Ubehebe Crater – Vallée de la Mort (Californie) // Death Valley (California)

En Californie, la Vallée de la Mort est la région la plus basse, la plus sèche et la plus chaude d’Amérique du Nord. Son nom lui a été nommé en 1849 par des chercheurs d’or confrontés à cette contrée impitoyable. Ils étaient persuadés que la Vallée serait leur dernière demeure. Dans la partie septentrionale de ce parc national que j’ai parcouru une nouvelle fois le mois dernier, on rencontre une douzaine de petits cratères concentrés dans une zone de trois kilomètres carrés. Le plus spectaculaire de ces volcans est le Ubehebe Crater, maar volcanique de huit cents mètres de diamètre et de deux cent trente cinq mètres de profondeur.

Tout proche, le Little Ubehebe Crater est un petit cône de tuf d’une centaine de mètres de largeur recouvert de dépôts pyroclastiques.

Une route en parfait état atteint un petit parking d’où part un sentier qui permet de faire le tour de ces volcans. Le site se trouve à 750 mètres d’altitude. Une légère brise soufflait au moment de ma visite tandis que le thermomètre n’affichait que 25°C.

On pense que ce volcanisme de la Vallée de la Mort a été causé par une injection de magma qui, rencontrant  des poches d’eau souterraine, a généré des explosions et donné naissance à des maars. Jusqu’à présent, la datation de ce site géologique n’était pas très claire. On pensait que l’Ubehebe, avec ses 800 mètres de diamètre et ses 240 mètres de profondeur, était né environ 4000 ans avant notre ère, ce qui n’est pas si lointain à l’échelle géologique. C’est à peu près l’âge du lac Pavin en Auvergne. Cette hypothèse a été mise à mal en 2012 par des chercheurs du Lamont-Doherty Earth Observatory (Columbia University) qui pensent que l’éruption a été beaucoup plus récente et aurait secoué la Vallée de la Mort il y a seulement 800 ans. Il va de soi qu’à l’échelle géologique c’était hier. Dire que la région est encore active d’un point de vue volcanique serait toutefois aller un peu vite en besogne car il n’existe aucun indice pour le prouver.
Cette nouvelle datation de l’Ubehebe a été effectuée à partir de signatures chimiques qui étaient restée emprisonnées à l’intérieur de petits fragments de roches prélevés à proximité du cratère. Les analyses ont révélé que les roches en question provenaient d’éruptions qui avaient eu lieu environ une fois tous les 1000 ans et que la dernière d’entre elles s’était produite autour de l’année 1300.
Les chercheurs pensent que, si une éruption devait se produire de nos jours, elle serait précédée, plusieurs mois auparavant, par un accroissement de la sismicité et des émissions de vapeur.
Source : Live Science.com.

———————————–

In California, Death Valley is the lowest, dryest and warmest region in North America. It was named in 1849 by gold diggers faced with this pitiless land. They were convinced that the Valley would be their last home. In the northern part of this national park that I visited once again last month, there are a dozen small craters concentrated in an area of ​​three square kilometers. The most spectacular of these volcanoes is Ubehebe Crater, a volcanic maar eight hundred meters in diameter and two hundred and thirty five meters deep.
Nearby, Little Ubehebe Crater is a small tuff cone a hundred meters in width covered with pyroclastic deposits.
A road in perfect condition reaches a small parking lot from where a trail allows to make the tour of these volcanoes. The site is 750 meters above sea level. A slight breeze was blowing at the time of my visit while the temperature was only 25°C.
It is believed that this Death Valley volcanism was caused by an injection of magma that, meeting pockets of groundwater, generated explosions and gave rise to maars. Until now, the dating of this geological site was not very clear. It was thought that Ubehebe, with its 800 meters in diameter and its depth of 240 meters, was born about 4000 years before our era, which is not so far on a geological scale. This is about the age of Lake Pavin in Auvergne. This hypothesis was undermined in 2012 by researchers at the Lamont-Doherty Earth Observatory (Columbia University) who believe that the eruption was much more recent and would have shaken Death Valley only 800 years ago. It goes without saying that on a geological scale it was yesterday. To say that the region is still active from a volcanic point of view would however go a little fast in the work because there is no clue to prove it.
This new dating of Ubehebe was made from chemical signatures that had remained trapped inside small fragments of rocks collected near the crater. The analyses revealed that the rocks originated from eruptions that occurred approximately once every 1,000 years and that the latter occurred around the year 1300.
The researchers believe that if an eruption were to occur today, it would be preceded several months before by an increase in seismicity and steam emissions.
Source: Live Science.com.

Voici quelques images de cet ensemble volcanique:

Photos: C. Grandpey

 

Ubehebe (Vallée de la Mort / Californie) // (Death Valley / California)

drapeau-francaisLa Vallée de la Mort est la région la plus basse, la plus sèche et la plus chaude d’Amérique du Nord. Son nom lui a été nommé en 1849 par des chercheurs d’or confrontés à cette contrée impitoyable. Ils étaient persuadés que la Vallée serait leur dernière demeure.

