Retour sur les glaciers des Alpes

Profitant des belles journées d’été du début du mois de septembre, je me suis rendu dans les Alpes françaises et suisses, histoire de constater les effets du réchauffement climatique sur quelques uns des glaciers du massif.

Ma première halte s’est faite à Chamonix. Comme les fois précédentes, j’ai pris des photos du Glacier des Bossons depuis le lac des Gaillands, avant de prendre le mythique télésiège biplace qui permet de s’approcher du front du glacier. En comparant mes photos avec celles de 2017, j’ai constaté que la situation était relativement stable. Le profil global du glacier reste le même. A noter peut-être une certaine diminution de sa largeur. Il serait aussi intéressant de savoir si l’épaisseur de la glace s’est modifiée suite à l’épisode de canicule de cet été.

Voici deux photos montrant le Glacier des Bossons en juillet 2017 et septembre 2018 :

Mon étape glaciaire suivante fut le Glacier d’Argentière que l’on atteint par le téléphérique des Grands Montets. Depuis la gare de Lochan, un sentier grimpe vers le front du glacier. Un coup de rein supplémentaire permet d’obtenir un superbe point de vue. En 2017, l’orage menaçait et j’avais dû faire demi-tour sans profiter de la vue globale sur le glacier. En montagne, on ne plaisante pas avec les orages ! Je ne peux donc pas comparer l’état de sa surface en 2018 avec celle de 2017. Une fois arrivé au point de vue, j’ai poursuivi ma randonnée en suivant le sentier qui longe le glacier et qui le traverse par la suite pour atteindre le refuge d’Argentière. Je me suis aventuré un peu sur la glace, histoire de prendre quelques photos des crevasses qui entaillent la partie frontale. Les employés du téléphérique m’ont confirmé qu’il était dangereux de s’aventurer le long des parois de la montagne à cause des risques d’éboulement. Ceux-ci sont en grande partie provoqués par la fonte du permafrost de roche qui ne joue plus son rôle de ciment. Ces employés m’ont également expliqué que le glacier avait moins fondu cette année grâce à l’épaisse couche de neige qui l’avait recouvert pendant l’hiver.

Voici quelques images du Glacier d’Argentière début septembre 2018 :

Après avoir franchi le Col de la Forclaz, je suis entré en Suisse par la superbe vallée du Valais avec ses vignes et ses vergers. La ville de Visp se trouve au carrefour de la route vers Zermatt, localité accessible uniquement par le train après avoir laissé sa voiture à Täsch. C’est un remarquable exemple de protection de l’environnement. A Zermatt, tous les taxis sont à moteur électrique. Inutile de dire que la propreté suisse règne partout, que ce soit dans les gares ou dans les trains. Ici pas de dégradations ou de tags sur les murs ! Au départ de Zermatt, un train à crémaillère permet de prendre de l’altitude, avec le Gornergrat comme gare terminale, à plus de 3100 mètres au-dessus du niveau de la mer. J’avais déjà visité le site en 1981 et sa beauté m’avait donné envie d’y revenir. 37 ans plus tard, ce fut aussi l’occasion de prendre des photos et de les comparer avec les clichés de 1981. A l’époque je n’avais qu’un reflex argentique de marque Zénith et le coût des pellicule poussait à les utiliser avec parcimonie ; on ne « mitraillait » pas à coups de smartphone !

Les sommets autour du Gornergrat dépassent les 4000 mètres, comme le Cervin ou le massif du Mont Rose. On se trouve donc au niveau de la zone d’accumulation des glaciers. C’est que qui explique que leur perte de masse à la source est moins importante qu’à des niveaux plus bas. La comparaison des photos montre toutefois une diminution des glaciers, quel que soit le point de l’horizon observé. Après une alimentation bien fournie au départ, la rivière de glace perd de sa grandeur et surtout de sa longueur, comme le montrent les arabesques tracées par les eaux de fonte. Voici quelques images comparatives entre 1981 et 2018 et quelques autres photos de ce site magnifique :

 

L’an passé, toujours dans le Valais, j’avais visité le Glacier d’Aletsch et constaté à quel point le réchauffement climatique lui avait fait perdre de l’épaisseur.

 Laissant Aletsch sur la gauche de la route au niveau du petit village de Fiesch, j’ai gravi les premières pentes du Col de la Furka pour aller jeter un coup d’œil au Glacier du Rhône qui a été l’objet de mes notes précédentes. Je ne m’y attarderai donc pas, sauf pour rappeler que sa fonte est catastrophique.

