Meilleurs voeux!

Bonne année à tous ! Que cette nouvelle année vous apporte bonheur, santé, joie et prospérité!

Par les temps qui courent, peut-être faudrait-il se contenter de dire « Bonne journée » !!

En effet, 2021 restera probablement une année difficile avec ce satané virus. La vaccination a à peine commencé (en mode tortue) en France et beaucoup de gens font déjà des plans sur la comète. Il ne faut toutefois pas se précipiter et se réjouir trop vite. Le Ministre de la Santé a indiqué que les vaccinations commenceront par les personnes jugées prioritaires (personnel hospitalier, EHPAD, etc). Au final, la vaccination globale de la population ne commencera – toujours selon Olivier Véran – guère avant le mois de juin, en sachant que l’immunité conférée par le vaccin ne débute qu’un mois après la deuxième injection et qu’il y a un délai de trois ou quatre semaines entre les deux injections.

La vaccination d’une population entière (même si on suppose que 50% des gens seront volontaires) n’est pas une mince affaire. Piquer à deux reprises 30 millions de personnes ne se fait pas en claquant des doigts. Cela demande une sacrée organisation. Ensuite vont se poser plusieurs questions et apparaître plusieurs problèmes :

– Les personnes vaccinées, si elles sont à l’abri de la maladie, peuvent véhiculer le virus et contaminer celles qui n’ont pas reçu les injections. Il faudra alors s’attendre à de nombreuses hospitalisations.

– Ensuite, on ne sait absolument pas quelle est la durée de l’immunité conférée par le vaccin. Plusieurs semaines ? Plusieurs mois ? Plusieurs années ? Ce qui est inquiétant, c’est que des personnes qui ont été malades ont rechuté quelques semaines plus tard. C’est pour cela que le ministre conseillait (mais un rétropédalage semble avoir lieu, un de plus!) aux personnes victimes de la Covid-19 de se faire tout de même vacciner.

– On va aussi observer les effets secondaires du vaccin. Des problèmes sont déjà apparus aux Etats Unis.

Au vu de ces différentes remarques, il semble assez évident que nous ne sommes pas sortis de l’auberge et que 2021 risque de réserver bien des surprises.

Pour voyager à l’étranger ou en outre-mer, il faudra observer la situation et les restrictions en vigueur dans ces régions. J’ai dressé un bilan peu réjouissant il y a quelques semaines. On peut raisonnablement penser, par exemple, que les Etats-Unis et le Canada n’auront pas vacciné toute leur population, et le virus fait rage dans ces pays. Je pense que je ne me rendrai pas dans l’Arctique en 2021, même si cela me désole….

Courage !

L’hélicoptère de Luchon-Superbagnères….

Je l’ai toujours dit : le jour où les gens ne pourront plus skier par manque de neige, les médias vont s’emparer du problème et la population commencera à réaliser que le réchauffement climatique n’est pas le canular annoncé par le Président Trump.

Le récent apport de neige par hélicoptère à Superbagnères (Haute-Garonne) est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Comme le font remarquer certains, cette scène est en soi marginale, mais elle illustre une réalité qui menace l’existence de nombreuses stations de ski. L’enneigement est au plus bas dans certaines régions, au point de mettre en péril l’économie locale. Les exemples de stations de ski impactées par un mauvais enneigement se multiplient. On peut citer la station de ski de Chalmazel, dans la Loire, qui a été fermée jusqu’à nouvel ordre. Dans les Hautes-Alpes, Céüze a fermé définitivement ses portes après un siècle d’existence. Pour faire face au manque de neige, plusieurs stations de ski tentent désormais de se reconvertir en « stations de montagne » afin d’accueillir des touristes tout au long de l’année, y compris durant l’été et le printemps. Au train où vont les choses, le mal ne tardera pas à affecter les stations plus élevées.

A l’issue de ma conférence « Glaciers en péril », on me demande souvent quelles sont les solutions pour freiner les effets désastreux du réchauffement climatique dans nos montagnes. Le problème, c’est que ces solutions ne se trouvent pas au seul niveau de la France (qui ne fait d’ailleurs pas grand-chose pour réduire les gaz à effet de serre). Le problème est global et il faut savoir que les concentrations de CO2 mettront du temps à diminuer dans l’atmosphère, même si des mesures immédiates et radicales sont prises dès maintenant.

Comme le suggérait un récent reportage sur la vallée de l’Arve qui conduit à Chamonix et au tunnel du Mont Blanc, il faudrait favoriser le ferroutage, mais je ne suis pas certain que les très puissants lobbies de transporteurs routiers seront d’accord !  Je pense aussi que la politique en faveur de l’énergie solaire est beaucoup trop timide, de même que celle qui incite à installer des chauffages domestiques moins polluants.

Le souci, c’est que pendant ces mesures seront mises en place en France – si elle le sont un jour ! – la Chine, l’Inde ou la Pologne, pour ne citer que ces pays, continueront à faire tourner à plein régime leurs centrales au charbon. Rien n’est fait dans un pays comme la Chine pour réduire la pollution automobile dans des mégapoles envahies par le smog des gaz d’échappement. Il ne faudrait pas oublier que ces particules fines se déposent jusque sur la chaîne himalayenne où elles accélèrent la fonte des glaciers….

Héliportage de neige à Superbagnères (Source: Yahoo News)