Officiel: Le CO2 a battu tous les records en 2015 ! // Official: CO2 broke all records in 2015 !

drapeau-francaisJe l’ai annoncé il y a déjà pas mal de temps, mais la presse française semble le découvrir seulement maintenant : L’année 2015 a été marquée par une nouvelle hausse du dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère.

Le plus grave, c’est que pour la première fois, la concentration de ce gaz à effet de serre a dépassé durant toute l’année le seuil symbolique de 400 ppm (parties par million). Le relevé du 22 octobre 2016, communiqué par l’observatoire du Mauna Loa à Hawaii, fait état de 401,77 ppm. On reste donc sur une tendance à la hausse depuis le début des relevés dans les années 1960, avec une accélération au cours des dernières décennies (voir la courbe de Keeling ci-dessous).

Il faut noter que la barre des 400 ppm avait déjà été atteinte auparavant par le CO2, en certains endroits et durant certains mois de l’année, mais jamais encore à l’échelle du globe et pour une année entière. Il ne faudrait pas oublier, parmi les responsables du réchauffement climatique, le méthane (CH4), qui a aussi atteint un nouveau pic en 2015, et le protoxyde d’azote (N02), dont les concentrations représentent désormais 121% de leur niveau à l’ère pré-industrielle.

Pour expliquer le pic de CO2 en 2015, on accuse fréquemment le phénomène El Niño qui surgit tous les 4 à 5 ans et qui a un effet de réchauffement climatique. Selon l’Organisation Météorologique Mondiale, El Niño aurait contribué à déclencher des sécheresses dans les régions tropicales et  réduit la capacité d’absorption du CO2 par les forêts et les océans. Le problème, c’est que El Niño a disparu, mais le changement climatique est toujours là ! Quelle excuse va-t-on trouver maintenant ?

Les climatologues s’accordent pour dire que la tendance à la hausse du CO2 va encore se poursuivre en 2016, avec des concentrations de CO2 qui demeureront supérieures à 400 ppm pour toute l’année. Les promesses de réduction de la température formulées au cours de la COP 21 de Paris et sa « standing ovation » semblent bien loin…!

—————————————

drapeau-anglaisI announced it quite a long time ago, but the French press seems to discover the piece of news right now: The year 2015 was marked by a further increase in carbon dioxide (CO2) in the atmosphere.
The most serious is that for the first time, the concentration of this greenhouse gas has exceeded throughout the year the symbolic threshold of 400 ppm (parts per million). The measurements of October 22nd 2016, communicated by the Mauna Loa Observatory in Hawaii, reported 401.77 ppm., confirming the upward trend that began in the1960s, with a steady increase since that time and an acceleration in recent decades (see the Keeling curve below).
One should remember that the 400 ppm CO2 threshold had already been reached before in certain places and during certain months of the year, but never across the globe and for a whole year. One should not forget, among the contributors to global warming, methane (CH4), which also reached a new peak in 2015, and nitrous oxide (N02) whose concentrations now represent 121% of their tre-industrial level.
The El Niño weather phenomenon that arises every 4 to 5 years and has a warming effect is often cited as the main culprit to explain the peak of CO2 in 2015. According to the World Meteorological Organization, El Niño helped trigger droughts in tropical regions and reduced the CO2 absorption capacity of forests and oceans. The problem is that El Niño has disappeared, but climate change is still there! What excuse shall we find now?
Climatologists agree that the trend of increase of CO2 will still continue in 2016, with CO2 levels that will remain above 400 ppm for the entire year. The temperature reduction pledges made during the COP 21 in Paris and its « standing ovation » seem to be far away …!

keeling

La courbe de Keeling actualisée le 22 octobre 2016.

