El Hierro (Iles Canaries / Espagne)

drapeau francais23 heures : La journée du 28 décembre est restée calme d’un point de vue sismique à El Hierro avec7 secousses (M 3,3 ; 1,7 ; 2 ; 1,9 ; 2 ; 2,4, entre 11 et 12 km de profondeur, à l’ouest de l’île). A noter qu’un dernier événement de M 1,9 a été enregistré à 20h06 (GMT) à seulement 2 km de profondeur dans le secteur d’El Pinar.Il se confirme que la secousse de M 5,3 enregistrée le 27 décembre vers 17h45 avait une origine tectonique, même si on peut penser que l’essaim sismique détecté ces derniers jours sur l’île a pu contribuer à accélérer le déclenchement du séisme.

Si la sismicité reste faible sur l’île, on constate toutefois que le processus de déformation continue dans le sud-est d’El Hierro où on enregistre un soulèvement d’une dizaine de centimètres depuis le début de la crise. Cela signifie qu’il existe bel et bien une source magmatique sous la partie SE de l’île mais que l’intrusion se fait en douceur, sans générer de séismes. La ligne de tremor est plus marquée ce soir, mais cela est probablement dû aux mauvaises conditions météo dans la région. Les images satellitaires ne montent pas de décoloration de l’eau de mer dans la zone su séisme du 27 décembre.

Il est impossible de prévoir l’évolution de la situation. L’absence véritable de tremor éruptif laisse supposer que le magma reste – une fois encore – incapable de se frayer un chemin jusqu’à la surface

drapeau anglais23:00: Today  December 28th remained calm at El Hierro from a seismic point of view with 7 quakes ( M 3.3, 1.7, 2 , 1.9, 2, 2.4 at depths betwwen 11 and 12 km west of the island). A last M 1.9 event was recorded at 20:06 (GMT) in the El Pinar area at a depth of 2 km only. We get the confirmation that the M 5.3 quake registered on December 27th at 17:45 had a tectonic origin, although it is likely that the seismic swarm detected in recent days on the island may have contributed to accelerate the triggering of the earthquake.
If seismicity is low on the island, the deformation process continues in the south-east of El Hierro where an uplift of about 10 centimetres has been recorded since the beginning of the crisis. This means that there is a magmatic source below the SE part of the island but the intrusion is smooth, without generating earthquakes. The tremor line is thicker tonight but this is probably due to the poor weather conditions in the region. Satellite images do not show any discoloration of the sea water in the earthquake zone of December 27th .
It is impossible to predict the evolution of the situation. The true absence of eruptive tremor suggests that magma remains – once again – unable to make its way to the surface.

El Hierro (Iles Canaries / Espagne): Forte secousse sismique // Strong earthquake

drapeau francais22 heures: Deux choses à retenir ce soir à propos d’El Hierro :

1)      Il semblerait que la crise sismique sur l’île proprement dite soit en phase terminale. La sismicité est restée faible au cours des dernières 48 heures. Les quelques événements enregistrés demeuraient à une quinzaine de kilomètres de profondeur. Les déformations observées ces derniers temps ont cessé, sauf dans le secteur de La Restinga où on a relevé 1 cm supplémentaire de soulèvement vertical. Aucun pronostic ne peut être fait pour les jours et semaines à venir. A l’heure actuelle, il est exagéré, comme on peut le lire sur certains sites web, de parler d’un risque éruptif à court terme.

2)      Un puissant séisme de M 5,3 s’est produit à 17h45 (heure locale) dans l’océan à 36 km l’ouest de Frontera et à 14 km de profondeur. C’est la plus forte secousse depuis juillet 2011. Plusieurs répliques ont été ressenties. Tous ces événements ont été localisés à environ 11 km de profondeur. Il y a de fortes chances pour qu’il s’agisse d’un événement tectonique sans lien avec l’essaim sismique enregistré sur l’île ces derniers jours. Toutefois, la secousse a provoqué des éboulements le long des falaises et entraîné la fermeture de plusieurs routes, par précaution.

