Colère à Stromboli (Sicile)

De la boue, des cailloux, de l’eau partout. Des maisons, des rues, des magasins, des restaurants, agressés. Violentés. C’est le sentiment qui prévaut au sein de la population de Stromboli au lendemain du gros orage et des dégâts qu’il a occasionnés. A côté de la colère, il y a l’impression d’avoir été abandonnés par les autorités. Ce qui rend les gens encore plus furieux, c’est que la catastrophe n’a pas été causée par la nature, mais par l’homme. Comme l’a dit un habitant: « L’homme parvient à provoquer les catastrophes que le volcan n’a jamais causées! Par bonheur, il n’y a pas eu de victimes.

L’incendie du mois de mai, dont les auteurs n’ont toujours pas été poursuivis, a littéralement détruit toute la végétation et réduit en cendres toutes les barrières naturelles qui empêchent les mouvements de terre, de boue – et dans ce cas de cendres – d’atteindre les maisons. Comble de l’ironie, la production de la fiction avait fait savoir qu’en octobre ils reviendraient sur l’île pour terminer le tournage qui avait été interrompu par les flammes. Des flammes qui, rappelons le encore une fois, n’ont pas encore de coupable. Pas sûr qu’ils soient les bienvenus.
La catastrophe du 12 août était prévisible, pour ne pas dire annoncée. La seule chose certaine, c’est que rien n’a été fait. Sans vergogne, le directeur régional des service d’incendie a voulu minimiser ce qui s’est passé et a déclaré qu’il s’agissait d' »un cas de micro-urgence » Allez dire aux habitants de Stromboli qu’il s’agit d’une micro-urgence!! Comme je l’ai indiqué précédemment, le responsable de la Protection civile, est arrivé à Stromboli en hélicoptère. Les habitants auraient aimé lui rappeler ce qu’ils lui avaient dit au mois de mai au moment de l’incendie. Ils craignaient qu’aux premières pluies, de la boue et des cendres envahissent l’île. Selon le chef de la Protection civile, c’était « une éventualité que je pense pouvoir exclure en raison du type de terrain. » S’en souviendra-t-il? Pas sûr, ou il aura envie d’oublier….

Source: médias italiens.

Ça gronde à Stromboli (Sicile) !

Un orage le 11 août 2022 au soir a causé un spectacle de désolation sur l’île de Stromboli. Des rues et des maisons ont été inondées, des cyclomoteurs immergés dans parfois un mètre de boue. De gros rochers se sont également détachés du Stromboli et ont dévalé la pente. Certaines personnes ont été évacuées tandis que les volontaires de la Protection civile et les pompiers travaillaient sans relâche pour nettoyer les maisons et les rues envahies par la boue.
La colère monte parmi les habitants de Stromboli. Ils pointent du doigt l’échec de la mise en sécurité de la montagne après l’incendie qui s’est déclaré il y a trois mois lors du tournage d’une fiction. Le feu a détruit la végétation et mis en danger la stabilité du terrain. Pour la population de Stromboli, il s’agit d’une catastrophe annoncée. Rien n’a été fait depuis l’incendie, malgré les demandes faites auprès des autorités compétentes. Aucune réponse n’est arrivée à Stromboli, que ce soit verbalement ou par écrit. De plus, les auteurs potentiels de l’incendie – autrement dit la RAI – n’ont pas été inquiétés à ce jour
Des volontaires de la Protection civile, des carabiniers et des habitants de l’île ont travaillé dès les premières lueurs de l’aube le 12 août pour tenter de nettoyer les rues et les maisons envahies par la boue. À Stromboli, il n’y a pas de caserne des pompiers. Lors de l’incendie du mois de mai, la population a dû en grande partie se débrouiller seule pour éteindre les flammes. Les débris de l’incendie, qui n’ont jamais été enlevés, se sont retrouvés dans les rues et dans les maisons. Pour les habitants, c’est une catastrophe qui aurait pu et aurait dû être évitée. Ils se sentent abandonnés par les autorités.
Le directeur général de la Protection civile sicilienne est arrivé à Stromboli en hélicoptère pour une inspection de l’île et une réunion avec le commandement opérationnel avancé. Tout le système de protection civile a été activé; des renforts ont été envoyés, mais il faudrait des outils qu’on ne trouve plus sur l’île : des pelles, des balais et des pelles à donner aux habitants. Au moins une centaine de volontaires sont nécessaires pour évacuer la boue des maisons et des rues.

La catastrophe servira-t-elle de leçon? Pas sûr!

Source: presse sicilienne.

Stromboli après l’incendie du mois de mai (Crédit photo: presse italienne)

Orages de grêle : le ciel va-t-il nous tomber sur la tête ?

En date du 24 juin, on recensait 180 000 impacts de foudre en France métropolitaine pour le mois de juin 2022. C’est un record – le précédent était de 172 000 en 1993 – auquel il faudra probablement s’habituer avec l’intensification du réchauffement climatique. Là encore, le « jamais vu » risque de devenir une habitude.

