La mafia napolitaine met le feu au Vésuve // The Neapolitan mafia sets Mt Vesuvius on fire

En regardant la photo ci-dessous, on a l’impression que le Vésuve est entré en éruption. D’épais panaches de fumée s’élèvent de ses flancs avant de recouvrir Naples et se propager à l’est jusqu’à la mer Adriatique.
Ces nuages impressionnants sur la montagne ne sont pas provoqués par une catastrophe naturelle; il s’agit d’une catastrophe d’origine humaine. Des dizaines d’incendies font rage sur le Vésuve depuis plusieurs jours. Le 11 juillet, plusieurs de ces feux se sont regroupés pour créer une catastrophe majeure en avançant sur les décharges de produits toxiques gérées par la Camorra, la mafia napolitaine.
La zone autour du Vésuve a été baptisée « la terre des feux » par la population, par référence aux incinérateurs clandestins construits par la Camorra qui y brûle des déchets toxiques depuis des années. L’ensemble de la zone est un danger pour la santé ; on y observe un nombre de cancers plus élevé que dans les autres régions d’Italie. En février 2017, huit enfants âgés de 7 mois à 11 ans sont morts d’un cancer au cours d’une période de seulement 20 jours. La mère d’une jeune victime a pris la tête d’une manifestation de protestation pour tenter d’empêcher la Camorra d’utiliser la région comme décharge illégale. L’année dernière, un médecin a fait du porte-à-porte pour mener une enquête sur le nombre de cancers dans la « terre des feux ». 80 pour cent des personnes interrogées avaient au moins un membre de leur famille atteint d’un cancer.
Les opérations clandestines de la Camorra comprennent l’enfouissement et la combustion de déchets toxiques que les installations médicales et les usines doivent éliminer. Au cours de la dernière décennie, plus de 400 entreprises ont été poursuivies parce qu’elles vendaient leurs déchets dangereux à la mafia au lieu de s’en débarrasser de manière écologique et légale. Les déchets sont souvent déversés dans des décharges improvisées sur le Vésuve. Lorsqu’elles sont trop pleines, les déchets sont brûlés.
Le service des Eaux et Forêts a déclaré que certains des incendies hors de contrôle sur le Vésuve ont été allumés intentionnellement, probablement pour se débarrasser des déchets toxiques ou pour protester contre l’interdiction prononcée par les autorités locales contre des sites de construction illégaux. Il m’a été dit que la Camorra utilise une technique bien particulière pour allumer les incendies: ses membres atteignent en voiture la fin des routes en cul-de-sac sur les pentes du volcan. Ensuite, ils utilisent des chats sur lesquels ils déversent de l’essence et mettent le feu au carburant sur les animaux. Les chats avec les flammes sur le dos s’enfuient très rapidement et atteignent souvent des zones inaccessibles où les feux sont allumés. D’autres feux peuvent avoir été allumés par des mégots qui enflamment la végétation rendue sèche par la vague de chaleur actuelle. Au cours des derniers jours, beaucoup de ces incendies se sont connectés les uns aux autres, créant une situation incontrôlable pour les pompiers. Le plus grand incendie présente une longueur de 2 kilomètres. Jusqu’à présent, des centaines d’habitants ont été évacués de leurs maisons ; des hôtels et des restaurants ont été fermés. C’est un coup dur pour le tourisme en Campanie.
Source: Médias italiens.

——————————————

Looking at the photo below, you get the impression Mt Vesuvius is erupting again. Thick plumes of smoke are billowing from its flanks, causing a cloud of smoke to settle over Naples and spread east with the wind as far as the Adriatic Sea.

Fortunately, the smoke on the mountain is not caused by a natural disaster; it is a human one. Dozens of fires have been raging on Vesuvius for days. On July 11th, several joined together to create a major disaster as they tear through the Camorra crime syndicate’s toxic-dump wasteland.

The area around Vesuvius is already called “the land of fires”, named for the illegal incinerators built by the Camorra in which they have been burning toxic waste for years. The whole area is a health hazard with incidences of cancer higher than anywhere else in Italy. In February 2017, eight children between the ages of 7 months and 11 years old died from cancer in a period of just 20 days. At the time of the deaths, one of the mothers of a young victim led locals in a protest to try to stop the Camorra from using the territory for illegal dumping. Last year, a local doctor went door-to-door to conduct a survey of the prevalence of cancer within the land of fires. 80 percent of the people he interviewed had at least one cancer patient in their family.

The Camorra’s racket includes burying and burning toxic waste that medical facilities and factories need to get rid of. Over the last decade, more than 400 companies have been investigated in the area for selling their dangerous trash to the crime group rather than getting rid of it in an environmentally friendly and legal way. The waste is often discarded in makeshift dumps on Vesuvius which, when they get too full, are burned.

Italy’s Forestry Corps says some of the fires burning out of control on Vesuvius were intentionally set, likely to get rid of the toxic trash or to protest local authorities’ recent sequester of illegal construction sites. I have been told that the camorra uses a special technique to ignite the fires : They drive to the end of the roads that go up the volcano. Then, they use cats on which the pour petrol and set fire to the fuel. The cats with the flames on their backs run away very quickly and often reach inaccessible areas where the fires are ignited. Other fires may have been the result of discarded cigarettes that ignited tinder that has become dry during the current heatwave. Over the last few days, many of these fires have connected, creating an out-of-control situation for firefighters. The largest fire is 2 kilometers long. So far hundreds of residents have been evacuated from their homes, and hotels and restaurants have been closed.