Il n’y a pas beaucoup de gens qui savent qu’il existe une zone volcanique dans la Vallée de la Mort. L’Ubehebe Crater se trouve dans la partie nord du parc. C’est un maar entouré d’un anneau de tuf. Les scientifiques pensent que le cratère a été formé par une puissante explosion lorsque le magma est entré en contact avec de l’eau du sous-sol. L’Ubehebe a une hauteur de 752 mètres, une profondeur de 235 mètres et un diamètre de 800 mètres. Il fait partie d’un chevauchement de maars qui se sont formés au cours d’éruptions le long d’une faille sur les flancs de la Tin Mountain. Le Little Hebe Crater, le deuxième par son âge, est situé immédiatement au sud de l’Ubehebe Crater ; c’est un petit cône de tuf avec un cratère de100 mètres de diamètre recouvert de dépôts de surge – ou déferlante – pyroclastique. On dénombre une douzaine de cratères dans une zone de 3 kilomètres carrés. Selon la Smithsonian Institution, l’âge du volcanisme de l’Ubehebe n’est pas connu avec précision, mais plusieurs caractéristiques géologiques laissent supposer que l’activité a débuté à l’Holocène. Les relations entre les téphra de l’Ubehebe et des artefacts archéologiques datés révèlent un âge d’environ 6000 ans. Il se pourrait que l’Ubehebe Crater soit âgé de seulement 300 ans.
Sur son site Internet, le Daily Mail a mis en ligne de superbes photos aériennes de l’Ubehebe Crater:

http://www.dailymail.co.uk/news/article-3606908/That-s-quite-crater-Amazing-pictures-Death-Valley-national-park-shows-true-power-volcanic-explosion.html?ITO=1490&ns_mchannel=rss&ns_campaign=1490

J’ai eu l’occasion de visiter la Vallée de la Mort et le site de l’Ubehebe il y a quelques années. Vous trouverez ci-dessous quelques autres photos du site.

————————————–

drapeau-anglaisThe Death Valley is the lowest, driest and hottest area in North America. It was named by gold prospectors who were struggling through the harsh landscape in 1849, believing the valley would be their grave. Not so many people know that there is a volcanic area in the National Park

Ubehebe is located in the northern part of the Park. It is a maar surrounded by a tuff ring. Scientists believe the crater was caused by a massive volcanic explosion when magma came into contact with ground water. It is 752 metres high, 235 metres deep and 800 metres across. The main Ubehebe crater is part of a group of overlapping maars formed during eruptions along a fault on the flanks of Tin Mountain.  Little Hebe Crater, the second youngest vent, is located immediately south of Ubehebe Crater and is a small tuff cone with a 100-m-wide crater overlain by pyroclastic-surge deposits. At least a dozen craters are located within an area of 3 square kilometres. According to the Smithsonian Institution, the age of volcanism at Ubehebe is not dated precisely, but several geological features suggest that global activity is Holocene in age. Relationships between Ubehebe tephra and approximately dated archeological artifacts suggest an age of about 6000 years. The main Ubehebe Crater may only be 300 years old.

On its website, the Daily Mail has inserted great aerial photos of Ubehebe Crater.

http://www.dailymail.co.uk/news/article-3606908/That-s-quite-crater-Amazing-pictures-Death-Valley-national-park-shows-true-power-volcanic-explosion.html?ITO=1490&ns_mchannel=rss&ns_campaign=1490

I happened to visit the Death Valley and Ubehebe a few years ago. Here are some more photos of the site.

VM blog 01

VM blog 02

VM blog 03

VM blog 04

VM blog 05

VM blog 06

VM blog 07

Photos: C. Grandpey

Devils Tower (Wyoming / Etats Unis) : De la légende à la science // Devils Tower : From legend to science

drapeau francaisSi vous lisez le livre “Dans les pas de l’Ours” de Jacques Drouin et Claude Grandpey (Editions Séquoia), vous trouverez un chapitre consacré à Devils Tower. Cette étrange structure volcanique se dresse au beau milieu de terrains sédimentaires dans l’Etat du Wyoming.

DevilsTower est surtout connue pour une belle légende amérindienne qui prétend que les stries qui parcourent le monolithe ont été provoquées par les griffes d’un ours. Mais je n’en dis pas plus ; je vous renvoie aux pages de l’ouvrage !

L’origine de cette structure phonolitique de 386 mètres de hauteur est débattue depuis des lustres et plusieurs théories se sont affrontées pour expliquer son apparition il y a quelque 49 millions d’années. Les explications les plus fréquemment avancées font état d’une montée de magma qui se serait frayé un chemin dans les couches sédimentaires sous la surface ou à l’intérieur d’une cheminée dans les profondeurs d’un volcan.

Récemment, des géologues tchèques ont appuyé cette hypothèse en comparant Devils Tower à une structure géologique semblable connue sous le nom de Bořeň dans leur pays. D’après eux, Bořeň est le vestige d’un diatrème (également appelé maar-diatrème) né d’une explosion provoquée par la rencontre du magma et de l’eau souterraine. Après cette explosion, un dôme aurait rempli le cratère et l’érosion l’aurait déchaussé au cours des millénaires suivants.

