Pompéi: Un site en péril // Pompeii: An endangered site

drapeau francaisCe n’est pas la première fois que j’écris une note sur Pompéi, détruite par l’éruption du Vésuve en 79 après J.C.  et sortie des cendres au 18ème siècle. Les ruines représentent une vitrine sur la vie des Romains à cette époque, avec des rues et des maisons bien conservées. Avec plus de deux millions de touristes chaque année, Pompéi est l’un des principaux pôles touristiques d’Italie.

Cependant, le site est sérieusement menacé aujourd’hui en raison de la négligence du gouvernement italien. Cinq sites seulement sont ouverts au public, contre 64 en 1956.
L’effondrement de plusieurs murs a généré une nouvelle polémique sur les efforts du gouvernement italien pour maintenir le site. Au début de cette semaine, on a indiqué qu’une partie d’un mur s’était effondrée le long de l’une des principales rues de Pompéi après des semaines d’intempéries. Le plâtre a également lâché prise sur le mur de la Casa della Fontana Piccola, richement ornée de fresques.  .
Suite à une série d’effondrements au cours du mois dernier, les médias italiens ont surnommé le site  » Novembre Noir « .
L’Union Européenne a lancé en février dernier un projet de 105  millions d’euros pour la restauration du site qui est classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, mais le travail n’a que partiellement commencé et les appels d’offres des entreprises sont toujours en cours d’examen.
La déclaration d’état d’urgence promulguée il y a cinq ans n’a pas réussi à enrayer la dégradation. Il se dit que les fonds ont été détournés par la mafia, et il y a aussi des rapports de mauvaise gestion et de pillage. L’effondrement de la Casa dei Gladiatori a provoqué un tollé international en 2010.
Les effondrements de cette semaine viennent au mauvais moment pour le gouvernement italien qui, en Octobre, a fait voter un décret pour améliorer l’accès aux sites de Pompéi afin de stimuler le tourisme.
Les médias ont mis en évidence le contraste entre la gestion de Pompéi et une exposition réussie sur la ville antique au British Museum de Londres qui a permis d’attirer un nombre record de visiteurs cette année.

Dans le même temps, Pompéi est en train de renaître de ses cendres avec un film américain qui doit sortir le 21 Février, avec des « effets informatiques incroyables ». Malheureusement  les ordinateurs ne sont pas encore en mesure de restaurer les fresques endommagées.
Source : Presse italienne.

 

drapeau anglaisIt is not the first time I have written a note about Pompeii, a city destroyed by the eruption of Vesuvius in 79 AD and rediscovered in the 18th century. The ruins display a showcase of the life of the Romans by that time, with well preserved streets and houses. With more than two million tourists each year, Pompeii is one of Italy’s top attractions.

However, the site is under serious threat today because of the neglect of the Italian government. Just five individual sites are open to the public, compared with 64 in 1956.

Collapsing walls at the ancient Roman city have raised fresh concerns about Italy’s efforts to maintain the site. Early this week, it was reported that part of a wall had collapsed on one of Pompeii’s major streets after weeks of heavy rains and wind. Plaster had also fallen off the wall of the ornately frescoed House of the Small Fountain.

A series of collapses in Pompeii over the last month led Italian media to dub it a “Black November”.

The European Union launched a €105-million restoration project for the UNESCO World Heritage site in February but work has only partially begun as bids by companies for contracts are still being assessed.

The declaration of a state of emergency five years ago failed to halt the deterioration. There are allegations that funds were siphoned off by the mafia, together with reports of mismanagement and looting. The collapse of the frescoed House of the Gladiators caused international outcry in 2010.

This week’s collapses come at an embarrassing moment for the government which in October passed a decree to improve access to Italy’s heritage sites in order to stimulate tourism.

Italian media have highlighted the contrast between the management of Pompeii and a successful exhibition at the British Museum in London about the ancient city, which helped attract record numbers of visitors this year.

The EU’s regional fund spent €7.7-million on restoration at Pompeii during 2000-2006, but today just five individual sites are open at any one time due to damage, compared with 64 in 1956.

With more than two million tourists each year, Pompeii is one of Italy’s top attractions.

Meantime, the buried city of Pompeei is set to rise from the ashes with an American film due to be released on February 21st with “amazing computer effects”. Unfortunately, computer effects are not yet able to restore the damaged frescoes.

Source : Italian newspapers.

Pompei-blog-dec

(Photo:  C. Grandpey)