Hawaii (Etats Unis)

Deux faits nouveaux sur le Pu’u O’o:
– Le 24 Juin, le plancher de la bouche baptisée « Drainhole » s’est effondré, donnant naissance à un lac de lave d’environ 30 mètres sur 25 dans sa partie sud-est. Jusqu’à présent, le fond de « Drainhole » était juste percé d’un petit évent duquel s’échappaient de temps en temps des bouffées de gaz incandescentes.
L’ East Pond Vent, la bouche la plus à l’est dans le cratère, recèle elle aussi un lac de lave qui frémit à environ 20 mètres au-dessous de la lèvre.
– Aujourd’hui 30 juin, la lave a fait sa réapparition sur la partie haute du Pulama Pali qui était resté désespérément noir depuis le mois de février. La lave continuait à arriver dans le Pacifique sur le site de Lae’a puki, mais elle s’écoulait uniquement en tunnels depuis sa source. Cet événement était attendu car le sommet du volcan venait de connaître une phase d’inflation indicatrice d’une montée du magma.

Two new events on Pu’u O’o:
– On June 24th, the floor of the Drainhole vent collapsed, giving birth to a new lava lake 30 metres long by 25 metres wide. Up to now, the floor of Drainhole was pierced by a small vent which released occasional clouds of incandescent gases.
There’s still a lava lake inside the East Pond Vent in the eastern part of the Pu’u O’o crater. Its surface lies some 20 m below the rim of this vent.
– Today June 30th, lava reappeared on the upper part of Pulama Pali from where it had been absent since February. Lava was still entering the Pacific Ocean on the Laea’ puki site, but it was only flowing in tunnels from its source. This event is not really a surprise since the volcano had recently been inflating, a sign that the magma was pushing from below.

Publicités

Infos volcans italiens

Envie de passer vos vacances en Italie, tout en visitant quelques volcans sur la péninsule et en Sicile?
Voici quelques informations pratiques susceptibles de vous aider à organiser votre voyage.
Principaux sites actifs à visiter:
LE VESUVE:
Accès: Très facile. En quittant l’autoroute, on emprunte une route agréable qui s’élève en lacets sur les flancs du volcan. On a de belles vues sur la baie de Naples. On arrive à un parking situé au niveau de l’Atrio del Cavallo où l’on peut voir les coulées émises en 1944 lors de la dernière éruption. De là, un chemin conduit sans aucune difficulté au bord du cratère.
Tarifs: 2,50 € pour le parking et 6,50 € pour accéder au cratère.
Activité: Aucune actuellement, hormis quelques fumerolles visibles surtout quand l’hygrométrie de l’air est élevée.
Ne pas manquer de visiter les sites archéologiques de Pompei ou Herculanum, vestiges de l’éruption de l’an 79 de notre ère.

LES CHAMPS PHLEGREENS: La visite de LA SOLFATARA est intéressante. Dans un paysage lunaire aux portes de Naples, on entend glouglouter les marmites de boue, tandis que des fumerolles s’échappent du plancher du volcan.
Accès: Très facile.
Tarif: 5 €.
Activité: Fumerolles. Marmites de boue (surtout après les pluies).

L’ETNA:
Accès: Très facile par la route. Personnellement, je préfère l’aborder par le versant sud. C’est là que l’on prend le téléphérique puis les bus 4×4. Les guides vous accueillent à 2900 mètred’altitude et vous conduisent au bord des dernières coulées encore fumantes.
Tarif: 43 € (téléphérique + bus 4×4 + guide)
Activité: Le volcan est calme actuellement. On observe uniquement un dégazage au niveau des cratères sommitaux. Les sismographes enregistrent de temps en temps des effondrements à l’intérieur des bouches éruptives.

LES ILES EOLIENNES:
Vulcano:
Accès: Par aliscaphe ou par bateau à partir du port de Milazzo. La montée au cratère de la Fossa n’est pas très difficile (compter 30 – 45 minutes)
Tarif: 3 €.
Activité: Fumerollienne avec de beaux dépôts de soufre. Se contenter de faire le tour du cratère. Ne pas s’aventurer sur les parois internes et encore moins au fond. Descente dangereuse et risque de concentration de CO2 (inodore et mortel!)
Pour 2 € supplémentaires, on peut profiter des bains de boue à proximité de la plage.
Je recommande fortement la visite du Centro Operativo Marcello Carapezza où des scientifiques vous présenteront les différents moyens de surveillance des volcans italiens. L’entrée est gratuite.

