Reykjanes 2021 et Krafla 1989

Beaucoup de gens s’attendaient à – que dis-je espéraient ! – une nouvelle éruption dans la région du Fagradalsfjall sur la Péninsule de Reykjanes. La sismicité a recommencé à s’intensifier quelques heures après la fin officielle de l’éruption passée. Des déformations du sol ont également été détectées sur des images satellites. Toutes les conditions semblaient réunies pour que la lave perce la surface. Des scientifiques islandais ont expliqué que la sismicité et la déformation étaient causées par une intrusion magmatique latérale.
Cependant, Mère Nature en a décidé autrement et n’a pas tenu compte des attentes de ceux qui piaffaient d’impatience. La sismicité a diminué au cours des derniers jours et il semble que la perspective d’une nouvelle éruption s’éloigne. Cependant, il faut être très prudent car la sismicité pourrait recommencer et déclencher l’éruption tant attendue.
Cette situation sur la Péninsule de Reykjanes me rappelle celle que j’ai vécue en 1989 dans la région du Krafla, au nord-est de l’Islande. Le volcan était entré en éruption pour la dernière fois en septembre 1984 et une inflation intermittente était enregistrée depuis début 1985. Lorsque j’ai visité la région, la sismicité était élevée et pendant la nuit, je pouvais ressentir des ondes de choc dans le sol dans le camping de Reykjalid. Une nuit, une secousse fut si forte que j’ai grimpé la colline près du camping pour voir si une éruption avait commencé. Dans le même temps, le sol présentait une inflation et le soulèvement était important autour de la centrale géothermique. J’ai passé une journée de plus dans la région de Myvatn, avec l’espoir de voir le début d’une éruption. Mais finalement rien ne s’est passé et il n’y a pas eu d’éruption. La sismicité a diminué et la zone est entrée dans une phase de déflation. De retour chez moi, j’ai eu la chance de rencontrer le regretté Maurice Kraftt qui présentait un film extraordinaire (avec des images fantastiques du St Helens) dans un cinéma de Limoges. Nous avons discuté après la représentation et il m’a expliqué que l’éruption avait avorté. La situation est peut-être identique en ce moment sur la Péninsule de Reykjanes…

———————————————

Many people expected a new eruption in the Fagradalsfjall area on the Reykjanes Peninsula. Sismicity started being intense again a few hours after Icelandic authorities declared the past eruption over. Ground deformation was also detected on satellite images. It seemed the situation was ready for lava to pierce the surface. Icelandic scientists explained that both seismicity and deformation were caused by a lateral magma intrusion.

However Mother Nature decided otherwise and did not care for people’s expectations. Seismicity has been subsiding over the past days and it seems the prospect of a new eruption is moving away. However, one should be very careful as seismicity might start again and trigger the long awaited eruption.

This situation on the Reykjanes Peninsula reminds me of the one I lived in 1989 in the Krafla area, in NE Iceland. The volcano had last erupted in September 1984 and intermittent inflation had been recorded since early 1985. When I visited the area, seismicity was elevated and during the night, I could feel shockwaves in the gound while camping in Reykjalid. One night, a tremor was so strong that I climbed the hill near the campsite to see if an eruption had started. In the meantime, the ground had been inflating and the uplift was significant around the geothermal plant. I spent one more day in the Myvatn area, with the hope to see the start of an eruption. But in the end nothing happened and there was no eruption. Seismicity declined and the area started to deflate. Once back home, I was fortunate to meet the late Maurice Kraftt who presented a fantastic film in a cinema of Limoges. I met him after the performance and he explained me that the eruption had aborted. It might juste be the same right now on the Reykjanes Peninsula…

Inflation et déflation in 1989 dans la région du Krafla (Source : Eysteinn Tryggvason)

Fissure éruptive du Krafla (Photo: C. Grandpey)