Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) : photos de la lave dans les Grandes Pentes

Cela fait un mois que le Piton de la Fournaise est en éruption. La coulée de lave qui avance dans les hauts des Grandes Pentes, est désormais bien visible depuis la route nationale 2 quand la météo le permet. Jusqu’à présent, l’éruption était surtout visible depuis le Piton de Bert au sommet du volcan.

En amont, l’écoulement de la lave à la sortie des bouches éruptives se fait essentiellement en tunnels jusqu’à la limite supérieure des Grandes Pentes, où des résurgences de lave sont visibles en surface. Le 8 mai, le front des coulées se trouvait à 1138 m d’altitude.

Mon ami Christian Holveck se trouvait sur les lieux et il m’a adressé de superbes photos de la lave. Christian m’explique que l’avancée des coulées se fait par à-coups et assez lentement malgré la pente.

L’intensité de cette éruption reste relativement stable, même si l’amplitude du trémor volcanique a repris sa lente tendance de déclin. Cependant, son amplitude reste significative et atteint encore 50% de l’amplitude maximale observée le13 avril. Il est bien évident que personne ne sait combien e de temps durera cette éruption. L’inflation de la zone sommitale enregistrée par les instruments pourrait signifier que la réalimentation du réservoir magmatique se poursuit.

Photos: Christian Holveck

Agitation du Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) et de la Montagne Pelée (Martinique)

Dans mon dernier bulletin sur l’activité volcanique dans le monde, je reprochais au Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) son manque d’activité. Piqué au vif, le volcan a réagi le 4 décembre au matin avec une crise sismique accompagnée d’une déformation rapide de l’édifice. Dans un bulletin émis à 5h30 (heure locale), l’OVPF indiquait que le magma était en train de quitter le réservoir et se propageait vers la surface. Une éruption était même probable à brève échéance dans les prochaines minutes ou heures.

Ensuite, comme à son habitude, le Piton a joué avec les nerfs des scientifiques et la crise sismique a pris fin vers 5h54 (heure locale). Aucune déformation n’était alors observée sur le volcan qui reste cependant en alerte de niveau 1. En conséquence, les sentiers de la partie haute de l’Enclos Fouqué sont fermés.

Que va-t-il se passer maintenant ? Mystère ! L’OVPF reste vigilant car « compte tenu de la fragilisation du milieu lors des derniers épisodes intrusifs, une reprise d’activité rapide à moyenne échéance reste possible. » Même sur un volcan bien surveillé comme le Piton de la Fournaise, la prévision éruptive reste problématique.

++++++++++

 Depuis quelques mois les scientifiques de l’Observatoire Volcanologique et Sismologique de Martinique (OVSM) observent une reprise de certaines formes d’activité sur la Montagne Pelée.
Trois nouveaux types d’activité ont été enregistrés ou captés sur le volcan. Par exemple, les 8 et 9 novembre 2020, on a observé des remontées de gaz. C’est pourquoi le nouveau directeur de l’Observatoire a demandé le passage en vigilance Jaune pour la Montagne Pelée. C’est le troisième niveau sur une échelle qui en compte 5.
En septembre 2020, 51 secousses de type volcano-tectonique avaient déjà été enregistrées sur la Pelée. Leur nombre est en augmentation constante depuis novembre 2019.

Ces nouvelles informations ont été communiquées aux maires du secteur (Saint-Pierre, Morne-Rouge, Carbet, Ajoupa-Bouillon…) lors d’une réunion à la préfecture le 4 décembre 2020.

Source : Martinique la 1ère.

°°°°°°°°°°°°°°°°

Voici quelques explications supplémentaires justifiant le passage de la Montagne Pelée à l’alerte de couleur Jaune (2ème niveau d’alerte sur une échelle qui en compte 4).

Il ne faudrait pas oublier, tout d’abord, que le volcan a connu au moins 4 éruptions au cours des 250 dernières années : des éruptions phréatiques en 1792 et en 1851, et deux éruptions magmatiques, dont celles de 1902 à 1905, ainsi que la dernière, de 1929 à 1932.

