Négation du réchauffement climatique: L’Administration Trump persiste et signe! // Rejection of climate change : The Trump Administration will not budge !

Dans le sillage de la catastrophe provoquée par l’ouragan Harvey au Texas, l’Administration Trump semble confirmer les déclarations du Président pour qui le changement climatique est un canular. Il n’est donc pas surprenant que l’Environmental Protection Agency (EPA) vienne de rejeter l’affirmation des scientifiques selon laquelle les précipitations historiques sont liées au changement climatique en affirmant qu’il s’agissait d’«une tentative de politiser une tragédie en cours».
De la même façon que je l’ai fait dans ma dernière note sur ce blog, plusieurs scientifiques ont déclaré que les facteurs liés au réchauffement climatique ont contribué à l’augmentation des précipitations qui ont déclenché des inondations catastrophiques à Houston, tuant au moins 12 personnes et forçant des dizaines de milliers à quitter leurs maisons.
Un porte-parole de l’EPA a déclaré que «l’Agence se concentre sur la sécurité des personnes touchées par l’ouragan Harvey et apporte son soutien à l’intervention d’urgence ; elle ne tente pas de politiser une tragédie en cours». .
Un responsable de la Maison Blanche a déclaré de son côté: «À l’heure actuelle, la priorité absolue du gouvernement fédéral, alors que nous travaillons ensemble pour venir en aide aux les autorités étatiques et locales au Texas et en Louisiane, est de protéger la vie et la sécurité de ceux qui vivent dans des zones inondées».
Le président Trump a exprimé à plusieurs reprises des doutes sur le changement climatique et annoncé qu’il sortirait de l’Accord Climatique de Paris. Le 15 août, quelques jours avant l’ouragan au Texas, il a signé une ordonnance révoquant une décision de l’ère d’Obama qui prévoyait que des projets de construction de digues dans les plaines côtières inondables autour du Golfe du Mexique reçoivent une aide fédérale pour faire face aux impacts liés à l’élévation du niveau de la mer en relation avec le changement climatique. Les climatologues avaient averti que les zones côtières qui ont connu une forte croissance de leur population, devront faire face à des inondations plus sévères à mesure que les températures mondiales augmenteront.
La question est la suivante: Combien de catastrophes comme l’ouragan Katrina en Louisiane (29 août 2005) ou l’ouragan Harvey devront frapper les États-Unis pour que les autorités américaines se rendent compte que le changement climatique contribue largement à de tels phénomènes? Comme je l’ai écrit à plusieurs reprises, j’ai réalisé au cours de mes voyages à travers les États-Unis que la population a été conditionnée par le gouvernement à l’idée que le réchauffement climatique que nous connaissons fait partie d’un cycle naturel et que les activités humaines – y compris, bien sûr, les industries américaines – ne sont en aucun cas responsables.
Source: Médias américains.

—————————————-

In the wake of Hurricane Harvey’s disaster in Texas, the Trump administration seems to agree with the president’s word that climate change is a hoax. Not surprisingly, the Environmental Protection Agency (EPA) has just rejected a contention by scientists that the historic rainfall was linked to climate change, calling it “an attempt to politicize an ongoing tragedy.”

Like I did in my previous post, several scientists have said that factors related to global warming have contributed to increased rainfall which has triggered catastrophic flooding in Houston, killing at least 12 people and forcing tens of thousands from their homes.

An EPA spokesman declared that « EPA is focused on the safety of those affected by Hurricane Harvey and providing emergency response support – not engaging in attempts to politicize an ongoing tragedy. »  .

A White House official said: « Right now, the top priority of the federal government as we work together to support state and local authorities in Texas and Louisiana is protecting the life and safety of those in impacted areas. »

President Donald Trump has repeatedly expressed doubts about climate change and has announced he would pull out of the Paris climate agreement. On August 15th, days before the Texas storm, he signed an executive order revoking an Obama-era rule requiring projects built in coastal floodplains around the Gulf of Mexico receive federal aid to account for the impacts of sea-level rise related to climate change.

