Le Café des Amis !

Basée à Limoges (Haute Vienne), RTF – Radio Trouble Fête est la plus ancienne radio associative du Limousin. Créée au printemps 1980, elle émet sur la fréquence 95.4 et présente un bon choix de programmes que vous pourrez consulter plus en détail en cliquant sur ce lien :

https://www.rtflimoges.com/

Parmi ces programmes figure « Le Café des Amis » diffusé tous les dimanches entre 14 heures et 16 heures. Animé par Pierre Lajudie, il propose différentes chroniques ayant pour thème la culture, la littérature, la musique…, avec des invités dont j’ai le plaisir de faire partie.

Si voue ne pouvez écouter la diffusion en direct, il suffit de vous rendre sur le site web de RTF et de cliquer sur le lien ci-dessous où vous trouverez les podcasts – autrement dit les enregistrements – des différentes émissions.

https://www.rtflimoges.com/radio-rtf-limoges-emmission-26-le-caf-des-amis

Ainsi, le 22 novembre 2020, j’ai fait voyager les auditeurs entre les trous de glace de l’Auvergne et les grottes de glace de l’Etna. Dans d’autres chroniques, passées et à venir, Yellowstone, le Stromboli, l’Islande, entre autres, sont aussi évoqués, ainsi que ma première rencontre avec Haroun Tazieff….

Bonne écoute !

Les glaciers à Limoges le 13 octobre 2020 !

Je présenterai le mardi 13 octore 2020 une conférence intitulée « Glaciers en péril – Les effets du changement climatique » dans le cadre de l’UTA de Limoges ( Haute-Vienne. Elle aura lieu à 15 heures à lEspace Simone Veil, 7 rue de la Providence.

Tempêtes, glissements de terrain et autres catastrophes naturelles se multiplient. Elles sont souvent la conséquence du changement climatique.
Lors de ses voyages à travers le monde pour étudier les phénomènes volcaniques, j’ai eu l’occasion de parcourir des terres nordiques – en particulier l’Islande, le Canada et l’Alaska – et de me rendre compte de l’impact du réchauffement climatique sur les glaciers. L’approche terrestre et les survols ne laissent pas le moindre doute sur leur recul. Plus près de nous, dans les Alpes, les glaciers sont en passe de devenir une espèce en voie de disparition.
Aucun continent ne semble épargné, pas plus l’Afrique et les neiges du Kilimandjaro que l’Asie avec la chaîne himalayenne. Une prise de conscience est urgente, faute de quoi notre société sera confrontée à de graves problèmes.
Mon exposé se poursuivra avec un diaporama d’une vingtaine de minutes, en fondu-enchaîné sonorisé, illustrant la situation glaciaire en Alaska.

A l’issue de la séance, les spectateurs pourront se procurer mon dernier ouvrage « Glaciers en péril, les effets du réchauffement climatique », avec un CD de 160 photos. Prix de vente : 10 euros.

Photo : C. Grandpey

Températures : Octobre 2018 en deuxième position // October 2018 comes second

Selon les dernières estimations de la NASA, le mois d’octobre 2018 a été le deuxième plus chaud depuis le début des relevés effectués par l’Administration en 1880.

Avec 0,99°C au-dessus de la moyenne 1951-1980, l’anomalie relevée en octobre 2018 est en nette hausse par rapport à septembre où elle était de 0,74°C. Seul le mois d’octobre 2015 marqué par l’émergence d’un super El Niño est devant. Pour l’année en cours (entre janvier et octobre), 2018 est à 0,82°C

Les cinq mois d’octobre les plus chauds depuis 1880 ont tous été observés ces cinq dernières années. Sur les 100 dernières années, le rythme du réchauffement est de 0,09°C par décennie. Depuis 1998, on note une accélération de 0,26°C par décennie. On peut voir ci-dessous la tendance de long terme au réchauffement sur 10 ans, avec un lissage qui apparaît à travers la courbe rouge.

Selon la NASA, la température globale devrait continuer à augmenter dans les mois à venir, surtout à partir de la fin d’année, avec la montée en puissance des effets d’El Niño, trois ans après le précédent événement. Les températures de surface de la mer sont  en train de remonter dans l’océan Pacifique central et oriental. Le record de 2016 a été favorisé par El Niño avec un soutien également du soleil (1 à 2 ans après le maximum solaire). A l’inverse, 2019 sera marquée par un minimum solaire.

Des anomalies régionales extrêmes ont été observées dans l’hémisphère nord en octobre 2018, notamment en Arctique et en Sibérie avec +6 à 8°C, alors que la NASA relève -2 à -3°C en Amérique du Nord. La cause est une anomalie atmosphérique transportant de l’air chaud dans une orientation nord-est sur l’Asie et un air arctique descendant sur l’Amérique du Nord. L’anomalie pour l’hémisphère nord a été de 1,21°C en octobre, juste derrière le record de 2015 (1,25°C). A la surface des terres, octobre 2018 est au même niveau que 2015.

