Un nouveau téléphérique sur le glacier de la Girose (Hautes-Alpes)?

La semaine dernière, au moment où je me trouvais à La Grave (Hautes-Alpes), petit village au pied de la Meije, sur le route du col du Lautaret, toutes les conversations tournaient autour du projet d’extension du téléphérique. L’idée divise les habitants; pour certains, l’aménagement est nécessaire, mais pour d’autres, ce serait une perte d’identité du village avec la crainte de voir la mise en place d’une jonction avec les stations de l’Alpe d’Huez et des Deux Alpes.

Depuis 40 ans, le téléphérique de La Grave ouvre à tous l’expérience de la montagne à 3 200 mètres d’altitude. L’exploitant de la station veut remplacer le vieux téléski par un troisième tronçon de téléphérique accessible aux piétons et qui offrirait au public une vue imprenable sur le glacier de la Girose. Au village, certains habitants craignent que ce projet en cache un autre qui fait régulièrement surface : le projet « Grand Oisans » qui prévoit une liaison entre les stations de La Grave, l’Alpe d’Huez et les Deux Alpes, en Isère.

A La Grave, le collectif d’habitants, opposé à la construction d’un troisième tronçon du téléphérique, vient de financer une étude qui met en doute la viabilité économique de l’extension. Face à ce super-projet de liaison, les membres du collectif craignent de voir leur station dissoute dans un vaste ensemble touristique qui effacerait son identité.

Les partisans du 3ème tronçon de téléphérique font valoir son côté positif pour l’environnement. Le remplacement du téléski actuel – propulsé par une motrice fonctionnant au fioul – par un téléporté qui sera alimenté en électricité, permettra de diviser par cinq l’énergie finale consommée. Avec cette opération, dans 15 ans, on émettra moins de gaz à effet de serre, construction comprise, que si on continue à exploiter le téléski en l’état. A La Grave, tout le monde reconnaît que l’ancien téléski doit être retiré du site, mais c’est l’avenir de cet aménagement qui alimente le débat.

Comme je l’ai fait remarquer aux habitants de La Grave avec lesquels j’ai abordé le sujet du téléphérique, personne ne parle de la fonte du glacier de la Girose et, plus globalement, de ceux du massif des Ecrins. L’expression « réchauffement climatique  » est tabou en montagne. Au train où vont les choses, il n’est pourtant pas certain que le spectacle proposé par le glacier de la Girose dans 10 ans sera aussi beau qu’aujourd’hui. Le glacier existera-t-il encore? Et puis, comment sera l’enneigement? Au cours de l’hiver 2021-2022, il y a eu une bonne chute de neige en novembre qui a été balayée par la pluie dans les semaines suivantes. Une nouvelle chute de neige a eu lieu en mars, mais très insuffisante pour sauver la saison de ski. Apparemment, personne n’a évoqué – et ne veut évoquer! – l’impact du réchauffement climatique sur le projet…. Ça s’appelle la politique de l’autruche…

Glacier de la Girose et site du projet de téléphérique (Photo: C. Grandpey)

Avalanche à La Grave (Hautes-Alpes)

Une très grosse avalanche a déferlé sur la commune de La Grave (Hautes-Alpes), le 11 février 2021. La coulée de neige s’est déclenchée vers 5 heures du matin au niveau du glacier du Tabuchet. Elle n’a heureusement pas fait de blessé mais les dégâts matériels sont considérables.

Un appel à la vigilance a été lancé par le maire de la localité. En effet, la météo est instable et des chutes de neige sont attendues dans les prochaines heures dans le secteur de La Grave, faisant craindre de nouvelles avalanches. Le maire a peur que des problèmes humains apparaissent avec l’arrivée de nouveaux vacanciers. .

Ce qui vient de se passer à La Grave confirme les propos de Météo France Pyrénées en 2016. A l’époque, les météorologues expliquaient que le changement climatique pourrait accroître certains risques naturels, comme les chutes de blocs en haute montagne, voire certains types d’avalanches. « Pour le moment, les avalanches de neige humide se produisent surtout au printemps. Or les projections climatiques «mettent en évidence un glissement de leur période d’occurrence à l’ensemble de la période hivernale, sous l’effet d’une humidification plus fréquente et à plus haute altitude du manteau neigeux, même au cœur de l’hiver».

Le seul nom de La Grave fait remonter chez moi des souvenirs de cyclotouriste avec l’ascension des cols du Lautaret et du Galibier qui offrent des vues splendides sur le massif de La Meije. Au fil des ans, j’ai pu me rendre compte des effets du réchauffement climatique sur les glaciers de ce massif. Lors de ma dernière visite en 2017, ils avaient perdu une grande partie de leur splendeur d’autrefois.

Le massif de La Meije en 2017 (Photo : C. Grandpey)