Source : IGN.

drapeau anglais22:00: Two things to remember tonight about El Hierro :

1)      It looks as if the seismic crisis on the island proper is about to come to an end. Seismicity has remained low over the past 48 hours. The events that have been recorded (about ten of them) were still about 15 km deep. The deformations that had been observed recently have now stopped, except at La Restinga with a new vertical uplift of one centimetre. No prediction can be made for the coming days or weeks. It is currently exaggerated – as can be read on some websites – to speak of an eruptive risk in the short term.

2)      A strong earthquake (M 5.3) occurred at 17 :45 (local time) in the ocean 36 km to the west of Frontera and at a depth of 14 km. It was the strongest one since July 2011. Several aftershocks were felt after the main quake. All the events were located at a depth of 11 km. The odds are that it was a tectonic earthquake with no link to the past seismic swarm on the island. However, the quake triggered rockfalls along the cliffs and forced the closure of several roads as a safety measure

Source: IGN.

Hierro-01

Source:  IGN.

El Hierro (Iles Canaries / Espagne)

drapeau francaisAprès avoir connu un pic avec environ 110 secousses le 23 décembre, la sismicité a amorcé un net déclin. On n’enregistrait plus qu’une quarantaine d’événements le 24 décembre et une dizaine le jour de Noël. Leur profondeur se maintient entre 12 et 19 km. Toutefois, l’île continue à connaître une déformation verticale avec 6 cm de soulèvement en 3 jours dans le secteur de La Restinga et 5 cm dans celui d’El Pinar, ainsi qu’une poussée vers le nord. Selon l’IGN, si ce soulèvement se poursuit, il faudra s’attendre à d’autres séismes correspondant à la libération de l’énergie accumulée.

drapeau anglaisAfter a peak with about 110 quakes on December 23rd, seismicity started to decine rapidly. No more than forty events or so were recorded on December 24th and a dozen on Christmas Day. Their depths remain between 12 and 19 km. However, the island continues to experience a vertical deformation with 6 cm of uplift in the area of La Restinga and 5 cm in the area of El Pinar in 3 days, as well as a push to the north. According to IGN, if the uplift continues, we can expect more earthquakes corresponding to the release of stored energy.

El Hierro (Iles Canaries / Espagne): La sismicité reste élevée // Seismicity is still high

drapeau francaisLa sismicité reste toujours élevée à El Hierro et était même en hausse le 23 décembre, avec une centaine d’événements enregistrés. La plupart d’entre eux restent concentrés dans des magnitudes comprises entre M2 et M3. L’essaim sismique concerne toujours la région d’El Pinar mais a tendance à se déplacer vers La Restinga au sud.  Les secousses ne sont que rarement ressentis par les habitants. S’agissant de la déformation, 4 stations GPS ont détecté des soulèvements d’environ 2 cm dans la zone des épicentres. Il s’agit donc bien d’une nouvelle intrusion magmatique. La profondeur des séismes oscille toujours entre 15 et 20 km. Il n’y a donc pas lieu de s’affoler pour le moment.

drapeau anglaisSeismicity remains elevated at El Hierro and was even higher on December 23rd with more tha 100 recorded events.  Most of them are ranging between M2 and M3. The seismic swarm still concerns the El Pinar area but tends to move towards La Restinga to the south. The tremors are rarely felt by the inhabitants. Regarding the deformation, 4 GPS stations have detected uprisings about 2 cm in the area of the epicentres. This means there is a new magmatic intrusion. The depth of the earthquakes still varies between 15 and 20 km. So there is no need to worry for the time being.

Hierro-01

Relevé sismique du 23 décembre au soir  (Source: IGN)

El Hierro (Iles Canaries / Espagne)

drapeau francaisL’activité sismique se poursuit à El Hierro. Au cours de la journée du 22 décembre 2013, on a enregistré plus de 60 secousses, comprises pour la plupart entre M2 etM3. Ce matin, une trentaine d’événements identiques ont déjà été enregistrés. Leur profondeur reste comprise entre 15 et 20 kilomètres. Le risque éruptif est donc quasiment nul pour le moment. A noter que les séismes ont migré pendant la journée d’hier. Localisés au départ dans le secteur d’El Golfo au NO, ils se concentrent maintenant autour d’El Pinar au SE de l’île.

drapeau anglaisSeismic activity is going on at El Hierro. On December 22nd 2013, more than 60 quakes were recorded, with magbitudes between M2 and M3 for most of them. This morning, about 30 similar events have already been recorded. Their depths range between 15 and 20 km, which means the eruptive risk is currently very low. Yesterday, the earthquakes migrated from the El Golfo area (NW of El Hierro) to the SE area of El Pinar.

