone captured by a vog model run over the Hawaiian Islands, providing a unique opportunity to analyze the influence of robust volcanic emissions entrained into a tropical storm system.”

Taken together, the observations and the vog model highlight an intimate interaction between Tropical Storm Flossie and Kilauea’s vog plume during the passage of the storm. The observations of Flossie’s changing dynamics as it encountered Kilauea’s vog have implications for the impact on hurricanes of polluted air as they approach the US mainland coast.

You can read the whole article and see the model of Kilauea’s gas and particles entrained in tropical storm Flossie at this address:

http://westhawaiitoday.com/community-bulletin/research-reveals-kilauea-volcano-exerted-influence-tropical-storm

Source: West Hawaii Today.

Kilauea-degazage

Les gaz du Kilauea contribuent à former le « vog », brouillard volcanique qui peut perturber la vie sur la Grande Ile.

(Photo:  C.  Grandpey)