Stromboli:
Accès: Par aliscaphe ou par bateau.
Pour visiter le volcans, 2 solutions s’offrent à vous:
1) Suivre le bon sentier qui conduit au belvédère (400 mètres d’altitude) d’où l’on a une belle vue sur la Sciara del Fuoco et d’où l’on aperçoit l’activité sommitale. L’accès est gratuit.
2) Prendre un guide (OBLIGATOIRE) pour aller au sommet. La montée est assez pénible (3 heures environ) mais ça vaut le coup si le volcan est en forme. Séjour d’une heure au sommet et descente au village par le même chemin.
Tarif: 25 €.
Activité: Aléatoire, selon les périodes. Les gerbes incandescentes peuvent se succéder toutes les minutes ou …toutes les 20 ou 30 minutes. Une affaire de chance!
Vous pouvez également aller en barque de pêcheur devant la Sciara del Fuoco. C’est une balade agréable qui vous coûtera entre 15 et 20 €.
Bonnes vacances volcaniques!

Merapi (Indonésie)

Rien de très nouveau sur le volcan. Les fortes pluies annoncées n’ont heureusement pas eu lieu. L’activité reste néanmoins soutenue. Hier, les sismographes enregistraient encore 21 coulées pyroclastiques et 339 avalanches de blocs incandescents.
Mon ami Guy de Saint Cyr, directeur de l’agence de voyages Aventure et Volcans à Lyon (www.aventurevolcans.com) est rentré d’Indonésie il y a 48 heures. Il me décrivait hier le spectacle de désolation aux abords du Merapi et les ravages causés par le séisme à Yogyakarta. S’agissant du Merapi, Guy m’a décrit la lente agonie des deux villageois dans le bunker où ils ont littéralement cuit. Les parois de béton n’ont pas suffi pour arrêter la chaleur générée par une couche de deux mètres de cendres chauffées à plusieurs centaines de degrés. Un tel abri au grand air est pratiquement inutile pour se protéger d’une nuée ardente. Comme c’est le cas à l’observatoire de Babadan, il aurait fallu creuser l’abri dans le flanc même du volcan pour avoir une isolation (peut-être!) suffisante.
Plusieurs villages ont été partiellement détruits par les coulées pyroclastiques les plus longues. Quelques villageois se relaient pour surveiller les habitations qui ont été évacuées. Des sirènes et des tambours retentissent lorsqu’apparaissent les nuages de cendres sur le volcan. Guy m’indiquait que ces nuages s’élevaient silencieusement dans le ciel avant de se désintégrer et déverser bruyamment des pluies de matériaux sur les flancs du volcan.
Il est probable que cette situation va se prolonger encore plusieurs semaines, voire plusieurs mois, et il faudra maintenir le niveau d’alerte à son maximum pendant toute cette période.

Nothing really new has recently happened on the volcano. The good news is that it didn’t rain and so there were no mudslides. However, the level of activity is still high. 21 pyroclastic flows and 339 lava avalanches were registered yesterday.
My friend Guy de Saint Cyr, manager of the travel agency Aventure et Volcans in Lyons has just come back from Indonesia. Yesterday, he described to me the slow death of the two villagers in the bunker. The concrete walls were not able to resist the heat generated by the layer of 2 metres of ash. Such a shelter in the open is useless to protect oneself against a pyroclastic flow. One should have dug the shelter right into the slope of the volcano in order to have a (perhaps!) sufficient insulation, as was done at the Babadan observatory.
Several villages were partially destroyed by the longest pyroclastic flows. A few villagers are looking after the houses that have been evacuated. Sirens and drums can be heard when ash clouds appear on the volcano. These clouds rise silently in the sky before disintegrating into a noisy rain of materials.
This situation is likely to last several weeks or months and the alert level should be kept at the maximum during all this period.

Bulusan (Philippines)

Le volcan a connu au cours des dernières semaines plusieurs phases explosives d’une durée allant de 13 à 17 minutes et générant des nuages de cendres d’une hauteur moyenne de 1,5 km. Suite à l’activité du 18 juin et à de fortes pluies causant des lahars. 900 personnes ont été évacuées et plusieurs localités ont été déclarées en état de catastrophe naturelle.
Aujourd’hui encore, une centaine de personnes ont fui leurs habitations devant des chutes de rochers déclenchées par une tempête tropicale. Ces matériaux s’étaient accumulés sur le flanc du volcan au cours de l’activité explosive de ces derniers jours.
Le volcan est maintenu en alerte 2, sur une échelle de 5.

The volcano has recently gone through several explosive phases which lasted between 13 and 17 minutes and generated 1.5-km-high ash clouds. After the activity that occurred on June 18th, heavy rains generated several mudslides. 900 persons had to be evacuated and several villages were declared natural disaster zones.
Again today, some 100 persons fled from their homes after huge rocks ran down the mountain during a tropical storm. These materials had accumulated on the slopes of the volcano during the explosive activity of the previous days.