Par rapport à la période 1880-1899, l’anomalie a été de 1,16°C en octobre 2018. Lors de la COP21 de Paris, un accord a été obtenu pour contenir le réchauffement sous les 2°C, voire 1,5°C si possible. Ce dernier niveau avait été dépassé en février 2016 avec 1,6°C.

Source : NASA, global-climat.

++++++++++

Ici, c’est Limoges!

Selon les services météo, depuis le mois de janvier, 2018 est l’année la plus chaude des 46 dernières années en Limousin. Le soleil a régné en maître tout au long du mois, ou presque, profitant de la présence d’un puissant anticyclone au-dessus du pays. Au total, il a brillé 50 heures de plus que la moyenne habituelle, soit presque 40 % d’excédent. Ce nouveau record fait d’octobre 2018 le plus ensoleillé depuis 1991, année des premières mesures à Limoges. La situation dans le département de la Haute Vienne est très homogène, avec à peine quelques dizaines de minutes d’ensoleillement d’écart entre les différents centres de mesures.

Avec autant d‘ensoleillement, les précipitations du mois d’octobre ont été faibles et la sécheresse s’est installée en Limousin. Avec 118 mm en moyenne, le déficit atteint 50 % dans le sud et l’ouest du département, et jusqu’à 70 % à Limoges. Il a non seulement très peu plu en octobre, à peine le tiers des précipitations habituelles, mais la situation dure depuis des mois.

Côté thermomètre, les températures ont été très supérieures à la normale pendant les deux premières décades, jusqu’à +5°C. La journée la plus chaude a été le 12 octobre, lors de laquelle on a frisé les records avec, par exemple, 28°C à Limoges-ville.
De manière globale, sur la période entre janvier et fin octobre, 2018 est l’année la plus chaude qu’on ait connue à Limoges depuis 46 ans, devant 1997 et 2003. Cela représente une température supérieure de 1,5°C à la moyenne habituelle sur cette même période.

———————————————-

According to NASA’s latest estimates, October 2018 was the second warmest month since records were first taken by the Administration in 1880.
With 0.99°C above the 1951-1980 average, the anomaly recorded in October 2018 is significantly higher than in September when it was 0.74°C. Only the month of October 2015 marked by the emergence of a super El Niño is ahead. For the current year (between January and October), 2018 is at  0.82°C
The five warmest October months since 1880 have all been observed in the last five years. Over the last 100 years, the rate of warming is 0.09°C per decade. Since 1998, there has been an acceleration of 0.26°C per decade. The long-term trend of warming over 10 years can be seen below, with smoothness appearing with the red curve.
According to NASA, the global temperature should continue to increase in the coming months, especially from the end of the year, with the rise of El Niño effects, three years after the previous event. Sea surface temperatures are rising in the central and eastern Pacific Ocean. The 2016 record was favored by El Niño with support also from the sun (1 to 2 years after the solar maximum). Conversely, 2019 will be marked by a solar minimum.
Extreme regional anomalies were observed in the northern hemisphere in October 2018, especially in the Arctic and Siberia with 6 to 8°C, while NASA records -2 to -3 ° C in North America. The cause is an atmospheric anomaly carrying warm air in a northeasterly direction over Asia, and Arctic air descending over North America. The anomaly for the northern hemisphere was 1.21°C in October, just behind the record of 2015 (1.25°C). On land surface, October 2018 is at the same level as 2015.
Compared to the period 1880-1899, the anomaly was 1.16 ° C in October 2018. At the COP21 in Paris, an agreement was reached to contain warming below 2°C, or 1, 5°C if possible. This last level was exceeded in February 2016 with 1.6°C.
Source: NASA, global-climat.

Source: NASA

Limoges: Voyage au pays de l’ours

J’aurai le plaisir d’intervenir dans le cadre de l’Université Tous Ages de Limoges le jeudi 12 novembre, à 15 heures, annexe 3 Blanqui, à Limoges pour un « Voyage au pays de l’ours. » La séance est ouverte aux adhérents, ainsi qu’aux personnes extérieures, moyennant un petit droit d’entrée.
Ma précédente intervention dans le cadre de l’UTA avait pour thème les volcans et les risques pour les populations. C’est en parcourant certains d’entre eux – en particulier en Alaska – que je suis entré dans le monde des ours.
Mon intervention se poursuivra avec une petite vidéo afin de faire pénétrer par l’image dans un univers que j’aime beaucoup.
A l’issue de la séance, le public pourra acquérir l’ouvrage Dans les pas de l’ours écrit conjointement avec Jacques Drouin et paru aux Editions Séquoia en février 2015.

