L’agonie des glaciers alpins : de la Mer de Glace (France) au Pasterze (Autriche) [6ème partie]

Le glacier du Rhône (Rhonegletscher en allemand), donne naissance au fleuve bien connu des Genevoix et de Lyonnais. Ce n’est pas le plus célèbre des glaciers alpins; il ne saurait rivaliser avec la Mer de Glace et encore moins avec le Glacier d’Aletsch, le plus grand glacier des Alpes, qui se trouve à quelques kilomètres. Tous ces glaciers ont un point commun : ils fondent à une vitesse incroyable et feront bientôt partie des souvenirs. Je pense que mes petits-enfants vont assister à la disparition pure et simple de certains d’entre eux. Les glaciologues la prévoient pour la fin de 21ème siècle, mais ils sont probablement trop optimistes.

Perché à l’extrémité nord-est de la superbe vallée du Valais suisse, le glacier du Rhône est accessible depuis la montée du Col de la Forclaz qui culmine à 2429 mètres. Ce col est une superbe grimpette pour les cyclos dont je fais partie. Le glacier s’étend en théorie sur une longueur de 8 kilomètres, avec une largeur d’un peu plus de 1 000 mètres. Sa superficie est de 17 km2. J’écris « en théorie » car ces dimensions sont en régression permanente sous les coups de boutoir du réchauffement climatique. Les glaciologues suisses expliquent que le volume du glacier du Rhône aura diminué de moitié en 2050 et qu’il ne sera plus que de 10% en 2100.

Tel un caméléon, l’hôtel Belvédère confond sa masse grisâtre avec l’univers minéral qui l’entoure. Se dressant dans un lacet de la route d’accès au col de la Furka, il est le point de départ d’un sentier (payant) qui conduit au bord du glacier du Rhône et à la grotte de glace signalée par un panneau spectaculaire en aval du parking. Ce sentier offre de belles vues sur le lac qui s’étale devant le front du glacier. Il donne naissance au jeune Rhône qui dévale vigoureusement les premières pentes.

A l’extrémité du sentier, on atteint un univers surréaliste. Au lieu de la masse de glace à laquelle on est en droit de s’attendre, on se trouve face à une immense bâche blanche percée d’une petite ouverture. Quelques planches permettent de pénétrer dans une galerie creusée directement dans la glace. L’appellation « grotte de glace » est un peu osée. En effet, les premières dizaines de mètres font avancer entre deux murs de glace, avec un plafond constitué de la toile blanche qui étonne le visiteur. Si elle n’existait pas, la grotte n’existerait pas elle non plus. Ce n’est qu’au fond du couloir que la voûte apparaît et donne l’aspect d’une cavité creusée dans la glace. On observera au passage les bulles à l’intérieur de la glace ; elles renferment de l’air emprisonné il y a plusieurs décennies. Combien de temps cette « grotte » survivra-t-elle? Probablement pas très longtemps. Au fil des ans, j’ai vu la bâche occuper une surface de plus en plus grande, à tel point qu’elle recouvre aujourd’hui la quasi totalité du front du glacier.

Le long du sentier qui conduit à la grotte de glace, je conseille vivement de faire des haltes pour lire les panneaux explicatifs bilingues (allemand – anglais) judicieusement installés par les autorités suisses et qui évoquent le recul du glacier dans les prochaines décennies

Quand je contemple le glacier du Rhône aujourd’hui depuis l’un des promontoires qui ont été aménagés, j’ai encore en tête l’image de ce même glacier que j’ai découvert pour la première fois au mois d’août 1981. L’impressionnante masse de glace surplombait le vide et servait de toile de fond à l’hôtel Belvédère.

Aussi spectaculaire que fut cette masse glaciaire dans les années 1980, elle avait été largement dépassée par  la taille du glacier du Rhône  au cours des périodes de glaciation. Il recouvrait alors une bonne partie du sud-ouest de la Suisse avec une épaisseur pouvant atteindre 2 000 mètres! Au début du 20ème siècle, il descendait jusqu’au village de Gletsch, situé à environ 1 800 mètres d’altitude. Sa langue se trouvait alors à proximité de l’hôtel du village, un édifice aux allures de caserne militaire. Lorsque l’on grimpe le col de la Forclaz, on voit parfaitement sur la gauche de la route les moraines et les blocs déposés ou rabotées par la masse de glace.

Photos : C. & C. Grandpey

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.