Merapi (Indonésie)

Malgré l’apparition d’un nouveau dôme de lave (d’un volume estimé à 300 000 mètres cubes) dans le cratère sud , l’activité du volcan reste soutenue. Les sismographes enregistraient hier 20 juin 224 avalanches de blocs de lave et 33 coulées pyroclastiques. La principale préoccupation des autorités concerne les fortes pluies qui sont prévues sur la région aujourd’hui et demain. Ces précipitations pourraient générer des lahars, coulées de boue parfois encore plus meutrières que les nuées ardentes. Ces derniers jours, les fortes pluies ont provoqué des inondations et des coulées de boue dans l’archipel des Sulawesi, causant la mort de 94 personnes.

In spite of the growth of the new dome (with an estimated volume of 300,000 cubic metres) in the southern crater, the volcano’s activity is still very high. Yesterday, sismographs registered 224 lava avalanches and 33 pyroclastic flows. Officials now fear the heavy rains that are forecast for today and tomorrow. They might generate lahars, deadly mudslides that can be more dangerous than pyroclastic flows. Heavy rains recently caused floods and mudflows that killed 94 persons in the Sulawesi archipelago.

Merapi (Indonésie)

L’activité du Merapi ne faiblit pas. Les coulées pyroclastiques se déclenchaient hier toutes les 30 minutes et parcouraient en moyenne 4 kilomètres. Suite au paroxysme de mercredi dernier, un nouveau dôme est apparu dans le cratère sud. Cette activité intense pose de sérieux problèmes aux villageois qui ont été évacués. Ils se trouvent privés de leurs ressources et sont souvent contraints de vendre leur bétail pour pouvoir entretenir leurs familles. Les récentes difficultés d’approvisionnent en eau n’arrangent pas la situation.
En dépit des recommandations des autorités, de nombreux villageois retournent cultiver leurs terres pendant la journée; elles sont situées la plupart du temps à l’intérieur du périmètre de sécurité de 7 km mis en place au pied du volcan. On ne peut qu’espérer qu’ils ne se feront pas surprendre par une nuée ardente comme leurs deux compatriotes la semaine dernière.
Au vu du comportement actuel du Merapi, le niveau d’alerte devrait être maintenu au maximum pendant les prochains jours.

Mount Merapi is still very active. Yesterday, pyroclastic flows could be observed every 30 minutes; they covered an average of 4 km. Following last Wednesday’s paroxysm, a new dome has appeared in the southern crater.
This very intense activity poses serious problems to the villagers who have been evacuated. They are deprived of their resources and are often forced to sell their livestock to maintain their families. The recent water shortages didn’t help to improve the situation.
In spite of the officials’ recommendations, many villagers go to look after their crops during the day. These are often located inside the 7-km safety zone that has been set up around the volcano. Let’s hope they won’t be surprised by a pyroclastic flow like the one that killed two young Indonesians last week.
Considering Mt Merapi’s current behaviour, it is likely that the alert level will be kept at the maximum in the days to come.

Merapi (Indonésie)

La très volumineuse coulée pyroclastique de 6,5 km qui a tué deux villageois mercredi a également fortement endommagé le réseau d’eau potable. Les canalisations n’ont pas résisté à la forte chaleur des cendres, si bien que 12000 personnes ne sont plus alimentées. La pénurie pose également des problèmes au niveau du bétail.
Bien que moins spectaculaires que celle de mercredi, les coulées pyroclastiques et les avalanches de blocs de lave restent très fréquentes. Entre le 7 et le 15 juin, le nombre de coulées pyroclastiques oscillait entre 20 et 66 par jour. Les avalanches de blocs de lave se produisaient entre 256 et 337 fois par jour. Même si, visuellement, les avalanches incandescentes perdent parfois de leur intensité, je pense personnellement que ce serait une erreur d’abaisser le niveau d’alerte. L’énergie qui s’est accumulée sous le volcan n’est pas encore évacuée et rien n’exclut l’apparition d’une crise comme celle de mercredi.

Depuis le violent séisme du 27 mai (6,3 sur l’échelle de Richter), les répliques se succèdent dans la région de Yogyakarta. Hier, une secousse de 3,6 a semé la panique parmi la population, mais n’a fait ni dégâts, ni victimes.

The 6.5-km pyroclastic flow that killed two villagers last Wednesday also damaged the network of drinking water so that 12,000 persons are suffering from a shortage that also affects the livestock. Indeed, the water pipes could not resist the heat of the ash flowing down the mountain. Although less dramatic than Wednesday’s, pyroclastic flows and lava avalanches are still very numerous. One could observe between 20 and 66 pyroclastic flows and between 256 and 337 lava avalanches between June 7th and June 15th. Even if pyroclastic flows are sometimes less intense, I personally believe it would be a mistake to lower the alert level. The energy that has accumulated under Mt Merapi has not been released yet and it is likely that other pyroclastic flows like the one that occurred Wednesday will be observed in the next days.

Since the violent earthquake (6.3 on the Richter scale) that shook Yogyakarta on May 27th, numerous aftershocks have been felt in the area. Yesterday, a 3.6 aftershock sent a panic among the population, but didn’t cause any damage and made no victims.