 

Au final, cette virée dans les Alpes confirme la fonte des glaciers, avec des variantes en fonction de l’altitude et de l’exposition. Le phénomène n’est pas près de s’arrêter car les températures continuent à grimper. Il est fort à craindre que dans un très court terme cette fonte glaciaire entraîne de sérieux problèmes dans les localités des vallées, ne serait-ce que pour l’alimentation en eau potable. Cet aspect a récemment été abordé par un documentaire diffusé sur ARTE à propos du massif du Saint-Gothard. (Photos: C. Grandpey)

 

 

L’agonie d’une grotte de glace // The slow death of an ice cave

Au 19ème siècle et jusqu’au début du 20ème siècle, le glacier suisse qui donne naissance au Rhône s’étendait jusqu’au fond de la Vallée de Gletsch. Quand j’ai parcouru en voiture les derniers lacets de la descente du col de la Furka en 1981, on voyait la masse impressionnante du front du glacier dominer une épingle à cheveux de la route qui descend du Col de la Furka. Une grotte de glace avait été creusée dans le glacier pour inciter les touristes à faire une halte et apporter de l’argent au Canton du Valais où se trouve le site.

Aujourd’hui, la situation a bien changé. On ne distingue plus le glacier depuis la route et il faut parcourir un sentier sur plus de 200 mètres pour atteindre la grotte et le front du glacier en pente douce à proximité duquel elle se trouve. C’est alors que l’on assiste à un spectacle hors du commun et empreint d’une grande tristesse. En bordure de la partie terminale du glacier, on distingue un impressionnant amas de bâches blanches dont le seul but est de freiner la fonte de la grotte de glace qui se dissimule en dessous.

Une visite effectuée en juillet 2017 m’avait donné l’impression que la glace à l’intérieur de la grotte fondait très vite. Une nouvelle visite début septembre 2018 m’a tout simplement donné la certitude que la grotte vit ses derniers moments. Aujourd’hui, la glace fond encore plus vite qu’en 2017 et certaines parties de la grotte laissent apparaître les bâches destinées à la protéger. Je ne vois pas comment les Valaisans réussiront à maintenir leur grotte en l’état. Il est bon de noter que cette dernière se situe bien au-dessus du niveau de la surface du glacier. Cela laisse supposer que la grotte est maintenue en vie par un apport artificiel de glace. Elle n’est absolument pas creusée dans le glacier comme celle de la Mer de Glace à Chamonix (France) qui, elle aussi, est recouverte de bâches blanches pour la protéger du réchauffement climatique. Dans un laps de temps très court, ces grottes de glace connaîtront le triste sort de celle du Glacier des Bossons dont l’exploitation touristique a cessé en 1994, faute de glace…

Malgré tout, la visite du glacier du Rhône ne manque pas d’intérêt. Le site est très beau et des panneaux explicatifs permettent de mieux comprendre à quel point le glacier a perdu de sa grandeur. Et puis, c’est ici que le Rhône prend sa source. Il s’échappe du lac qui s’est formé à l’avant du glacier et se précipite dans la vallée en donnant naissance à une belle cascade.

——————————————-

In the 19th century and until the beginning of the 20th century, the Swiss glacier located at the source of the Rhone River stretched to the bottom of the Gletsch Valley. When I drove along the last bends of the Furka Pass in 1981, I could see the impressive front of the glacier standing at the back of the Belvedere Hotel built in the heart of a hairpin bend. An ice cave had been dug in the glacier to encourage tourists to stop and bring money to the Canton of Valais where the site is located.

Today, the situation has changed. The glacier can no longer be seen from the road and you have to walk a footpath over 200 metres to reach the cave and the glacier front nearby. You are then confronted with a very unusual and sad sight. Close to the final part of the glacier, you can see an impressive mass of white tarpaulins whose sole purpose is to stop the melting of the ice cave which is concealed beneath.

A visit in July 2017 gave me the impression that the ice inside the cave was melting very quickly. A new visit in early September 2018 simply gave me the certainty that the cave is living its last moments. Today, the ice is melting even faster than in 2017 and parts of the cave show the tarpaulins to protect it. I do not see how the Valaisans will succeed in maintaining their cave in the state. It is worth noting that it is well above the level of the glacier’s surface. This suggests that the cave is kept alive by an artificial supply of ice. It is absolutely not excavated in the glacier like that of the Mer de Glace in Chamonix (France) which, too, is covered with white tarpaulins to protect it from global warming.