Depuis l’installation de réseaux d’observation modernes à partir de 1980, la sismicité d’origine volcanique sous la Montagne Pelée est restée très faible, avec quelques dizaines de séismes par an. Des essaims sismiques ont été enregistrés en 1980, en 1985-1986, en 2007 et en 2014. Ces derniers ont pu être reliés directement à des séismes de forte magnitude dans l’arc antillais.

L’augmentation de la sismicité d’origine volcanique superficielle (jusqu’à 4-5 km sous le sommet) observée depuis avril 2019, se situe au-dessus du niveau de base qui caractérise la Montagne Pelée. Les analyses de l’OVSM permettent de conclure qu’elle n’est pas associée à des séismes tectoniques majeurs tels qu’en 2007 et 2014. Il se pourrait donc que cette hausse récente de la sismicité soit due à des modifications de l’activité du système hydrothermal sous la Montagne Pelée.

De plus, en avril 2019, une sismicité volcanique est apparue en profondeur autour et sous la Montagne Pelée (à plus de 10 km sous le niveau de la mer). Elle pourrait correspondre à l’arrivée en profondeur de fluides magmatiques.

Enfin, des signaux de tremor ont été observés les 8 et 9 novembre 2020. Selon l’OVSM, ils pourraient correspondre à une réactivation du système hydrothermal, peut-être à cause des fortes précipitations lors de cette période, mais cette hypothèse reste à confirmer.

Il faut toutefois noter que l’on n’observe pas de déformation de l’édifice volcanique.

Les trois types de signaux sismiques d’origine volcanique trahissent un changement de comportement du système volcanique, avec une augmentation par rapport au niveau de base observé sur plusieurs décennies.

C’est pour cela que l’IVSM a décidé de renforcer sa vigilance et recommande le passage au niveau d’alerte Jaune à partir du 4 décembre 2020. Ce niveau d’alerte entraîne un renforcement des moyens d’observation déployés par l’OVSM et une mobilisation de moyens supplémentaires pour analyser en temps réel l’évolution du système volcanique.

La préfecture de Martinique a suivi cette préconisation et la zone de la Montagne Pelée passe au niveau jaune d’alerte volcanique à compter du 4 décembre 2020.

Source : OVSM.

Affaires à suivre…

La Montagne Pelée et Saint Pierre (Photo : C. Grandpey)

Volcans autour du monde // Volcanoes around the world

Comme d’habitude quand un dôme se forme dans le cratère, le Popocatepetl (Mexique) a été secoué par plusieurs fortes explosions les 2 et 3 mars 2019. Comme je l’ai déjà écrit, la formation d’un dôme de 200 mètres de large avait été signalée par le CENAPRED une dizaine de jours avant les explosions. Des retombées de cendres ont été signalées dans plusieurs localités. Une incandescence et une émission continue de vapeur et de gaz ont été observées pendant la nuit.. Le volcan émet actuellement des panaches de gaz et de vapeur appelés « exhalations » par le CENAPRED
Le niveau d’alerte reste à la couleur Jaune, Phase 2
Vous verrez les images des explosions du 2 mars 2019 en cliquant sur ce lien :
https://youtu.be/qBiz_yNBp70

 

L’activité de l’Anak Krakatau (Indonésie) s’est intensifiée à la fin du mois de février 2019. Le volcan a émis des panaches de cendre atteignant 500 mètres de hauteur. Plusieurs séismes d’origine volcanique ont également été enregistrés. Les visiteurs et les pêcheurs sont priés de respecter une distance de sécurité de l’île.
Source: (PVMBG).