Ours-Alaska

Photo: C. Grandpey

« Lire à Limoges » ou la ségrégation des auteurs

C’est la première fois que je vois cela : un salon du livre qui fait le distinguo entre auteurs régionaux et auteurs « vus à la télé », ceux qui attirent les badauds plus que les lecteurs. C’est pourtant la politique adoptée par « Lire à Limoges », manifestation annuelle qui, même si elle n’a pas l’envergure que la « Foire du Livre » voisine de Brive-la-Gaillarde, a le mérite d’exister et de mettre le public en contact avec des écrivains.

Invité à « Lire à Limoges » 2015 suite à la parution du livre Dans les pas de l’ours dont je suis le co-auteur avec l’ami Jacques Drouin, j’ai eu la surprise de découvrir que je ne serais admis que le vendredi – journée la moins attractive pour des raisons évidentes – alors que la manifestation inclut également le samedi et le dimanche. Ce détail de présence n’était, bien sûr, pas mentionné sur la lettre d’invitation. Je l’ai découvert en consultant la liste des participants. La chose se fait en douce, ce qui n’est pas très élégant.

Il est facile de conclure que les organisateurs privilégient les auteurs qui sont le plus susceptibles d’attirer le public et donc qui leur permettent ensuite de clamer que « Lire à Limoges » a connu un grand succès. Personne n’ira vérifier les chiffres de ventes communiqués par les libraires de Limoges qui, soit dit en passant, semblent très frileux pour mettre dans leurs rayons les ouvrages d’auteurs locaux. A l’heure où beaucoup d’enseignes sont en train de mourir, une telle attitude revient à se tirer une balle dans le pied. Il faut se rendre à l’évidence : Beaucoup (pour ne pas dire la plupart) de visiteurs viennent à « Lire à Limoges » pour voir de leurs propres yeux des gens qu’ils ont vu à la télé et dont – smartphones aidant – ils pourront conserver le portrait sur leurs tables de nuit. Pas sûr qu’ils achètent les ouvrages qui, pour un certain nombre, ont été rédigés par des nègres suite à des entretiens enregistrés. Je n’ai remarqué que très peu de sacs en plastique (merci pour la pollution !) contenant des livres aux mains des visiteurs.

Je n’apprécie guère la façon de procéder des organisateurs de « Lire à Limoges ». Si on invite des auteurs, c’est pour l’ensemble de la manifestation. Procéder autrement relève du mauvais goût. J’étais présent sur le site Cultura le vendredi et je me suis aperçu que ma place devait être occupée le samedi et le dimanche par des personnages comme Raymond Domenech, un des artisans du fiasco de l’équipe de France à la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud. En tant qu’ancien footballeur, cela me fait doucement rigoler. Je suis d’autant plus amer que j’ai constaté que Domenech, tout comme Michel Denisot (avec qui je pensais partager des souvenirs de lycée) était aux abonnés absents lors de mes passages à leurs stands le samedi et le dimanche. Belle mentalité, non ?

Dans le même état d’esprit, il faut remarquer que bon nombre d’associations ne sont plus invitées à participer à la fête du livre limougeaude qui se veut un événement éminemment culturel.

Le prochain salon auquel je participerai sera « Chapitre Nature » au Blanc, dans l’Indre. Il est certes plus modeste que « Lire à Limoges » mais je suis invité pendant trois jours  (du 14 au 16 mai), avec remboursement des frais de déplacement et de restauration. Sympa, non ?

Le Festival International de Photo de Montier-en-Der au mois de novembre a une autre envergure que « Lire à Limoges ». J’y serai du jeudi 19 au dimanche 22 avec une exposition d’images sur les glaciers et les ours d’Alaska. Tous les exposants sont présents pendant ces quatre jours. J’aurais du mal à imaginer un décrochage de mes photos le premier jour et leur remplacement par celles d’un autre photographe les jours suivants. A Limoges, c’est différent… !

A côté de ces propos acerbes, je tiens à remercier chaleureusement les médias qui ont annoncé la sortie du livre « Dans les Pas de l’Ours » : Le Populaire du Centre avec un long article le dimanche 29 mars ; Info Magazine du 8 avril qui a présenté le livre dans le cadre de « Lire à Limoges » ; France 3 et son présentateur Christophe Zirnhelt qui m’ont invité à participer à l’émission « On aime le livre » diffusée sur le site Internet de la chaîne de télévision :

https://www.youtube.com/watch?v=0LyJ5-Fos6U&list=PLM0L6bai1r638CZZ6947fTNd8eg29-mI6&feature=player_detailpage#t=5

Lire Limoges

« Dans les Pas de l’Ours » avec Christophe Zirnhelt…