Après le mois de mai le plus chaud jamais enregistré en France (voir ma note du 8 juin), la récente vague de chaleur du début du mois de juin a intensifié le phénomène orageux qui est facile à comprendre.

Au sol, la température grimpe; l’air se charge donc en humidité, et remonte vers les nuages. Cette situation est propice à la formation des cumulo-nimbus qui peuvent atteindre des altitudes de 10 000 ou 15 000 mètres. Une fois arrivé en altitude, l’air chaud et humide se condense en gouttes d’eau dans l’air rafraîchi. Ces gouttes continuent à monter très vite. Vers 3 500 mètres, elles viennent s’agréger autour des cristaux de glace pour former des glaçons. Plus ils prennent de l’altitude, plus ils sont gros. Ils sont pris dans des tourbillons ascendants et se chargent de plus en plus jusqu’à devenir trop lourds et retombent au sol sous forme de grêlons en se chargeant encore de glace à la descente. Leur vitesse atteint souvent plus de 180 km/h et deviennent des projectiles qui brisent toitures et pare-brise.

Un grand nombre d’orages se déclenchent à cette période de l’année, mais le réchauffement climatique pourrait changer la donne à l’avenir, avec une intensification des orages et des épisodes de grêle.

Les services de météorologie ont mis beaucoup de temps à admettre le lien entre changement climatique, chaleur précoce et sécheresse. Aujourd’hui, ils hésitent avant de reconnaître la relation entre réchauffement climatique et orages. Pourtant, au vu des explications qui viennent d’être données – où la hausse des températures joue un rôle déterminant- cette relation ne semble guère faire de doute.

Pour justifier leur hésitation à établir un lien, les météorologues font remarquer que les outils d’observation des orages sont assez récents. Les éclairs, par exemple, ne sont recensés en France que depuis les années 2000. Selon les scientifiques, nous n’avons donc pas assez de recul pour pouvoir tirer des conclusions sur leur évolution.

Même hésitation concernant la grêle et les méga-grêlons. Comme pour les éclairs, nous ne possédons pas, soi-disant, suffisamment d’observations directes fines et à long terme. Selon les scientifiques, l’augmentation observée de l’intensité en avril-mai pourrait être liée au réchauffement des températures minimales du printemps.

En conclusion, on peut dire que si l’influence du réchauffement climatique sur des phénomènes météo comme les ouragans, les canicules, et les fortes pluies, fait l’unanimité parmi la communauté scientifique, la question des orages n’a pas encore trouvé de réponse claire à ce jour. Les météorologues reconnaissent toutefois le lien entre hausse des températures et intensification des précipitations. Pour chaque degré supplémentaire de température, les précipitations s’intensifient de 7 %., avec leur cortège d’inondations.

Il est fort à parier que les hésitations des météorologues à propos des orages ne feront pas log feu. En effet, la France n’est pas le seul pays à connaître une intensification de la fréquence et de la violence des orages accompagnés de grêle. Les articles abondent dans la presse internationale et les météorologues d’autres pays sont plus affirmatifs.

Les dégâts occasionnés par les grêlons gros comme des balles de golf ou de tennis auront, eux, probablement un effet facilement prévisible : la hausse des tarifs d’assurances. On l’a constaté après la tempête de 1999 et le nombre de sinistres déclarés ces dernières semaines va faire monter la facture. Arrivera le jour où la France se trouvera dans la même situation que les Etats Unis. Les primes d’assurances y sont tellement élevées dans les zones à risque sismique et volcanique que beaucoup d’Américains ont fait le choix de ne pas s’assurer et prient le ciel pour qu’il ne leur tombe pas sur la tête. C’est l’option choisie par une amie vivant au pied du volcan Hualalai à Hawaii, où elle est exposée à ce double risque.

Source: Météo-France, France Info, Futura Science.

Des grêlons gros comme des balles de golf et de tennis ont frappé certains secteurs de la Haute-Vienne le 19 juin 2022, causant de très importants dégâts (Crédit photo: Wikipedia)

Ambiance d’orage à Yellowstone

C’était un soir de juillet dans le Parc de Yellowstone. La chaleur lourde qui régnait depuis le matin était annonciatrice d’orages. Le Lower Geyser Basin ne subit pas les assauts de la foudre mais le ciel d’encre qui lui servait de toile de fond était propice à des clichés intéressants. Les lumières se modifiaient de minute en minute, créant une ambiance très particulière avec des couleurs à la limite de l’irréel. Le phénomène a duré une vingtaine de minutes, à la suite quoi les belles lumières du crépuscule ont repris leurs droits.

Orage 01

Orage 02

Orage 03

Orage 04

Orage 05

Orage 06

Orage 07

Orage 08

Orage 09

Orage 10

Orage 11

Orage 12

Orage 13

Orage 14

Orage 15

(Photos:  C.  Grandpey)