L’Öræfajökul continue à s’agiter en Islande // Öræfajökul is still showing signs of unrest in Iceland

Cela fait des mois que l’on entend le même discours à propos de l’Öræfajökull, dans le sud-est de l’Islande. Le volcan montre des signes d’activité mais personne ne peut dire avec certitude si ou quand une éruption se produira. Cette remarque est également valable pour le Katla dans le sud du pays, dont on dit qu’il pourrait entrer en éruption, mais sans pouvoir dire à quelle échéance.

Après une série de réunions avec des scientifiques de l’Icelandic Met Office et de l’Université d’Islande, le Département de Protection Civile vient de publier la déclaration suivante:
L’Öræfajökull montre des signes d’activité évidents, avec une phase d’inflation depuis au moins un an et demi. Cette inflation se poursuit à l’heure actuelle et se traduit par une activité sismique accrue et des déformations de l’édifice volcanique. Les signes d’activité persistent, malgré la diminution de l’activité géothermale depuis décembre dernier. La cause de l’inflation est probablement  une injection de nouveau magma. La variation de volume de l’édifice volcanique depuis le début de l’activité est de l’ordre de 10 millions de mètres cubes, ce qui est comparable à l’intrusion magmatique qui a précédé l’éruption de l’Eyjafjallajökull en 2010. De nouvelles mesures de résistivité indiquent la présence de roches altérées par l’activité géothermale à l’intérieur la caldeira.
Le dernier rapport de la Protection Civile conclut en disant que Öræfajökull est dans « la phase de préparation typique qui précède une éruption, mais dont l’évolution temporelle et le résultat sont inconnus« . L’augmentation de l’activité géothermale avec des inondations et des émissions de gaz est un scénario possible.
En conséquence, le Département de Protection Civile formule plusieurs recommandations:
Des réunions d’information ont eu lieu concernant l’activité de l’Öræfajökull avec la population locale et les tour-opérateurs. D’autres réunions sont prévues fin septembre. Un plan d’évacuation d’urgence à utiliser en cas d’éruption soudaine de l’Öræfajökull a été mis au point. Le nombre d’instruments de surveillance a été augmenté sur et autour du volcan. Des efforts ont été déployés pour mieux comprendre l’augmentation de l’activité sismique et de l’inflation du volcan, ainsi que et les fluctuations de l’activité géothermale sous-glaciaire.
Source: Met Office islandais.

—————————————–

We have heard the same discourse for months about Öræfajökull volcano in Iceland. There are signs odf unrest but nobody knows for sure if or when an eruption will occur. This remark goes for Katla volcano in the south of the country; scientists say an eruption might occur soon but nobody can say when.

After a series of meetings with scientists from The Icelandic Meteorological Office, The University of Iceland and Iceland Geosurvey, The Department of Civil Protection has just issued the following statement:

Öræfajökull volcano is showing clear signs of unrest with an inflation phase for at least a year and a half. The inflation is ongoing and it is reflected by increased seismic activity and characteristic deformation pattern. The state of unrest persists despite a decrease in geothermal activity since last December. The source causing the inflation is most likely injection of new magma. The volume change since the start of the unrest is of the order of magnitude of 10 million cubic metres, comparable to the intrusion activity in Eyjafjallajökull some years before the eruption in 2010. New resistivity measurements indicate the presence of geothermally altered rocks at shallow levels inside the caldera.

The latest report concludes by saying that Öræfajökull is in « a typical preparation stage before an eruption but the temporal evolution and the outcome is unknown ». Increase in the geothermal activity with associated floods and gas release is a possible scenario.

As a consequence, The Department of Civil Protection makes several recommendations:

Public information meetings have been held regarding the unrest in Öræfajökull with both local population and tour operators. Further meetings are planned in late September. An emergency evacuation plan to be used in case of a sudden eruption in Öræfajökull has been prepared. The number of instruments for volcano monitoring has been increased on and around the volcano. Efforts have been made to deepen understanding of increased seismic activity, increased inflation of the volcano as well as changes in subglacial geothermal activity.
Source: Icelandic Met Office.

