Escapade à Tenerife (Iles Canaries) [suite]

Le centre de Tenerife est occupé par le massif du Teide que j’ai atteint au départ de Santa Cruz de Tenerife en empruntant la route TF 24 qui longe la dorsale volcanique de l’île en faisant traverser des zones boisées très agréables. Au bout de quelques dizaines de kilomètres, on sort de la forêt et de l’humidité ambiante qui la baigne souvent en début de journée et on se retrouve au-dessus des nuages avec un ciel d’un bleu vif sur lequel se détache le Pico del Teide. Alors que la route s’élève, le paysage devient de plus en plus désertique. A noter, comme le fait remarquer Maurice Krafft, un extraordinaire affleurement de ponce phonolitique en provenance du secteur de Las Canadas au kilomètre 32. La région du Teide fait ensuite alterner les dépôts de ponce et de lapilli, les coulées de lave basaltique ou celles, plus visqueuses, d’obsidienne phonolitique, même si cette dernière n’a pas la pureté de son homologue de Lipari dans les Iles Eoliennes.

Le clou du spectacle se trouve, bien sûr, au sommet du Teide auquel on accède d’abord par le téléférique, puis à pied par un chemin bien tracé. L’ascension est rendue plus difficile par le manque d’oxygène (le sommet proprement dit culmine à 3718 mètres) que par la pente. Il faut une autorisation pour l’assaut final et de bonnes chaussures sont fortement recommandées. J’aimerais connaître le nombre d’entorses de chevilles recensé par les services de secours. Je n’arrive pas à comprendre que des femmes s’aventurent sur ce terrain en escarpins ou en nu-pieds! Que dire des couples qui se risquent à plus de 3000 mètres d’altitude avec un nouveau-né sur les épaules? Le cratère sommital du Teide n’est pas immense avec 70 mètres de diamètre mais l’odeur de soufre qui s’en échappe, l’altération des roches et les taches jaunes à la surface du sol rappellent que nous sommes sur un volcan actif. Il est également intéressant d’emprunter le sentier qui conduit au mirador du Pico Viejo, théâtre de l’éruption de 1798. Cette dernière, éruption latérale, est partie d’une fracture sur le versant occidental et l’aspect des coulées n’a guère varié depuis leur mise en place.

En empruntant la route vers Chio, on passe à proximité de nombreux cônes adventifs. Une halte près de ceux de Samara et Chinyero permet d’accéder aux coulées nées de la dernière éruption de novembre 1909.

D’autres sites méritent une visite, comme Los Azulejos où la couleur de la roche passe du vert au mauve, ce qui n’est pas sans rappeler la Palette de l’Artiste dans la Vallée de la Mort en Californie. Ceux qui tiennent absolument a faire une photo ressemblant à la carte postale traditionnelle du Teide feront une halte aux Roques de Garcia.

Teide-00

Première vue du massif du Teide au sortir de la forêt en venant de Santa Cruz avec, au premier plan des tajinastes, plantes endémiques à Tenerife

Teide-01

Superbe dépôt de ponce au kilomètre 32

Teide-02

Le versant sud du Pico del Teide

Teide-03

Le cratère sommital du Teide

Teide-04

Vue sur le Pico Viejo, siège de l’éruption de 1798

Teide-05

La coulée de 1798, sur le versant ouest du Pico Viejo

Teide-06

Fracture éruptive de 1798

Teide-07

Cratère de Samara, source de l’éruption de novembre 1909

Teide-08

Vue sur la dernière coulée de 1909

Teide-09

Couleurs de Los Azulejos

(Photos:  C.  Grandpey)

Une réflexion au sujet de « Escapade à Tenerife (Iles Canaries) [suite] »

    1. Pas besoin d’aller à Santa Cruz pour obtenir l’autorisation. Elle est facilement récupérable sur Internet avant le départ pour les Canaries. Il suffit de choisir son jour d’ascension et sa plage horaire. En plus, c’est gratuit. Par contre, le téléphérique est payant et assez cher (25 euros par personne pour l’aller-retour).

      J'aime

      1. Effectivement l’accès au pic est gratuit et réservable sur internet. Pour ceux qui veulent éviter le téléphérique et ses touristes, je vous conseille de garer votre voiture sur le petit parking de la « Montaña Blanca » et de faire une randonnée qui vous emmènera tout en haut du Teide (1600m de dénivelé positif) et ainsi découvrir « los huevos del Teide » (les oeufs du Teide) au passage.
        Ceux qui sont motivés par un lever de soleil peuvent partir de nuit et avec la frontale en prévoyant bien le temps de trajet (environ 5 Heures) pour arriver à temps sans attendre 1 heure car il peut faire très froid là-haut (même l’été). Pour les autres, et pour plus de sérénité, il existe la possibilité de dormir au refuge « Alta Vista » (réservation nécessaire auparavant) qui ne fournit pas d’eau potable… A savoir…

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.