 

L’activité éruptive se poursuit à Manam (Papouasie-Nouvelle-Guinée), avec des panaches de cendre jusqu’à 3 km au dessus du niveau de la mer.
La couleur de l’alerte aérienne reste Rouge.
L’activité éruptive avait été particulièrement intense en janvier, avec des panaches de cendre s’élevant à plus de 15 km d’altitude. Les tours de télécommunication, les réserves d’eau et d’autres infrastructures ont été détruites et les habitants proches du volcan ont dû être évacués.

 

L’activité éruptive est stable sur le Sabancaya (Pérou) avec une vingtaine d’explosions par jour et des panaches de cendre s’élevant jusqu’à 2 700 mètres au-dessus du cratère.
INGEMMET, IGP.

 

L’éruption se poursuit au Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) et ne semble pas prête de s’arrêter. Le tremort est assez stable et a gardé un niveau modéré au cours des derniers jours. Un cône se forme sur le site de l’éruption avec une bouche active au sommet. La lave a commencé à s’écouler dans des tunnels à la base du cône. En aval, la branche nord de la coulée est la seule à être active.

Dernière minute : Une nouvelle fissure s’est ouverte en amont du site éruptif, sur le flanc nord-ouest du Piton Madoré. Elle a été observée par un touriste lors d’un survol en hélicoptère. L’OVPF pense que ce nouveau point d’émission de lave s’est probablement ouvert le 5 mars entre 09h00 et 19h00. Un petit cône est en cours de formation et une nouvelle coulée a commencé à progresser au nord du site éruptif principal.

L’OVPF précise ce matin qu’au moins 6 points d’émission sont visibles aux alentours du Piton Madoré. Les conditions météo ne permettent pas actuellement de faire une reconnaissance aérienne.

Source: OVPF.

——————————————————-

As usual when a dome builds up within the crater, Popocatepetl (Mexico) was shaken by several strong explosions on March 2nd and 3rd, 2019. As I put it before, the growing 200-metre-wide dome had been reported by CENAPRED about ten days before the explosions. Ashfall has been reported in several communities. Incandescence and continuous emission of water vapour and volcanic gases were observed during the night. The volcano is currently emitting gas and vapour plumes calles “exhalations” by CENAPRED

The Alert Level remains at Yellow, Phase Two.

En cliquant sur ce lien, vous verrez des images des explosions du 2 mars 2019.

https://youtu.be/qBiz_yNBp70

 

There has been an increase in the activity of Anak Krakatau (Indonesia) at the end of February 2019. The volcano emitted ash plumes up to 500 metres high. Several volcanic earthquakes have also been recorded. Visitors and fishermen are asked to stay a safe distance from the island.

Source: (PVMBG).

 

Eruptive activity continues at Manam (Papua New Guinea), with ash plumes up to 3 km above sea level.

The aviation colour code remains Red.

Eruptive activity had been particularly intense in January, with ash plumes rising an altitude of more than 15 km. Telecommunication towers, water sources and other infrastructure were destroyed and local residents close to the volcano had to be evacuated.

 

Eruptive activity is stable at Sabancaya (Peru) with 20 explosions or so per day and ash plumes that rise up to 2,700 metres above the crater.

INGEMMET, IGP.

 

The eruption continues at Piton de la Fournaise (Reunion Island) and does not seem ready to stop. The tremor is quite stable and has kept a moderate level during the past days. A cone is building up on the site of the eruption with an open vent at the summit. Lava has started to flow in tunnels at the base of the cone. The northern branch of the flow is the only one to be active.

Last minute: A new fissure has opened upskope of the eruptive site, on the north-west flank of Piton Madoré. It was observed by a tourist during a helicopter flight. OVPF believes that this new lava emission point probably opened on March 5th between 09:00 and 19:00. A small cone is being built and a new flow has begun to progress north of the main eruptive site.

OVPF indicates this morning that at least six emission points can be seen in the Piton Madoré area. Poor weather conditions do not currently allow to fly over the eruptive site.

Source: OVPF.

Vue du tremor éruptif (Source : OVPF)

La webcam du Piton Cascades montre que l’éruption reste soutenue à la source