Cleveland (Alaska) & Sakurajima (Japon)

L’AVO indique que les données satellitaires laissent supposer q’un lent épanchement de lave a commencé dans le cratère sommtal du Cleveland (Aléoutiennes / Alaska). En conséquence, la couleur de l’alerte aérienne a été élevée à l’Orange et le niveau d’alerte volcanique à Vigilance. Cependant, aucun signe d’activité explosive avec panaches de cendre n’a été détectée.

++++++++++

L’Agence météorologique japonaise (JMA) indique que l’activité du Sakurajima (Japon) a augmenté ces dernières semaines. Une forte éruption observée le 8 novembre 2019 au niveau du cratère sommital Minamidake a généré un panache de cendre de 6,7 km. La JMA précise qu’il s’agit de la plus forte éruption depuis juillet 2016. Aucun dégât ni aucune victime n’ont été signalés.

———————————————–

AVO indicates that satellite data suggest that slow effusion of lava may have begun in the summit crater of Cleveland (Aleutians / Alaska). As a consequence, the aviation colour code has been raised to Orange and the volcanic alert level to Watch. However, no evidence of explosive, ash-producing activity has been detected.

++++++++++

The Japan Meteorological Agency (JMA) indicates that activity at Sakurajima (Japan) has been increasing over the past few weeks. A strong eruption on November 8th, 2019 at the Minamidake summit crater generated an ash plume up to 6.7 km. JMA says it was the largest eruption since July 2016. There were no reports of damage or injuries.

Vue du Sakurajima et de la ville de Kagoshima (Crédit photo: Wikipedia)

Nouvelle île dans l’archipel des Tonga // New island in the Tonga archipelago

Selon un rapport de géologues présenté le 7 novembre 2019, une éruption volcanique sous-marine dans l’archipel des Tonga a submergé une île et en a créé une autre trois fois plus grande. Baptisée Lateiki, la nouvelle île a une largeur d’environ 100 mètres et une longueur de 400 mètres et se trouve à quelque 120 mètres à l’ouest de l’île qui a été engloutie par les eaux. Elle est située entre Kao et Late, dans les îles Ha’apai, une division administrative dans le nord du royaume des Tonga.
Cet événement est intervenu après 18 jours d’éruption sous-marine au mois d’octobre dans une région souvent secouée par des séismes et qui connait une activité volcanique régulière.
Une éruption volcanique sous-marine remontant à 2014 avait aussi donné naissance à une île qui est aujourd’hui couverte de végétation et peuplée d’oiseaux.
Selon l’ONU, l’archipel des Tonga, qui compte 107.000 habitants et 170 îles éparpillées sur quelques 700 kilomètres carrés, figure parmi les pays à haut risque pour les désastres naturels (cyclones, séismes, etc).
Source: Outre-mer la 1ère.

———————————

According to a report from geologists on November 7th, 2019, an underwater volcanic eruption in the Tongan archipelago submerged an island and created a new one three times larger. Known as Lateiki, the new island is about 100 metres wide and 400 metres long and lies about 120 metres to the west of the island which has been swamped by the waters. It is located between Kao and Late, in the Ha’apai Islands, an administrative division in the northern Kingdom of Tonga.
This event occurred after 18 days of submarine eruption in October in a region often shaken by earthquakes and experiencing regular volcanic activity.
A submarine volcanic eruption dating back to 2014 had also given birth to an island that is now covered with vegetation and populated by birds.
According to the UN, the Tongan archipelago, which has 107,000 inhabitants and 170 islands scattered over some 700 square kilometres, is among the countries at high risk for natural disasters (cyclones, earthquakes, etc.).
Source: Outre-mer la 1ère.

Sur ces images satellitaires, on peut voir à gauche le panache de gaz qui s’échappe du volcan en train d’émerger. A droite, la tache verte représente la nouvelle île qui a été créée par l’éruption, à côté de celle qui a disparu. (Source: GeoNet)

Glace et climat: Encore des mauvaises nouvelles // Climate and ice: More bad news

Pour la huitième fois d’affilée, octobre 2019 se classe à la deuxième place de l’archive NCEP-NCAR qui remonte à 1948. Avec +0,68°C au-dessus de la moyenne 1981-2010, le mois est le 2ème plus chaud, juste derrière 2015 (+0,76°C). De manière désormais quasi-systématique, les années post-2010 se trouvent en haut du classement.
Une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule, on apprend également que le déclin de la couverture de glace de mer dans l’Arctique se confirme. D’après le National Snow and Ice Data Center (NSIDC), l’étendue moyenne de la glace de mer en octobre 2019 a été la plus basse jamais enregistrée. Elle couvre seulement 5,66 millions de km², le niveau plus bas pour ce mois depuis les 41 années d’enregistrements par satellite. C’est probablement aussi le plus bas relevé depuis 1850, si l’on se base sur les archives des scientifiques, des journaux, des navires, puis des avions collectées et analysées par le NSIDC.

————————————

For the eighth time in a row, October 2019 ranks second in the NCEP-NCAR archive, which dates back to 1948. With + 0.68°C above the 1981-2010 average, the month is the second warmer, just behind 2015 (+ 0.76°C). Now almost systematically, the post-2010 years are at the top of the ranking.
As bad news never comes alone, we also learn that the decline of sea ice cover in the Arctic is confirmed. According to the National Snow and Ice Data Center (NSIDC), the average extent of sea ice in October 2019 was the lowest ever recorded. It only covers 5.66 million km², the lowest level for this month since the 41 years of satellite recordings. It is probably also the lowest since 1850, based on the archives of scientists, newspapers, ships, and aircraft collected and analyzed by NSIDC.