Vue de l’Öræfajökull (Crédit photo: Wikipedia)

Publicités

5 réflexions au sujet de « L’Öræfajökul continue à s’agiter en Islande // Öræfajökul is still showing signs of unrest in Iceland »

  1. Déjà que pour le piton de la Fournaise c’est compliqué de prévoir l’activité, alors pour un volcan entièrement sous la glace,… c’est une gageure pour le moment.

    J'aime

    1. Salut Mathieu,
      Effectivement, la glace n’arrange rien, mais même sans la glace c’est compliqué. En plus, se contenter de dire que le volcan menace d’entrer en éruption au vu des seules émissions de CO2 est un peu léger. Quid de la température des gaz, de l’inflation, de la sismicité? Et puis, dire que le Katla est en retard sur son régime éruptif est une imbécillité. La notion de cycle éruptif n’a jamais été prouvée en volcanologie.
      Amitiés.
      Claude

      J'aime

  2. Bonjour Claude,
    Volcano-logique !?
    Certes, prévoir avec exactitude le moment et l’ampleur d’une éruption volcanique reste soumis à un grand nombre d’incertitudes, essentiellement fondées sur une importante méconnaissance du comportement des magmas. On peut cependant dire qu’en fonction de la nature d’un édifice volcanique et de sa localisation sur terre, des différents signaux qu’il émet (température, nature et volume de gaz, déformation des sols, variation de gravité ou de champ magnétique…), une éruption est susceptible de se produire, sans même savoir d’ailleurs, pourquoi malgré cela elle ne se produit pas.
    Ainsi, des progrès conséquents on été fait en matière de connaissance des édifices volcaniques et de leur prépondérance à se manifester de telles sortes plutôt que d’autres.
    Par contre, poussés par une espèce d’atavisme, il semblerait que nous soyons plus obsédés par cet évènement de surface en essayant de l’expliquer , de l’analyser et de le prévoir, sans vraiment y arrivé, plutôt que de s’intéresser à sa cause, le vrai danger et le réel moteur du phénomène qu’est le magma. A l’instar de l’iceberg, ce qui fait son importance, sa virulence et le danger qu’il représente c’est bien les 9/10me submergés et non sa partie émergée, bien visible et facile à analysable et à décrire.
    En utilisant cette comparaisons, on est à même de mieux comprendre pourquoi les éléments de surface des édifices volcaniques (Eau, glace, intempéries, végétation…) n’ont que peut d’importance sur l’occurrence d’une éruption, et tout au plus cela pourra influencer son évolution après qu’elle ait débutée.
    Si l’on sait assez bien décrire les raisons et les comportements des magmas depuis leur chambre jusqu’en surface, et ainsi démontrer l’importance des gaz dans ce cheminement, rien n’est à ma connaissance suffisamment pertinent pour réellement connaitre sa composition sa température la pression qu’il subit et à quel moment de son ascension les gaz apparaissent (Surtout le soufre et de carbone sous forme de CO2) dissous puis prêts à entamer une vésiculation.
    Il est à remarquer que de nombreuses études semblent mieux appréhender les phénomènes thermodynamiques qui apparaissent sous le manteau (lisière noyau manteau) ainsi que ceux qui interviennent sur le manteau (Manteau croute et surface). Par contre, le manteau lui-même et notamment le manteau supérieur reste véritablement imprégné d’un flou assez impressionnant laissant la porte ouverte à beaucoup de théories et d’hypothèses intéressantes certes, mais peu synthétiques et malgré tout bien hasardeuses.
    Mais après tout s’il nous arrive souvent de prétendre que le hasard fait bien les choses, ne pensez-vous pas qu’il nous suffirait d’attendre un peu pour qu’il se mette à nous volcano-réconforter ?
    Amitiés
    Pierre Chabat

    J'aime

  3. Je pense que la résolution demandée pour suivre le cheminement du magma dans la croûte ou a sa base est telle que les moyens actuels de la géologie ne permettent pas de répondre. Par contre voir les grandes structures dans manteau c’esg plus simple.
    Comme une montée de magma peut se retrouver bloquée a quelques mètres de la surface par la présence de contraintes trop importantes, je dirai comme Lapalisse, que tant qu’il n’y a pas de magma en surface il n’y a pas d’éruptions, donc sous la glace on ne sait pas.
    Et en effet Claude, les idées de cycles basées sur 2 ou 3 occurrences sont très hasardeudes, on attend toujours certaines éruptions annoncés depuis 2010.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s