Quelques nouvelles volcaniques à travers le monde // A few pieces of news from around the world

Les dernières informations fournies par l’Institut de Géophysique du Pérou (IGP) indiquent que le Sabancaya (Pérou) est encore très actif. Entre le 27 novembre et le 3 décembre 2017, une moyenne de 69 explosions a été enregistrée chaque jour. Elles génèrent des colonnes de cendres qui s’élèvent à environ 3 300 mètres au-dessus du cratère. Les émissions de SO2 atteignent en moyenne 2 036 tonnes par jour. Plusieurs anomalies ont été détectées sur le Sabancaya par les satellites.

L’Alaska Volcano Observatory (AVO) indique qu’il a élevé à la couleur Jaune l’alerte aérienne du Shishaldin (Alaska) au vu de l’augmentation de l’activité sismique et infrasonique au cours des dernières semaines. Ces observations représentent une hausse par rapport à l’activité normale, mais n’indiquent pas nécessairement une éruption à court terme.

L’AVO a également abaissé l’alerte aérienne et le niveau d’alerte volcanique du Bogoslof (Alaska) le 6 décembre 2017 en raison d’une activité réduite au cours des derniers mois. La dernière activité explosive détectée sur le Bogoslof s’est produite le 30 août 2017. Au cours des trois derniers mois, aucune activité significative n’a été observée.

Le KVERT indique qu’une puissante éruption s’est produite sur le Sheveluch (Kamchatka / Russie) le 4 décembre au matin. Une explosion et l’effondrement partiel du dôme de lave ont généré une colonne de cendre qui est montée jusqu’à 10 km d’altitude avant de s’étirer vers le nord-est et vers l’est au-dessus de l’Océan Pacifique.

—————————————-

The latest news provided by the Geophysics Institute of Peru indicates that Sabancaya volcano is still quite active. Between 27 November and 3 December 2017, an average of 69 explosions was recorded every day. They generate ash columns that rise about 3,300 metres above the crater. SO2 emissions reach an average of 2,036 tons per day. Several anomalies were detected on Sabancaya by the satellites.

The Alaska Volcano Observatory indicates that it is raising the Aviation Colour Code to YELLOW and the Alert Level to ADVISORY at Shishaldin Volcano based on increased seismic and infrasound activity over the past few weeks. These observations represent a departure from normal background activity, but do not necessarily indicate that an eruption will occur.

The Alaska Volcano Observatory decreased the Aviation Colour Code and the Volcano Alert Level to UNASSIGNED at Bogoslof on December 6th 2017 due to decreased activity over the previous months. The last detected explosive activity at Bogoslof occurred on August 30th, 2017. Over the past three months there has been no significant activity observed.

KVERT indicates that a powerful eruption occurred at Sheveluch volcano on December 4th in the morning. An explosion and the partial collapse of the lava dome produced an eruption column that rose up to 10 km a.s.l.and drifted both NE and SE before dissipating over the Pacific Ocean.

Eruption du Sheveluch le 4 décembre 2017

(Crédit photo: Y. Demyanchuk / KVERT)

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Quelques nouvelles volcaniques à travers le monde // A few pieces of news from around the world »

  1. Bonjour Claude,
    Quelques pensées «alambico- magmatiques » de fin d’année.

    Bonnes nouvelles des « Fake news ».
    A force d’annoncer vrai ce qui ne l’est pas, les fausses nouvelles vont prendre de la vraisemblance à supposer qu’elles soient plausibles. Par exemple, est –il plausible que la volcanologie soit en progrès ? Si la réponse est positive, alors est-il vrai qu’elle le soit, si elle est négative, il faudra annoncer que c’est vrai tout en se doutant que ce ne l’est pas. Ainsi, il est vrai que du faux vrai il resterait à distingué le vrai faux. Vrai dilemme ou faux débat ? J’ai bien peur qu’ici l’affaire se complique au point de nous y perdre en ne sachant plus tellement si c’est d’avancer un pied devant l’autre qui fait finalement avancer. Peut-être qu’à reculons… !?

    Risques volcaniques majeurs.
    Tellement surveillées, règlementées et de plus en plus contingentées, les visites de la plupart des volcans « médiatisés » ne comportent aucun danger sérieux pour le visiteur à quelques exceptions liées à l’imprévisibilité et la soudaineté des éruptions phréatiques (ex : Ontaké). Ainsi le risque majeur des « fréquentations volcaniques » est de moins en moins lié au volcan lui-même mais à son environnement immédiat. Outre les bandes armées qui « rançonnent » de temps à autre les découvreurs de l’est Ethiopien, d’autres dangers redoutables sont à déplorés dans bien des lieux. En effet, depuis les audacieuses visites du dragon de komodo (Varans) de l’ile de Krakatoa, jusqu’aux pillages des autos en parking à l’Etna, en passant par les pluies abondantes qui transforment les chemins en torrents aux Antilles, et verrouillent les accès, ainsi que les arrêtés préfectoraux de la Réunion qui en font autant, n’y aurait-il pas là matière à compléter la liste des « risques volcaniques majeurs ». Faudrait voir !?

    Ni lieue, ni mètre.
    Entre mesure et démesure, il n’y a qu’un pas, qui est bien souvent franchi, tout naturellement, puisque en période de pénurie d’appareillage pour la mesure, la démesure s’impose comme une alternative de principe. C’est ainsi qu’en l’entourant d’une gangue de principe, de précaution cette fois, l’Agung et son éruption dont on ne peut pas mesurer l’importance, trouve son salue à mesure que la démesure de la mesure s’installe. Ce qui est vraiment problématique à cet encontre, c’est qu’il devient vraiment impossible de mesurer l’importance de la démesure.

    Zone humide ou Eau zone ?
    Il y a effectivement en matière de réchauffement climatique un choix à opéré entre maintenir l’approvisionnement en eau douce des populations en préservant les glaces terrestres, ou faire totalement disparaitre l’ozone stratosphérique. Ce dilemme créant un doute, une interrogation fondamentale, ne serait-il pas raisonnable d’appliquer en prévention le principe de précaution déjà suscité, et de privilégier la fonte des glaces à l’épouvantable irradiation cosmique. Entre cramer tout de suite et se déshydrater plus tard, il n’y a pas photo, vlan, il faut y aller.

    En supposant que viennent subrepticement se juxtaposées fin d’année et fin de société, ne trouveriez-vous pas judicieux, que nous puissions nouer Noël et Noé, ou l’arche et la hotte, comme vous voulez, de telle manière que mes pieds retrouvent enfin mes souliers pour se loger ?

    Sincères amitiés
    Pierre Chabat

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s