Etna et Stromboli (Sicile / Italie)

A l’approche des vacances, je reçois de nombreux messages me demandant le niveau d’activité sur les volcans siciliens, en particulier l’Etna et le Stromboli.
Sur l’Etna, c’est très simple. Hormis les habituels nuages de vapeur et de gaz au niveau des cratères, il ne se passe rien de particulier et la sismicité est actuellement à son niveau le plus bas.
Que je sache, il n’y a pas d’interdiction particulière d’accès concernant la zone sommitale. Cela n’empêche pas de prendre les précautions d’usage : Ne jamais s’aventurer vers les cratères par mauvais temps (le brouillard peut arriver très vite avec une visibilité nulle, même au mois d’août !!) et encore moins si l’orage menace (attention, danger extrême !! La Volcanecdote « Mort sur le volcan » n’est pas de la fiction!). Il va de soi que les personnes qui ne connaissent pas le volcan devront prendre un guide pour visiter le sommet. Il est facile de se perdre sur le volcan !

Le Stromboli est relativement calme lui aussi. Des observations effectuées au sommet par l’INGV pendant toute la journée du 30 juin avec une caméra thermique ont permis de relever une moyenne de 6 ou 7 explosions par heure à partir des 2 bouches méridionale et septentrionale. Les matériaux expulsés étaient essentiellement des cendres fines dont la hauteur ne dépassait pas la centaine de mètres. Une projection de matériaux plus gros a été observée, mais un tel événement semble encore assez rare. Il ne semble donc pas y avoir grand-chose à se mettre sous l’objectif photo pendant la nuit.
Si vous allez à Stromboli cet été, pensez à m’adresser un petit courrier électronique pour me dire ce que vous avez vu… !
De jour, l’accès reste limité à 400 mètres d’altitude, uniquement avec les guides.
Je conseille personnellement à ceux qui se rendent sur l’île d’en profiter pour en faire le tour dans un bateau de pêcheurs. C’est une virée sympa, avec de belles vues au passage sur toute la Sciara del Fuoco et le Strombolicchio.
A noter que depuis le 3 juillet, la webcam à 400m d’altitude (braquée vers le sommet) et la webcam infrarouge placée sur le Pizzo (avec vue sur le cratère) fonctionnennt à nouveau. Elles sont accessibles via le site de l’INGV. La caméra infrarouge montre que le sommet s’est considérablement modifié au cours des derniers mois.