Pour démontrer que Devils Tower ressemble à Bořeň, les géologues tchèques se sont intéressés à l’agencement des colonnes du monolithe et à l’alignement des minéraux magnétiques qui se trouvent à l’intérieur. En analysant des échantillons de roches, ils ont constaté que, vers la base de l’édifice, les minéraux magnétiques en forme d’aiguilles inclus dans la roche sont disposés pratiquement verticalement, ce qui correspond à la direction prise par le magma avant sa solidification. En revanche, vers le sommet, l’orientation des minéraux devient horizontale.

En se référant à ces observations, les scientifiques ont procédé à des manipulations physiques et des simulations numériques en laboratoire.

En introduisant et en compressant du plâtre liquide dans un cône inversé où ils avaient au préalable introduit des sédiments, ils ont obtenu un monticule semblable à celui qui apparaît à l’issue de l’explosion d’un maar-diatrème. Une fois le plâtre durci, ils en ont fait une coupe et observé l’intérieur. Des colorants leur ont permis de voir le trajet suivi par le matériau compressé. Comme ils avaient également introduit des particules magnétiques,  ils ont pu étudier leur orientation, de la même façon qu’ils l’avaient fait à Devils Tower.

Les simulations informatiques ont permis d’observer la formation des colonnes de Devils Tower dans différents scénarios.

Les colonnes verticales de Devils Tower – qui s’évasent à leur base – correspondent au résultat obtenu lors de la manipulation avec un cratère en forme d’entonnoir dans le col duquel s’est formé un bouchon de lave. Dans cette partie des modèles en plâtre, l’orientation des particules magnétiques correspond à celle des minéraux de Devils Tower : on a une tendance à la verticale à la base et à l’horizontale vers le sommet.

La conclusion des scientifiques tchèques est que « Devils Tower est le vestige d’un épanchement de lave ou d’un dôme de forme aplatie qui s’est mis en place à l’intérieur d’un vaste cratère phréato-magmatique au sommet d’un édifice volcanique de type maar-diatrème ».

Si beaucoup de scientifiques admettent l’hypothèse tchèque, ils ne sont pas convaincus que ce soit la seule explication possible de la formation de Devils Tower. Il serait probablement utile d’étudier les formations de même type, mais beaucoup moins visibles, qui existent dans cette région du Wyoming.

Source : Scientific American.

 ——————————————-

drapeau anglaisA number of hypotheses for the 49-million-year-old monolith have been put forward over the years. The most popular explanations today either refer to some magma ascent squeezed in between subsurface layers of sediments, or within a conduit deep inside a volcano.

Recently, Czech geologists supported this theory by comparing Devils Tower with a similar geological structure known as Bořeň in the Czech Republic. The researchers concluded that Bořeň is the product of a maar-diatreme, which is built by an explosion when a body of magma underground encounters groundwater. After the blast, they believe, a flat dome of lava filled the crater. Erosion ate away at the edges of that dome during the following millenniums until only the innermost portion remained at the surface.

To demonstrate the similarities between Bořeň and Devils Tower, the Czech researchers studied the distinctive shape of the Devils Tower columns and the alignment of magnetic minerals within them. By analysing rock samples, they noticed that near the base the needle-shaped magnetic minerals within the rock are generally close to vertical, the result of the direction the magma flowed before it solidified. Closer to the top of the formation, however, the orientation of those minerals becomes horizontal.

With that information in hand, the researchers turned to models, both digital and physical: The physical one involved squeezing soft plaster upward through an inverted cone full of sediment until it formed a mound atop the surface. This approximated the eruption of lava following the explosive phase of a maar-diatreme volcano. When the plaster hardened, the researchers could cut it open to examine the interior structure, highlighted by some colorant that formed stripes distorted by flow. Because they mixed in some magnetic particles as well, they could also measure their orientation just as they had done at Devils Tower.

The digital model allowed the researchers to compare columns that would be produced in different scenarios of the tower’s formation.  .

The vertical columns of Devils Tower, which splay outward near the bottom, match the pattern expected if the formation were indeed the plug in the neck of a funnel-shaped crater filled with a dome of erupted lava. In that portion of the plaster models the orientation of the magnetic particles also matches the orientation of the minerals from Devils Tower: closer to vertical around the base and horizontal near the top.

The conclusion of the Czech researchers was that “Devils Tower is a remnant of a coulee or low lava dome that was emplaced into a broad phreatomagmatic crater at the top of a maar-diatreme volcano.”

If many scientists admit the Czech hypothesis, they are not convinced it is the sole explanation for the formation of Devils Tower. It might be interesting to study the similar, if less spectacular, buttes in the vicinity of Devils Tower, which likely formed in the same way.

Source : Scientific American.

Devils-Tower-blog-01

De la légende….

Devils-Tower-blog-02

…à la dure réalité géologique

Devils-Tower-blog-03

En juin, certaines tribus amérindiennes procèdent à des cérémonies au pied du monolithe.

(Photos:  C. Grandpey)