Un volcan sous l’Antarctique?

6859e76bd2ed5461ad186e309a51f891.jpgSelon des scientifiques du British Antarctic Survey, une violente éruption aurait eu lieu sous la banquise de l’Antarctique occidental il y a quelque 2000 ans et il se pourrait même que le volcan soit encore actif actuellement. L’éruption aurait profondément entaillé la glace et généré un panache de 12 km d’altitude. Le volcan, situé dans les Hudson Mountains, serait entré en éruption en 207 avant J.C. (+ ou – 240 ans).
Ces affirmations s’appuient sur un relevé géophysique aérien effectué par une mission britannique et américaine en 2004-2005, qui a utilisé le radar pour étudier et cartographier les fonds marins sous la banquise dans ce secteur. Les scientifiques ont détecté une anomalie de réfléchissement radar sur une surface de 23000 km2. Selon eux, il s’agirait d’une épaisse couche de cendre, de roche et de verre volcanique rejetés pendant l’éruption qui fut probablement la plus importante des 10 000 dernières années. Elle s’est produite à proximité du volumineux glacier de Pine Island dont l’avancée dans la mer s’est brutalement accélérée au cours des dernières décennies. Il se peut que la chaleur du volcan sous-marin ait contribué à cette accélération, mais les scientifiques sont persuadés que le réchauffement global de la planète – accompagné d’une hausse de température des océans – est la cause la plus probable de ce phénomène.

25502544d7a4f6305af534fcbca66267.jpgAccording to scientists from the British Antarctic Survey, a powerful volcano might have erupted under the icesheet of West Antarctica around 2,000 years ago and it might still be active today. The explosive event punched a massive breach in the ice and probably generated a plume some 12,000 metres into the sky.
The volcano, located in the Hudson Mountains, blew around 207 BC, plus or minus 240 years. Evidence for this comes from a British-American airborne geophysical survey in 2004-2005 that used radar to delve deep under the ice sheet to map the terrain beneath. The team spotted anomalous radar reflections over 23,000 square kilometres. They now interpret this signal as being a thick layer of ash, rock and glass that the volcano spewed out during the eruption which was probably the biggest one in Antarctica during the last 10,000 years.
The eruption occurred close to the massive Pine Island Glacier, an area where movement of glacial ice towards the sea has been accelerating alarmingly in recent decades. It may be possible that heat from the volcano has caused some of that acceleration, but global warming and the warming of ocean waters is by far the greater likelier cause.