Antarctique : Les manchots royaux menacés d’extinction // Antarctica : King penguins on the brink of extinction

Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Nature Climate Change, le réchauffement de la planète et la surpêche pourraient provoquer en Antarctique la quasi extinction des populations de manchots royaux d’ici la fin du siècle. L’étude a montré qu’avec les transformations de l’environnement induites par le réchauffement de la planète, 70% des manchots royaux – soit 1,1 million de couples – pourraient disparaître ou être contraints de trouver de nouveaux sites de reproduction.
Les résultats de cette étude interviennent alors que le monde scientifique est de plus en plus inquiet sur l’avenir de l’Antarctique. En février, une étude parallèle a révélé que le changement climatique et la pêche industrielle menacent la population de krill dans les eaux antarctiques, avec un impact potentiellement désastreux sur les baleines, les phoques et les manchots. Plus globalement, la dernière étude montre de manière irréfutable l’impact dévastateur du changement climatique et de l’exploitation humaine sur les écosystèmes fragiles de l’Antarctique.
Les manchots royaux ne se reproduisent que sur des îles isolées de l’Océan Austral où il n’y a pas de couverture de glace et où ils disposent d’un accès facile à la mer. Au fur et à mesure que l’océan se réchauffe, la convergence antarctique – zone riche en éléments nutritifs qui abrite une abondante vie marine – est repoussée plus au sud. Cela signifie que les manchots royaux, qui se nourrissent de poisson et de krill dans cette zone, doivent parcourir une plus longue distance pour atteindre leurs aires d’alimentation et ils sont contraints de laisser leurs poussins plus longtemps derrière eux. Comme la distance entre les aires de reproduction et de nourriture s’allonge, les scientifiques redoutent que des colonies entières disparaissent.
Les auteurs de l’étude affirment que la situation du manchot royal devrait servir d’avertissement sur l’avenir de tout l’environnement marin de l’Antarctique. En effet, les manchots, comme les autres oiseaux de mer et les mammifères marins, occupent des niveaux trophiques supérieurs dans les écosystèmes dont ils sont des bio-indicateurs. Les manchots, en tant qu’indicateurs sensibles des changements dans les écosystèmes marins, sont des espèces clés pour comprendre et prévoir les impacts du changement climatique sur le biome marin, mais aussi sur les régions polaires pour les espèces vivant dans les zones subantarctiques et antarctiques.
L’étude a révélé que, bien que certains manchots royaux soient capables de migrer vers de nouveaux sites de reproduction pas trop éloignés de leur source de nourriture, les nouveaux habitats seront rares. En effet, il n’y a qu’une poignée d’îles dans l’Océan Austral et toutes ne sont pas en mesure de servir de sites de reproduction. Il y a bien quelques îles plus au sud où les manchots royaux peuvent se retirer, mais la compétition pour les sites de reproduction et la nourriture sera farouche, en particulier avec d’autres espèces comme le manchot à jugulaire, le manchot papou ou le manchot Adélie.
Les scientifiques et les écologistes militent pour la création d’une grande zone de protection marine en Antarctique. En cas de succès de ce projet, cette zone de 1,8 million de kilomètres carrés où la pêche serait interdite servirait de refuge à des espèces telles que les manchots, les phoques et les baleines. Les biologistes marins affirment que cela contribuerait également à atténuer les effets du changement climatique en absorbant d’énormes quantités de dioxyde de carbone de l’atmosphère et en l’enfermant dans des sédiments en eau profonde.
La proposition, qui est soutenue par un grand nombre de gouvernements et défendue par Greenpeace, sera soumise à la Convention sur la Conservation de la Faune et de la Flore Marines de l’Antarctique (CCAMLR) dans le courant de l’année 2018.
Source: Presse internationale.

—————————————-

According to a new study published in the journal Nature Climate Change, global warming and overfishing could push the region’s king penguin populations to the brink of extinction by the end of the century. The study found that as global warming transforms the environment in Antarctica, 70% of king penguins – 1.1 million breeding pairs – could either disappear or be forced to find new breeding grounds.

The findings come amid growing concern over the future of the Antarctic. In February, a separate study found that a combination of climate change and industrial fishing is threatening the krill population in Antarctic waters, with a potentially disastrous impact on whales, seals and penguins. The latest study is the starkest warning yet of the potentially devastating impact of climate change and human exploitation on the Antarctic’s delicate eco-systems.

King penguins only breed on specific isolated islands in the Southern Ocean where there is no ice cover and easy access to the sea. As the ocean warms, the Antarctic polar front – an upwelling of nutrient rich sea that supports huge abundance of marine life – is being pushed further south. This means that king penguins, that feed on fish and krill in this body of water, have to travel further to their feeding grounds, leaving their hungry chicks for longer. And as the distance between their breeding grounds and their food grows, scientists predict entire colonies will be wiped out.

The authors of the study say that the plight of the king penguin should serve as a warning about the future of the entire marine environment in the Antarctic. Indeed, penguins, like other seabirds and marine mammals, occupy higher trophic levels in the ecosystems; they are bio-indicators of their ecosystems. Penguins, as sensitive indicators of changes in marine ecosystems, are key species for understanding and predicting impacts of global change on the marine biome, and on polar regions for species living in sub-Antarctic and Antarctic areas.

The study found that, although some king penguins may be able to relocate to new breeding grounds closer to their retreating food source, suitable new habitats would be scarce. Indeed, there are only a handful of islands in the Southern Ocean and not all of them are suitable to sustain large breeding colonies. There are still some islands further south where king penguins may retreat but the competition for breeding sites and food will be harsh, especially with other species like the chinstrap, gentoo or Adélie penguins.

Scientists and environmental campaigners are pushing for the creation of the world’s biggest marine protection area in the Antarctic. If successful, the 1.8million-square- kilometre fishing-free zone would protect species, such as penguins, leopard seals and whales. Experts say it would also help mitigate the effects of climate change, soaking up huge amounts of carbon dioxide from the atmosphere and locking it away in deep-sea sediments.

The proposal, which is backed by a range of governments and being championed by Greenpeace, will go before the Convention for the Conservation of Antarctic Marine Living Resources (CCAMLR) later this year.

Source: International news media.

Cartes montrant l’évolution des zones de reproduction des manchots royaux (Source : Nature Climate Change)

Manchots royaux (Crédit photo: Wikipedia)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s