Bons baisers d’Alaska (8) // From Alaska with love (8)

Comme je l’ai indiqué dans ma note précédente, le tourisme et l’or sont les principales ressources économiques de Dawson. Le minerai est essentiellement exploité dans Bonanza Creek où les pelleteuses et autres bulldozers remplacent depuis longtemps l’exploitation traditionnelle en bouleversant considérablement la morphologie de cette petite vallée. L’exploitation artisanale à force de pelles, pioches, sluices, etc.n’a duré que quelques années (entre 1896 et 1906) avant que les grosses dragues fassent leur apparition. La dernière d’entre elles (la n°4) trône toujours au milieu de Bonanza Creek et fait désormais partie des monuments historiques canadiens.
Il faut savoir que la plupart des milliers de chercheurs arrivés en 1898 lors du pic du Gold Rush se sont vite rendus compte que les meilleures places étaient déjà prises et qu’ils ne pourraient guère s’enrichir avec l’or qu’ils espéraient trouver. Ils se sont alors recyclés et ont proposé leurs services aux nouveaux arrivants, ce qui leur apporta plus de revenus que le peu d’or qu’ils auraient peut-être trouvé. Les autres chercheurs ont pris la direction de Nome, sur la côte ouest de l’Alaska, où de nouveaux gisements venaient d’être découverts. Avec leur départ, Dawson perdit de son aura et son économie déclina rapidement…
Dawson City – où vient de tomber la première neige – marque le point le plus septentrional de mon voyage. Je vais maintenant rouler en direction de l’Alaska avec une étape finale à Anchorage où je prendrai l’avion pour rejoindre la France via Seattle et Londres. A bientôt donc!

TVB.

Sluice

Lavage de l’or ‘à l’ancienne’ à l’aide d’un sluice

Dredge

La drague n°4, aujourd’hui monument historique

Claim

Concession à vendre. Vous avez même le numéro de téléphone du propriétaire. Avis aux amateurs!

(Photos:  C.  Grandpey)