Climate scientists have said that coastal areas, which have seen a surge in population growth, can expect to grapple with more severe flooding as global temperatures rise.

The question is : How many disasters like Hurricane Katrina in Louisiana (August 29th, 2005) or Hurricane Harvey, will have to strike the U.S. to make American authorities realise that climate change largely contributes to such events? As I put it several times before, I have realised during my trips across the U.S. that the population has been conditioned by the government to the idea that the current global warming is part of a natural cycle and that human activities – which include American industries – are by no means responsible for it.

Source: American news media.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Négation du réchauffement climatique: L’Administration Trump persiste et signe! // Rejection of climate change : The Trump Administration will not budge ! »

  1. Re-bonjour Claude,
    Désolé de vous avoir ainsi « énervé » avec mon commentaires un peu choc, mais tout à fait sincère relativement à l’ouragan Harvey.
    Bien qu’aujourd’hui, ce soit au tour de Bombay d’avoir à se dépêtrer des inondations colossales, cela ne fait vraiment pas la une des médias si humains et pleins de compassions avec le Texas.
    Bref, je suis en train de réfléchir à ce que mes observations relative au climat et notamment celui dans lequel nous baignons en ce moment en France, posent comme questions de fond quand à l’origine réelle de son trouble. Mais je n’ai vraiment pas le temps en ce moment de développer.
    Très bonne soirée
    Amitiés

    J'aime

  2. Bonjour,

    L’administration américaine actuelle adopte un système de défense classique : nier, nier et nier. Nier les faits, nier sa propre responsabilité. Renversement du coupable à la victime, la faute à des [scientifiques] complotistes qui les accablent de choses qui n’existent évidemment pas pour eux. Tel le ministère de la Vérité de « 1984 », cette administration s’emploi même à ne plus utiliser certains termes fâcheux pour employer de la doublepensée : http://www.huffingtonpost.fr/2017/08/09/quand-trump-veut-censurer-le-terme-de-changement-climatique_a_23071859/

    Bref. L’inde était en proie a des vagues de chaleurs meurtières plus précoces en avril cette année (des températures avoisinnant les 46°C, sans compter l’humidité). Ce pays sera l’une des zones de ce monde qui deviendront inhabitable d’ici un siècle : https://global-climat.com/2017/08/17/lasie-du-sud-en-proie-a-une-chaleur-intolerable-dici-2100/

    J'aime

    1. Bonjour,
      La politique négationniste de l’administration américaine en matière de réchauffement climatique est bien connue. Elle est celle que vous rappelez. S’agissant de l’Inde, Bombay connaît en ce moment des inondations catastrophiques, mais personne ou presque n’en parle. Comme vous le dites fort justement, l’Inde sera un des premiers pays où la chaleur rendra la vie impossible, avec les migrations de populations que l’on peut imaginer. Vers où? That is the question que personne ne veut anticiper. On observe en ce moment de grosses anomalies thermiques sur la planète. En mai, je me trouvais à Phoenix (Arizona) où le thermomètre montait à 41°C à l’ombre, ce qui est tout à fait anormal en cette période de l’année Nous connaissons en France des canicules de plus en plus fréquentes, mais il fait beau, les gens vont à la plage; bref, tout va bien! Merci pour votre commentaire. Très cordialement. Claude Grandpey

      J'aime

      1. Bonjour Veulette,
        Juste une petite diversion,
        En parlant « Président », il faut bien reconnaitre qu’après n’avoir eut de cesse de dénigrer les talents de nôtre « ex », force est de lui reconnaitre tout de même avoir su faire de la COP21 un point de référence international et suffisamment puissant, nouveau et incontournable pour inquiéter les Etats unis au point de porter au sommet de leur état un si zélé détracteur.
        Comme quoi, nul n’est vraiment tout mauvais ou tout bon.
        Cordialement
        Pierre Chabat

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s