Hierro-01

Source: IGN

El Hierro (Iles Canaries / Espagne): Reprise de la sismicité?

drapeau francaisJe viens de lire tout à fait par hasard le dernier rapport sur l’activité sismique à El Hierro (en date du 22 décembre 2013). Il est indiqué que l’on observe actuellement une forte augmentation de la sismicité. Il est encore trop tôt pour parler d’une nouvelle crise mais avec 5 secousses au-dessus de M2 (sur 13 enregistrées), c’est un changement par rapport aux séismes habituels qui ne dépassaient pas M1 au cours des dernières semaines.

La plupart des épicentres sont localisés dans le secteur d’El Golfo et il se peut que certains événements aient été ressentis par la population de Frontera. Tant que les hypocentres se situeront à moins de 10 km, le risque d’un épisode éruptif restera faible.

Affaire à suivre…

drapeau anglaisI’ve just read by chance the latest report about El Hierro (December 22nd 2013). One can read that there is a sudden increase in seismicity. It is too soon to talk about a new crisis, but with 5   earthquakes above M2 (out of 13 quakes), this looks to be more than the usual small quakes below M1we have seen the recent weeks.

Most epicentres are located in the El Golfo area and some of them may even have been felt by people living in Frontera. As long as the hypocentres are not below 10 km, looking for an eruptive episode is not realistic.

Hierro-01

(Source:  IGN)

Hélium et éruptions volcaniques // Helium and volcanic eruptions

drapeau francais   Tazieffien convaincu, j’ai toujours affirmé qu’il fallait donner priorité à l’analyse des gaz en volcanologie. Ce sont eux qui sont le moteurs des éruptions et leur analyse, plus que toute autre, peut permettre de comprendre –voire d’anticiper – le comportement d’un volcan.

C’est ce que viennent de réaliser les scientifiques espagnols en observant les échantillons de gaz recueillis pendant l’éruption de 2011-2012 à El Hierro (Iles Canaries). Suite à l’analyse de quelque 8 000 échantillons d’hélium, un géochimiste a déclaré : « Nous sommes persuadés que l’hélium peut anticiper la détection de mouvements magmatiques avant même que ces mouvements soient détectés par une activité sismique».

Dans l’étude et la prévision des éruptions volcaniques, les volcanologues se concentrent généralement sur le dioxyde de carbone, le deuxième gaz le plus abondant (après la vapeur d’eau) émis pendant leur déroulement. Pourtant, selon les scientifiques espagnols, l’hélium est « un meilleur candidat pour le suivi et la prévision des éruptions parce qu’il ne réagit pas avec les roches ou les eaux souterraines, et les microorganismes ne consomment pas ou ne produisent pas d’hélium ». Ils ont constaté que la mesure des émissions d’hélium dans le sol et l’eau d’El Hierro donnait des indications sur les périodes où le magma se déplaçait sous l’île et sa position par rapport à la surface, deux facteurs importants dans la prévision d’une éruption volcanique.
L’équipe espagnole a également mesuré deux isotopes d’hélium – atomes du même élément avec un nombre différent de neutrons. L’hélium-3, par exemple, a un seul neutron tandis que l’hélium-4 en a deux. L’hélium-4 est produit lorsque des éléments radioactifs se désintègrent dans la croûte terrestre alors que l’hélium-3, qui représente la majeure partie de l’hélium de la Terre, se trouve principalement dans le manteau.
En observant les proportions d’hélium-3 et d’hélium-4 dans un échantillon de gaz, les chercheurs ont pu déterminer quelle quantité d’hélium était venue directement du manteau et quelle quantité provenait de fractures récentes dans la croûte en dessous d’El Hierro.