Nevertheless, the visit of the Rhone glacier is not lacking in interest. The site is very beautiful and explanatory panels provide a better understanding of how much the glacier has lost its size. And then, it is here that the Rhone takes its source. It comes out of the lake that formed at the front of the glacier and rushes into the valley with a beautiful waterfall.

++++++++++++++++

Voici le Glacier du Rhône vu depuis la route du Col de la Furka en août 1981:

Voici le glacier vu depuis cette même route en septembre 2018:

Voici maintenant le glacier et l’amas de bâches blanches destiné à protéger la grotte de glace:

A l’intérieur de la grotte, les bâches ne suffisent parfois plus à protéger la glace

Voici la source du Rhône….

….et ses premiers hectomètres dans la vallée:

°°°°°°°°°°°°°°°°

Voici maintenant le Glacier du Rhône tel que je l’ai photographié en juillet 2017:

Voici le glacier en septembre 2018. On remarque que son front a reculé de plusieurs mètres et que la glace est moins épaisse lorsqu’elle termine sa course dans le petit lac:

La grotte de la Mer de Glace en juillet 2017:

Photos: C. Grandpey

Grotte dans le Glacier des Bossons:

Source: Collection privée C. Boilleau

 

 

 

Les effets du changement climatique dans les Alpes (1) : Fleuves et rivières

Comme je l’ai indiqué à maintes reprises, le réchauffement climatique a un effet considérable sur les glaciers. Ceux des Alpes se réduisent à vue d’œil. Les impacts de cette fonte seront considérables dans les décennies à venir.

De nombreuses rivières qui alimentent l’Europe occidentale et centrale prennent leur source dans les Alpes et en particulier en Suisse.  La région des Alpes Suisses Centrales comprise dans un rayon de 30 km autour du Col du Saint-Gothard irrigue à elle seule quatre bassins majeurs : la Mer du Nord  par le bassin du Rhin, la Méditerranée par le bassin du Rhône, l’Adriatique par le bassin du Po, et enfin la Mer Noire par le biais de l’Inn. Plus de 150 millions de personnes vivent dans ces différents bassins.

La fonte des glaciers aura des conséquences sur le débit des fleuves et rivières. Pour un fleuve comme le Rhône, les écoulements et leur variabilité interannuelle sont influencés par l’évaporation, les précipitations, le stockage d’eau en réservoirs artificiels et les eaux de fonte de la neige et de la glace.  Pour la période de référence 1961-1990, le débit du Rhône a été fortement influencé par la fonte du manteau neigeux entre le printemps et le milieu de l’été, alors qu’après cette fonte et pendant la période généralement la plus chaude et sèche de l’été, ce sont les écoulements liés à la fonte estivale des glaciers qui continuent à assurer des quantités d’eau conséquentes dans le Rhône.

D’ici à la fin du 21ème siècle, on s’attend à de profonds changements dans les débits de la partie alpine du Rhône. En effet, les projections des modèles climatiques laissent entrevoir pour les Alpes centrales un réchauffement atmosphérique en toutes saisons, avec un décalage saisonnier des régimes de précipitations. Les débits maximaux pourraient se manifester deux à trois mois plus tôt dans l’année, à cause d’une fonte plus précoce du manteau neigeux, alors que la quantité d’eau maximale serait réduite car le volume total du manteau neigeux serait fortement restreint d’ici à 2100.

Étant donné que les glaciers risquent d’avoir presque totalement disparu d’ici la fin du siècle, il n’y aura plus cette réserve d’eau indispensable qui, dans le climat actuel, sert à éviter les étiages sévères. En situation de forte canicule et de déficits hydriques importants, comme en 2003, il est même possible qu’une rivière comme le Rhône se tarisse pendant une partie de l’été et de l’automne.

Quelle que soit la nature du changement des caractéristiques hydrologiques de nombreux cours d’eau ayant leur source dans les Alpes suisses, les changements des régimes climatiques en montagne se répercuteront dans les régions peuplées de basse altitude. Celles-ci dépendent des ressources en eau provenant des Alpes pour leurs usages domestiques, agricoles, énergétiques et industriels.

Source : Encyclopédie de l’Environnement.

Glacier du Rhône et naissance du fleuve (Phoyos: C. Grandpey)