Ol Doinyo Lengai (Tanzanie)

Une équipe de 4 Norvégiens a tenté une approche du cratère le 14 janvier dernier. Ils terminaient l’ascension (montée très pénible de six heures et particulièrement difficile sur les 200 derniers mètres) et se trouvaient à une cinquantaine de mètres du sommet quand le volcan est entré dans une phase éruptive violente avec projection de matériaux. La visibilité au sommet était tellement réduite par les gaz que l’équipe et le guide décidèrent de redescendre un peu, ce qui leur a probablement sauvé la vie. En effet, après une dizaine de minutes de descente, ils entendirent un bruit fracassant et se retrouvèrent sous une pluie de bombes dont certaines avaient la taille d’un ballon de football. Evitant tant bien que mal les fractures dans le sol, ils se précipitèrent vers le pied du volcan, dévalant en une heure la pente qu’ils avaient gravie en six heures ! Hormis quelques blessures, l’équipe est sortie indemne de cette expédition qui montre que le Lengai est particulièrement instable en ce moment. Les dernières photos diffusées sur le site de Fred Belton (http://www.mtsu.edu/~fbelton/latestnews.html) et sur le blog d’un des membres de l’expédition (http://www.vgb.no/14423/perma/280695) révèlent que le sommet – souvent recouvert par les gaz – est percé par un énorme gouffre et recouvert d’une épaisse couche de cendre grise. Les hornitos et les coulées de carbonatite semblent faire partie du passé !
Un groupe français de passionnés de volcanologie doit se rendre sur le Lengai en février. La situation actuelle invite à la plus grande prudence. Il semble actuellement très risqué de bivouaquer au sommet dont le sol est d’ailleurs peu propice au camping.