(Source: Scripps Institution of Oceanography)

Publicités

2 réflexions au sujet de « Officiel: Le CO2 a battu tous les records en 2015 ! // Official: CO2 broke all records in 2015 ! »

  1. Bonjour Claude,
    Certes, il est très important de rappeler, comme vous le faites régulièrement, que le niveau de concentration de CO2 dans l’atmosphère est en perpétuelle hausse. Sans même faire référence aux mesures du SCRIPPS, il est très aisé de comprendre que nos émissions de ce gaz par combustion des énergies fossiles qui, avoisinant un volume annuel de 32GT, produisent un reliquat non absorbé par les végétaux et les océans de 16GT venant s’ajouté chaque année au CO2 contenu dans l’atmosphère. Or ce phénomène est loin de diminuer, puisque compte tenu des observations que nous pouvons faire quotidiennement, aucun frein dans cette consommation n’est apparent. Il continue de naviguer 80 000 avions par jour dans le monde, plus d’1 milliard d’automobiles, une utilisation galopante des « Clim » à HFC, bref, vogue la galère, après nous le déluge.
    Cependant, deux interrogations-remarques me taraudent l’esprit, et je ne résiste pas à l’envie de vous les soumettre à l’occasion de votre super article.
    A mon avis, cette addition annuelle de CO2 dans l’atmosphère, ne suffit pas, à elle seule à justifier l’augmentation de concentration mesurée par Keeling. L’absorption des 50% de CO2 émis par l’homme, 25% par les végétaux, 25% par les océans, est pour moi maintenant erronée et demeure inférieure à ces standards. Il y aurait donc moins de dissolution de ce gaz dans les océans, leur surface se réchauffant, et moins d’ingestion par les Chlorophylliens du fait de la déforestation, défoliation…
    L’observation de l’animation diffusée par la NASA sur le net, me laisse à penser que la concentration de ce gaz est largement focalisée sur l’hémisphère nord, et qui plus est très stagnante dans les régions polaires. Ce constat vient en contradiction avec l’affirmation du SCRIPPS et également des celles des scientifiques du CNRS, entre autres, qui nous affirment que le nombre de ppm de ce gaz est égal tout autour de la planète. Pour moi, et comme vous le soulignez, cela n’est pas le cas et on peut donc pensez que l’effet de serre qu’il produit est tout à fait géographiquement inégal, et probablement beaucoup plus important au pole nord.
    En tout état de cause, il n’y a pour moi aucune raison pour laquelle la concentration atmosphérique de ce gaz diminue, bien au contraire, à ce rythme nous atteindront les 812 ppm en 2030 (soit demain) sans problème, et les températures globales subiront une hausse corrélée de +6°C par rapport à 2015.
    Si maintenant la fin de l’ère pétrole semble s’entrevoir par un épuisement total de cette ressource en 2050 (Réf communication INSEE), alors je crois bien qu’il nous faille patiemment attendre cette date pour espérer un arrêt du massacre planétaire. Et encore, je suis désolé, mais sans vraiment prédire quoi que ce soit, il me semble qu’à cette date, me trouvant à 6 pieds sous terre, ma décomposition ajoutera encore un peu plus de méthane à ce joyeux bilan.
    Amitiés
    Pierre Chabat

    J'aime

    1. Bonjour Pierre,
      Merci pour vos remarques toujours aussi pertinentes.Je ne suis pas en mesure de dire si le CO2 se concentre davantage dans l’hémisphère nord et sur le pôle nord. Je ne connais vraiment que cette partie du monde et ce que j’ai vu en Alaska en septembre sur les glaciers a de quoi faire peur. Néanmoins, on s’aperçoit que la presse fait de plus en plus souvent allusion à l’hémisphère sud (forte fonte des glaciers en Nouvelle Zélande, par exemple) et il semble bien que les glaciers d’Antarctique (le Thwaites en particulier) suivent la tendance à la fonte. J’étais avec Jean-Louis Etienne il y a quelques semaines et, selon lui, le problème est global. On en saura plus d’ici quelques temps suite aux missions suisse en 2017 et Polarpod en 2018. Je ne me fais aucune illusion sur la suite. Quand on voit l’empressement de nos gouvernants à vouloir signer les traités CETA et Tafta, on comprend que la COP 21 est une vaste rigolade et la prochaine COP 22 à Marrakech sera, elle aussi, à mettre à la poubelle.
      Bonne journée.
      Claude Grandpey

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s