A propos des feux d’artifice…

Malgré une pétition visant à annuler le feu d’artifice du Nouvel An de Sydney (Australie) et à attribuer aux pompiers le budget (4 millions d’euros) dédié à cet événement, le spectacle aura bien lieu, pour des raisons purement économiques. On le sait depuis longtemps, l’environnement ne saurait lutter contre l’argent ! L’annulation du feu d’artifice nuirait gravement à l’économie de Sydney. Cela gâcherait les plans de dizaines de milliers de personnes de tout le pays et de l’étranger qui ont réservé des vols, des hôtels et des restaurants pour le réveillon. Pour se disculper, les autorités de Sydney indiquent que les pompiers volontaires qui combattent les flammes recevront une compensation financière.

Lorsqu’ils poussent des cris de joies devant les belles bleues ou les belles rouges, les gens ne réalisent pas que ces fusées multicolores contiennent un cocktail de produits chimiques particulièrement polluant. Comme on peut le lire sur le site web Futura Science, un feu d’artifice est essentiellement constitué de poudre noire servant de combustible, composée de charbon, de soufre et de salpêtre, ainsi que d’un agent oxydant, le plus souvent du perchlorate de potassium. On trouve aussi des particules fines métalliques qui confèrent leurs couleurs éclatantes aux feux d’artifice. Le bleu provient par exemple du cuivre, le rouge du strontium ou du lithium, et le vert vif ou le blanc du baryum.

Les millions de particules fines générées par les feux d’artifice génèrent une importante pollution, bien plus élevée que celle due à la circulation automobile. La combustion de la poudre noire en particulier entraîne un important dégagement de CO2. Un feu d’artifice comme celui du 14 juillet avec 30 tonnes de poudre projette ainsi dans l’atmosphère 14,7 tonnes de CO2, l’équivalent d’un trajet de 67.000 km en voiture essence ! Ce n’est pas tout ! Lorsqu’elles retombent sur le sol, les poussières vont aussi contaminer les sols et les rivières.

Depuis quelques années, les artificiers tentent de réduire l’impact environnemental des feux d’artifice. Les spectacles modernes utilisent maintenant de l’air comprimé pour propulser les engins pyrotechniques et les perchlorates peuvent être remplacés par des composés azotés. Pour éviter ces désagréments, on pourrait aussi remplacer les feux d’artifice par des spectacles son et lumière ou des vols de drones en essaims, ce qui serait tout aussi époustouflant.

Mais pour le Nouvel An, tout est permis, n’est-ce pas ? Attendons de voir combien de voitures seront brûlées, une autre forme de feu d’artifice polluant qui viendra parachever la fête…

Photo: C. Grandpey

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.