Actualité en France

L’Association Volcanologique Européenne (L.A.V.E.) a tenu son Assemblée Générale les 6, 7 et 8 mai au Mont Dore et a fêté dans le même temps les 20 ans de son existence. Cet événement fut également un hommage à Haroun Tazieff qui a suscité de nombreuses vocations parmi les adhérents. Le film « Les rendez-vous du diable », projeté dimanche après-midi dans un cinéma du Mont Dore, a fait vibrer les spectateurs. Plusieurs scientifiques (F. Le Guern, P. Allard, J.C. Sabroux) sont venus rendre compte de leurs expériences aux côtés du célèbre volcanologue.
J’ai toujours considéré Tazieff comme mon père spirituel en matière de volcanologie. A travers des échanges de courriers réguliers, il m’a toujours encouragé dans mon travail d’observation sur le terrain. Contrairement aux scientifiques actuels qui passent une (trop) grande partie de leur temps en laboratoire à faire de la simulation devant des ordinateurs, « Garouk » allait directement au chevet des volcans. Il est le premier à avoir compris que les gaz constituaient le moteur éruptif et que leur analyse était essentielle. C’est grâce à des hommes de terrain comme Haroun Tazieff et Maurice Krafft que la volcanologie a pu progresser. Aujourd’hui, ils nous manquent terriblement. Personne ne les a vraiment remplacés.

L’Association Volcanologique Européenne (L.A.V.E.) held its General Assembly on May 6,7 and 8th in Le Mont Dore ( France) and also celebrated its 20th anniversary. This event was also a homage to Haroun Tazieff who aroused many vocations among the members of the association. The film « Les rendez-vous du diable » (« Appointments with the devil ») was shown in a cinema of the town and sent a thrill through the audience. Several scientists (among whom P. Allard, J.C. Sabroux and F. Le Guern) explained their field work with the famous volcanologist.
I have always considered Tazieff as my spiritual father in volcanology. Through an exchange of letters, he always encouraged me with my observations on the field. Unlike today’s scientists who spend most of their time making simulations on their computers, « Garouk » went to work directly on the volcanoes. He was the first to understand that gases were the eruptive ‘engine’ and that their analysis was essential. Volcanology made progress thanks to men like Haroun Tazieff and Maurice Krafft. We terribly miss them today. Nobody has ever replaced them.