Les analyses montrent que, lorsque l’activité volcanique a débuté à El Hierro, la croûte s’est fracturée et l’hélium, principalement en provenance du manteau, est remonté à la surface. Lorsque l’éruption a vraiment commencé, les émissions de gaz à la surface ont augmenté de façon spectaculaire tandis que la pression gazeuse sous l’île diminuait rapidement. Ensuite, lorsque l’activité sismique à El Hierro a recommencé, la croûte s’est profondément fracturée et déformée et l’hélium-4 est devenu une composante majoritaire de l’ensemble d’hélium émis sur l’île.
Le système utilisé par les scientifiques espagnols à El Hierro pourrait  servir de référence pour les chercheurs qui surveillent d’autres volcans actifs de la planète. Cette approche géochimique s’est avérée importante à El Hierro car le magma a migré vers la surface sans sismicité préalable.

En fait, l’étude des émissions d’hélium à El Hierro au cours de la dernière éruption n’est pas vraiment un scoop. Les géochimistes italiens – en particulier l’équipe de l’Istituto di Geochimica dei Fluidi de Palerme – a déjà mis en évidence le rôle important joué par ce gaz dans le mécanisme éruptif, que ce soit sur l’Etna ou aux Iles Eoliennes. J’avais moi-même attiré l’attention sur les émanations gazeuses (y compris l’helium) sur les basses pentes de l’Etna et indiqué dans quelle mesure elles pouvaient servir d’indicateurs sur le comportement éruptif du volcan (voir colonne de gauche de ce blog).

Source : Live Science.

drapeau anglais   In the wake of H. Tazieff, I have always asserted that we should give priority to gas analysis in volcanology. Indeed, gases drive the eruptions and their analysis, more than any other, may help understand, or even anticipate, the behaviour of a volcano. This is what Spanish scientist have realised while observing 8,000 helium samples collected during the 2011-2012 eruption at El Hierro. A geochemist declared: “We believe that helium can anticipate the detection of magmatic movement even before those movements can be detected by seismic activity. »

When studying and trying to forecast volcanic eruptions; researchers usually focus on carbon dioxide, the second most abundant gas (after water vapor) in volcanic eruptions. However, helium is a better candidate for tracking and forecasting eruptions because it doesn’t react with rocks or groundwater and microorganisms don’t consume or produce helium.

The Spanish team found that measuring the flow of helium in El Hierro’s soil and water gave them clues as to when magma under the island was moving and how close it was to the surface — both important factors in forecasting a volcanic eruption.

They also measured two helium isotopes — atoms of the same element with different numbers of neutrons. Helium-3, for example, has one neutron whereas helium-4 has two. Helium-4 is produced when radioactive elements decay in the Earth’s crust but helium-3, which accounts for the bulk of Earth’s helium, is primarily found in the mantle.

Looking at the proportions of helium-3 and helium-4 in a gas sample, the researchers could determine how much helium had come straight from the mantle, and how much came from new fractures in the crust below El Hierro island.

The analyses show that, when volcanic activity began, the crust fractured and helium, mostly from the mantle, flowed to the surface. As the actual eruption started, gas flow at the surface increased dramatically, and gas pressure beneath the island dropped. Then as seismic activity at El Hierro picked up again, the crust fractured and deformed extensively, and helium-4 became a larger component of the total helium released on the island.

The system used by Spanish scientists at El Hierro could serve as a reference for researchers who monitor other active volcanoes in the world. This geochemical approach has been important in El Hierro since the magma migrated to the surface without any preliminary seismicity.
In fact, the study of helium emissions in El Hierro during the last eruption is not really a scoop. Italian geochemists – especially the team of the Istituto di Geochimica dei Fluidi at Palermo – has already highlighted the important role of this gas in the eruptive mechanism, both of Mount Etna or the Aeolian Islands. I myself have drawn attention to the gaseous emissions (including helium) on the lower slopes of Mount Etna and indicated to what extent they could be used as indicators of the eruptive behaviour of the volcano (see left-hand column of this blog).

Source: Live Science.

Paterno-blog

Emanations gazeuses dans les salinelle de Paterno  (Sicile)  [Photo:  C. Grandpey]