Quand l’image traduit l’émotion….

Au mois de décembre 2017, le magazine Chasseur d’Images a sorti son n°400, événement tout à fait remarquable au moment où la presse et l’édition connaissent pas mal de difficultés. La rédaction avait décidé de consacrer dans ce numéro un chapitre aux photos qui avaient marqué ses lecteurs photographes. J’avais proposé l’une des miennes montrant un porteur de soufre sur le volcan Kawah Ijen sur l’île de Java en Indonésie. J’ai eu le plaisir de constater qu’elle a été retenue pour publication, même si mon nom a été écorché !

Le cliché remonte aux années 1990, époque où le volcan n’était pas encore assailli par des hordes de touristes. Il a été réalisé avec un film argentique Fuji Velvia 50. C’est une diapositive que j’ai scannée par la suite afin de la sauvegarder et la conserver plus longtemps. Le regard du porteur de soufre a séduit plusieurs organisateurs de concours et j’ai raconté l’histoire de cette photo dans mon livre Volcanecdotes (Ed. Un Autre Regard) aujourd’hui épuisé. Je vous en livre ici un extrait…

     Une fois les mesures [de températures des évents de soufre] terminées et prélevé un échantillon d’eau du lac, je décidai de commencer à gravir seul le sentier qui permet de rejoindre la lèvre du cratère. En procédant de la sorte, je pourrais choisir des endroits adéquats pour fixer sur la pellicule quelques uns des « forçats du soufre ».  C’est ainsi que j’emboîtai le pas à un porteur dont les pieds étaient enrubannés de chiffons en guise de chaussures. Au bout de quelques dizaines de mètres d’ascension, je perçus le souffle rauque de sa respiration. Il n’était point besoin de stéthoscope pour se rendre compte que ses poumons étaient brûlés par les gaz où se mélangent acides chlorhydrique et sulfurique. Lui aussi allait disparaître jeune, comme la plupart de ces ouvriers dont le confortable salaire a pour  contrepartie une mort précoce.

      Je laissai cet homme poursuivre l’ascension qu’il ponctuait de pauses fréquentes afin de reprendre son souffle. Je choisis un premier poste de prises de vue dans l’un des nombreux lacets du sentier. J’avais le cratère et le lac d’acide couleur turquoise en arrière-plan. Avec le bleu du ciel et une bonne lumière, je pus réaliser plusieurs clichés intéressants. Au bout de quelques minutes de prises de vues, je décidai de continuer à grimper et j’optai pour un endroit où la lumière était plus douce et l’arrière-plan plus neutre, avec en prime des volutes de nuages de gaz ; un endroit idéal pour faire des portraits. Je fixai deux ou trois porteurs sur la pellicule, leur tendant ensuite la kretek (cigarette locale) qu’ils m’avaient demandée. Comment des hommes qui travaillent dans un univers aussi nocif peuvent-ils éprouver du plaisir à s’encrasser davantage les poumons avec des cigarettes, aussi parfumées soient-elles ? 

      C’est alors qu’il apparut. Il avançait d’un pas lent, fatigué par la lourde charge qu’il tenait en équilibre sur son épaule. Il fit quelques pas sur le sentier, parallèlement au lac, puis aborda la boucle qui le ferait se diriger vers moi. A ce moment-là, il s’arrêta et me regarda, surpris semble-t-il de trouver quelqu’un à cet endroit, de surcroît un photographe. J’avais préparé l’angle et les paramètres de prise de vue depuis plusieurs secondes et je n’eus qu’à appuyer sur le déclencheur lorsqu’il cessa d’avancer. J’avais choisi un cadrage assez serré qui laisserait apparaître le buste et, cela va de soi, les paniers remplis de soufre.  La seule vue de son regard à travers le viseur m’indiqua que la photo ne serait pas banale. En appuyant sur le déclencheur, j’ai senti la richesse des sentiments qui émanaient de ses yeux : à la fois la fatigue, voire la douleur, engendrée par le travail, et l’obligation d’effectuer ce rude labeur probablement pour nourrir plusieurs bouches à la maison. J’avais l’impression que cet homme avait envie de me faire comprendre qu’il portait toute la misère du monde sur ses épaules. Une communication sans paroles, mais bien réelle… 

 Le porteur de soufre se trouve à la page 93 de la revue…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s