Source : Italian news media.

  Crédit photo : Terremoti Italia

Pompéi, entre grandeur et décadence // Pompeii, between greatness and decadence

drapeau francaisA plusieurs reprises sur ce blog, j’ai attiré l’attention du public sur l’état de délabrement de Pompéi, merveilleux témoignage de la vie romaine au début de notre ère, avant que la ville soit détruite par l’éruption du Vésuve en 79 après JC.
Afin de faire face au problème de la délinquance, une armée d’ « espions » a été recrutée pour patrouiller au milieu des ruines dans le cadre de l’opération « Gola Profonda » (Gorge Profonde). Le travail des dénonciateurs est de recenser les délits, y compris les faits et gestes de la mafia, la Camorra napolitaine, qui est fort intéressée par les 100 millions d’euros investis dans l’ancien site afin de le rénover et de lui épargner un délabrement total. En 2012, l’Union européenne a promis d’accorder près de 75 millions d’euros à Pompéi, avec une somme supplémentaire de 30 millions accordée par le gouvernement italien. Malheureusement, la pénurie de personnel et des problèmes administratifs n’ont pas permis d’utiliser les 75 millions d’euros européens avant la date limite qui avait été fixée à décembre 2015. Le délai a finalement été prolongé d’un an.

L’utilisation de ces sommes fait débat et de nombreuses anomalies sont apparues. En 2013, la police de Campanie a arrêté le chef d’une entreprise de restauration de Pompéi et a enquêté sur les activités de quatre hauts fonctionnaires qui sont soupçonnés d’avoir gonflé les prix lors des travaux de restauration du Teatro Grande. Les ingénieurs travaillant sur le site avaient déjà été mis à l’index de leur profession et des matériaux de qualité suspecte ont été utilisés dans la reconstruction du théâtre.
A Naples et dans sa banlieue, la mafia contrôle plusieurs secteurs de l’économie. A 25 km de Pompéi se trouve le port de Naples qui sert de QG à la Camorra. La mafia a la main sur tout, depuis la drogue jusqu’aux projets de construction, en passant par le ramassage des ordures. En Avril 2013, la  Guarda di Finanza, épaulée par des carabiniers, s’est rendue dans le site de Pompéi pour se rendre compte de l’impact des activités de la Camorra.

En dépit de ces problèmes, certains signes montrent que Pompéi est en train de se redresser. Au cours des derniers mois, six maisons ont rouvert aux visiteurs après leur restauration, ce qui a contribué à convaincre les autorités de l’UE de prolonger le délai d’utilisation des crédits.
A côté de la restauration des maisons, il est absolument indispensable d’installer un nouveau système d’évacuation des eaux. Lors des fortes précipitations, l’eau ne s’évacue pas et est absorbée par certaines parties du site. En 2010, cela a entraîné l’effondrement d’un grand bâtiment Via dell’Abbondanza, la rue principale de Pompéi.
Source: The Independent.

————————————-

drapeau anglaisSeveral times on this weblog, I have drawn public attention to the dilapidated state of Pompeii, a marvellous testimony of Roman life at the beginning of our era, before the city was destroyed by the eruption of Vesuvius in 79 AD.

In order to face the delinquency problem, an army of spies has been recruited to patrol among the ruins in what is being called “Operation Deep Throat”. The whistleblowers’ job is to look out for the crimes that are committed, as well as the local Camorra Mafia which is keen to get its hands on some of the 100 million euros being poured into the ancient site in a bid to save it from permanent collapse.

In 2012, the European Union promised to stump up nearly 75 million euros, with the Italian government contributing another 30 million. However, staff shortages and administrative problems meant Pompeii was unable to spend the EU’s €75m by the December 2015 deadline for the project, which has been extended for another year. But there were already concerns about how the millions were being spent.

In 2013, police in Campania arrested the head of one restoration contractor previously involved at the site and probed the activities of four senior officials, whom they suspect of paying inflated prices for restoration work on Pompeii’s Teatro Grande. Engineers employed at the site had previously been blacklisted from their profession and materials of suspect quality were used in the ancient building’s reconstruction.

In Naples and its suburbs, the mafia is controlling several sectors of the economy. Just 25 km from Pompeii, lies the southern port of Naples, the Mafia Camorra’s home base, where it has a hand in everything from drugs and construction projects to rubbish collection. In April 2013, a small army of carabinieri, finance police marched into the Pompeii site in the hunt for evidence of Camorra activity.

Despite these problems, there are some signs that Pompeii is on the up. In the past few months six ancient residences at the site have reopened to visitors following restoration – it was this sort of progress which helped persuade EU authorities to extend the deadline.

In addition to repairing individual houses, the top priority is the installation of a new drainage system. Heavy rainfall, if not removed, is absorbed by other sections of the site. In 2010 this caused a large building to collapse on Via dell’Abbondanza, Pompeii’s main street.

Source : The Independent.

Pompei A

Photo: C. Grandpey